POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Continuité des flux migratoires, la gestion de la vague de l’été 2016



Malte aux portes d’accueil des réfugiés, accueille le CIDPM


mercredi 25 mai 2016
par Hugo Mastréo


Un nouveau "CIDPM", pour la coordination et la coopération pour la gestion des flux migratoires, vient d’être inauguré à La Valette, capitale de Malte. 6 mois après le Sommet sur les migrations, tenu dans cette ville, le bassin méditerranéen, l’épicentre des flux migratoires traversant les confins, se prépare aux nouvelles vagues de populations quittant les territoires livrés aux conflits que la saison chaude facilement les périples les guidant à une vie meilleure.

Voir en ligne : Notre dossier : Réfugiés. Ce mot a été le plus utilisé sur les réseaux du Web en 2015.

Nous avons lancé, dès le début de l’été 2015, notre alerte sur l’augmentation du nombre d’exilés en direction de l’Europe, à lire ICI. Chose qui s’est vérifiée, avec plus d’un million d’expatriés ayant atteint l’Europe, pendant l’année dernière. Les anticipations disent encore que le rythme d’arrivée de migrants jusqu’en 2017, peut augmenter dépassant le million de personnes par an qui pointeront aux portes de l’Europe.

Aujourd’hui s’effectue le déménagement de plus de 100 000 réfugiés bloqués depuis des mois entre la Grèce et la macédoine. Lire notre article sur ce sujet. Nous étions le premier organe à lancer l’alerte sur l’Idoménie.
- ALERTE : calvaire en Idomeni pour les réfugiés
- Depuis des décennies le phénomène migratoire, il s’accélère…

Le Centre de coordination et de coopération pour la gestion des flux migratoires dans le bassin méditerranéen, CIDPM créé en 1993 à l’origine par 2 pays européens, la Suisse et l’Autriche, rassemble 15 nations. Paradoxalement, ses membres sont des pays mineurs dans l’accueil des étrangers en Europe. Tant que l’initiative a échappé aux pays considérés aux commandes de l’UE (Union européenne), il n’a pas à ce jour intéressé la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni pour ne citer que les plus en vue.

Même après l’éclatement du printemps arabe, en fin d’année 2010, qui a augmenté le déplacement des populations et son statut d’observateur de l’ONU, il reste peu attirant pour les grands pays du continent confrontés aux flux récents d’émigrants. Pour dire vrai, le CIDPM a davantage retenu l’intention de l’OSCE, l’agence européenne créée pour favoriser le dialogue et la négociation entre l’Est et l’Ouest européen.


- Les officines israéliennes proposent des formations de self-défense avec l’argument des réfugiés
- Réélection d’Erdogan et chantage des réfugiés...

Actuellement, il dispose de 146 membres de son personnel, d’une mission à Bruxelles ainsi que des bureaux régionaux et des représentants en Europe, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Amérique latine. Cet organisme peine à uniformiser les procédures continentales qui harmonisent les mesures de contrôle et d’entrée, comme pour l’asile politique des réfugiés. Mais, il reste la seule référence en la matière.

Alors que la nouvelle saison estivale pointe, période où se déplace plus de réfugiés, il vient d’annoncer par communiqué officiel, datant du 24 mai 2016, la création d’un Centre de coordination et de coopération pour la gestion des flux migratoires dans le bassin méditerranéen. Une nouvelle structure où seront coordonnées toutes les activités futures du CIDPM dans la région intensément touchée par les pérégrinations de personnes fuyant la misère et les guerres.

Les 15 pays membres du CIDPM :

Autriche, Bosnie Herzégovine, Bulgarie, Croatie, République tchèque, Hongrie, ex -République yougoslave de Macédoine, Pologne, Portugal, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède et Suisse.

ICMPD logo
By International Centre for Migration Policy Development (ICMPD) - ICMPD, Public Domain,

Voici une carte interactive des réfugiés morts en 15 années, cliquer OK

.

Répondre à cet article