POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles. > Mémoire à faire savoir aux collégiens algériens pour leur éviter le cafouillage (...)

Jean-Pierre Lledo, 3ème volet de la trilogie Exil.. Un documentaire percutant sur l’après-guerre d’Algérie.

Mémoire à faire savoir aux collégiens algériens pour leur éviter le cafouillage identitaire.



Film algérien : Histoire à ne pas dire


mercredi 14 mai 2008
par N.E. Tatem


Une interrogation, première dans la série de l’inspection idéologique et du comité de censure, que veut bien dire le film ? Et le film souffre encore, depuis la fin de l’année 2007 où son dernier clap a été fait, du mi-chemin entre censuré pas du tout…

En séquences vidéo : 2 extraits significatifs du film.

Cet article est vocalisé, cliquez ici pour écouter la version phonétique en MP3.

Jean-Pierre LledoImage hébergée par servimg.comOn croyait la « sur-glorification » de la guerre d’Algérie était le propre des catégories rentières qui ont des dividendes dans le système qui dirige le pays depuis l’indépendance. Mais il n’y a pas qu’elles, qui se composent d’anciens moujahids maquisards et leurs descendants encore plus voraces en matière de rapine, bien des donneurs de leçons tablent sur le même idolâtre béat. Jouissant de position de puissance, les mettant en continuelles chamaillades entre prédateurs dans le partage du gâteau, ces « kleptocrates » soutiennent de concert à la fois les lectures et les écritures populistes de cette mémoire combien fraîche et douloureuse.

Si un jour l’Histoire de l’action armée qu’a présidée le FLN mériterait d’être constructive, elle peut admettre les critiques qui lui prodigueraient, quand elle est revisitée, les palliatifs qui préserveraient son honorable rang, sa bonne et juste cause ainsi que sa place distinguée dans toutes les gestes contemporaines des décolonisations. Appréhender avec dédain tels des dégâts collatéraux ou de dérives circonstancielles toutes les violences inexplicables que renferme la tâche historique qui a libéré le pays, nuirait davantage à sa bonne réputation.

Et métamorphose cette dernière, depuis qu’une démocratie surveillée par l’islamisme et les connivences dont il l’aval au sein du système indécrottable d’un parti unique pervertissant le sigle de la mémoire collective « FLN », de celle toute faite pour le vénérable symbole à celle ternie et dévoyée par bien des secrets et non-dits cachés par le passé et toutes les étroitesses voilées d’un présent agité.

Les regards lucides doivent aborder d’ors-et-déjà, comme souvent nous donne à les voir l’historien et acteur de cette mémoire Mohamed harbi, les malheurs connus pour que surgissent avec moins de fracas ceux plus malsains et même inhumains tus à jamais. Comme le rôle joué par un certain groupe de « Oujda », la liquidation en règle de la pluralité, perçu comme un revers idéologique, connue au sein du 1èr GPRA (Gouvernement Provisoire) ou dans les rangs de l’ALN (Armée de Libération Nationale) et d’autres dualités entre personnes qui sont à l’origine de plusieurs scandaleux règlements de compte entre chefs centraux et locaux, ne sont que temporairement sous boisseau, puisque leur jour viendra pour que la vérité censée et présidée de droiture réintègre l’acquiescement qui lui est dû.

Séquence où Katiba animatrice radio, n’est pas reconnu dans le quartier d’alger où elle a grandi.

Plus d'infos sur ce film

Toutes les affaires du massacre de « Melouza », des morts suspectes de grands leaders comme Abane Ramdane ou Krim Belkacem, de celle dite de la « Bleuite », du refoulement expéditif des jeunes étudiants qui ont désiré rejoindre les maquis avant mai 1956, des massacres sans moindre distinction qu’ont subi les éléments du MNA de Messali El-Hadj, des envois au charbon ou des tueries envers les militants communistes algériens qui étaient dans les rangs de l’ALN et tant d’autres sujets qu’on citent sur les bouts des lèvres, sont disparues officiellement de tous rappels aussi bien par les historiens du sérail que par d’autres intéressements comme les émissions de télé et le cinéma.

Alors que bien plus graves thèmes comme « le comment et le pourquoi » de l’existence d’une si forte communauté de plus de 200 000 harkis seuls à avoir embarqués avant ou après l’indépendance ce qui est proportionnellement à la population algérienne de l’époque et aux autres partants bien moindre à la réalité, des plus de 1,2 millions de pieds-noirs à avoir plier bagages et des massacres qui ont poussé les revanchards du côté de l’OAS et des réveillés à la dernière qui ont commis les pires sévices sur les anciens collabos… Tous ces sujets restent à citer, à commenter, à vérifier et à soulever puisque les cycles d’exaltation se sont épuisés au service d’une fin icarienne que d’une propulsion, le suicide que l’envol. L’Algérie se cloitre, s’autodétruit et s’embourbe dans les cycles resurgissant au gré des fastes revenus et camouflets que lui rapportent l’énergie pétrolifère, mais ne trouve pas l’harmonie stabilisante d’abord avant une voie de développement irréversible. A se demander pourquoi ? Et pour une large part, la mémoire est dévergondée car dépourvue de projections porteuses de modernité.

C’est dans cette approche que s’inscrit le dernier film de Jean-Pierre Lledo au titre évocateur : Algérie, histoire à ne pas dire. Dernier de sa « Trilogie d’exil », par laquelle il se donne la délicate peine de fouiller les normes de la citoyenneté dans un pays, sien et auquel il se reconnaît pleinement, qui a recouvert sa souveraineté sans admettre que les siens sont diversifiés, multiculturels et pluriethnique.

Autour de ce film bien des remous continuent, de riposter pour préserver les positions acquises, de secouer un cocotier dont l’enracinement est miné d’une acclimatation qui n’est pas sienne. Parce que remuer un couteau dans une plaie qui tarde à se cicatriser tant au niveau de l’ex. métropole, où les relents coloniaux croient encore à une mission civilisatrice malgré les violences et les ségrégations, qu’au niveau algérien, où le complexe du colonisé offre un paradigme de victimologie partagée entre un esprit de vengeance vis-à-vis de l’ex. occupant et un incommensurable besoin de légitimité pour la dictature populiste, en place et sur le point de se convertir en une féodalité, n’est pas l’introduire dans une sinécure.

Séquence où une dame oranaise chante en langue espagnole correcte une chanson...

Plus d'infos sur ce film

A bien regarder l’apport de toute l’œuvre de ce cinéaste, le questionnement de l’Algérie multiethnique est avancé, tel un projet sociétal. Et il n’y a peut-être pas dans le gotha des réalisateurs algériens, un tel regard enrichissant à plus d’un titre parce que parcouru et imprégné d’une distanciation utile pour capter des visions moins mécaniques que celles de vouloir apprendre l’Histoire aux générations montantes en leurs inculquant une plate simplicité de l’héroïsme avant des perceptions critiques et constructives. Ainsi globalement la modernité souffre d’une pathologie allergisante, notamment au niveau des tendances de gauche surtout, parce que le capitalisme trouve dans ce qui est « le monde moderne » ses intérêts dans la robotique et beaucoup d’autres atouts de l’avancée du savoir. Sur le plan sociologique et qui concerne l’Algérie, la formation d’une société ouverte sur la pluralité ethnique est plus posée que jamais.

La mémoire à ne pas révéler… éclate chaque à la face de chaque algérien qui ne sait toujours pas où de quoi sera fait demain et que peuvent bien être les paramètres et les contours de sa personnalité ? Elle n’est certainement pas uniquement un plat de couscous et un mélodieux chant berbère. Deux aspects que j’ai saisis après la projection du jeudi 8 mai 2008, sur invitation du manifeste des libertés, quand la première question a été posée à J.P. Lledo : « Pourquoi un tel film ? » Une interrogation, première dans la série de l’inspection idéologique et du comité de censure, que veut bien dire le film ?

Image hébergée par servimg.com

Et le film souffre encore, depuis la fin de l’année 2007 où son dernier clap a été fait, du mi-chemin entre censuré et pas du tout…