POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Bernie Sanders : un retour au devant de la campagne

Un vieux, en communion avec les jeunes américains, ébranle l’establishment

dimanche 27 mars 2016
par Azouz Benhocine


Depuis quelques jours, des remarques ont été émises sur le manque de réactivité et couverture de la campagne de Bernie Sanders, candidat à l’investiture des démocrates pour les élections présidentielles des Etats-Unis de 2017. Mais à mi-parcours les choses ont toujours changé par le passé, lors de telles circonstances de choix des deux principaux camps. Côté républicain, c’est désormais Ted Cruz qui regroupe le front anti-Trump, qui pourrait se renforcer au fil des semaines. Côté démocrate, la course est encore plus ouverte que jamais. Bernie Sanders a le bon vent en poupe, il dépasse un premier cycle, entamant le second sous de bons auspices.

Voir en ligne : Notre dossier : USA ¤ Etats-Unis


Bernie Sanders TRADUCTION avec TEXTE en français par Populi-Scoop

La semaine de passage de Donald Trump et d’Hillary Clinton devant le puissant lobby sioniste l’AIPAC, s’est illustrée par l’absence du « socialiste » dans la course à la Maison Blanche. Pour rappel, ce sujet a été marquant pour l’actuel locataire de la Maison Blanche. Mais, aussi sans grand effet dans les résultats.

Un métis (Obama) face à Mame Clinton, malgré le déchaînement des racistes et des soutiens d’Israël qui le donnaient pour musulman, mais en finalité l’afro-américain gagne. Un parcours semblable à ce qui se passe maintenant se dessine, la phase B de la campagne a toujours été plus décisive.

Bernie ratissait large dans des meetings, alors que le puissant lobby faisait son show médiatique. Les derniers votes augurent qu’ils n’ont pas raté leurs décantations, Bernie a gagné les dernières élections de délégués en Alaska et à l’Etat de Washington. Les pronostics annoncent son retour en force dans les prochains tours de la campagne…

Nos articles sur sénateur Bernie Sanders, candidat aux primaires démocrates des USA
- Les sondages favorisent Bernie Sanders, mais les médias de l’establishment préfèrent Hillary
- Bernie Sanders, le seul à avancer dans un 1er sondage...
- Sanders Bernie, le socialiste qui veut présider les Etats-Unis.

Les journalistes ont déjà exposé que la diplomatie était considérée comme un point faible dans la campagne Sanders. La question d’Israël dans les médias américains est récurrente, voire épuisante. Ce « socialiste » est connu pour avoir essentiellement consacré ses discours sur les questions intérieures de justice sociale et économique. Mais en particulier, des critiques progressistes ont allégué que Sanders a été aveugle sur la question du conflit Israël-Palestine.

Dans le contexte de la politique des États-Unis, cependant il a réagi mardi, 23 mars, remarquablement, en dénonçant le tronçonnage consensuel de l’establishment bipartisan. « Les États-Unis sont biaisés ouvertement en faveur d’Israël, dans son conflit qui s’oublie à la faveur du reste des troubles dans la région » a répliqué Sanders. On ne peut pas être plus légaliste, Sanders apprivoise la modification du contexte systémique qu’il fustige !

Son absence du conclave de l’Aipac a été perçue, comme une rébellion, pour un descendant de juifs qui refuse l’injustice et la partialité. La pression des lobbys juifs aux Etats-Unis, fait tribune aux candidats, questionnés sur l’antisémitisme qui hante, par la Shoah et autres pogroms, une mémoire où seule Europe est le « vieux continent » qui la reproduit. Ce débat semble descendre au niveau de la classe moyenne qui est derrière le vœu de changement.

Cette carte est interactive, passer le curseur pour visionner les résultats. ATTENTION, vous pouvez (re)voir l’évolution, si vous revenez, après les prochaines mises à jour.

Alors que l’Aipac recevait successivement le double discours de Trump, qualifié d’ignorant de la politique étrangère, par le passé, quand il a instruit sur l’application de la légalité dans le conflit israélo-palestien. Avec son double discours, le républicain a exprimé son soutien à l’entité sioniste, à l’occasion de son passage devant ce lobby, sans être pris au sérieux.

Puis, après lui, le pacte des Etats-Unis, avec l’allié israélien, a été réitéré par Mme Clinton. Ce passage à l’Aipac, a aussi eu un impact loin d’être en faveur de la communauté juive. Parmi même cette dernière, le refus de cautionner « une entité hors-la-loi » est devenu une affaire proprement américaine, échappant au contrôle de forces externes .

Même s’il ne parvient pas à ses ambitions politiques, [Bernie Sanders] reste encore dans la course. Il a su produire un discours déstructurant dans les zones du capitalisme mondial incarné par les Etats-Unis. De nouvelles nombreuses analyses, confortées par les derniers de vote (de l’Utah et ailleurs), le donnent déjà gagnant.

Les vents commencent à changer, chez le camp démocrate, comme le furent lors de l’arrivée du jeune sénateur Obama de Chicago. Il était à la traîne au début de la campagne. Puis en deuxième phase de la couse, il a fait une percée fulgurante.

Jusqu’à novembre prochain, la société américaine a le temps, et l’habitude est faite, d’exubérer des métamorphoses. Bernie Sanders gagne avec la jeunesse qui investit le parti "des démocrates" avec de nouvelles adhésions qui sont refoulées. Il a aussi rassemblé les indépendants proches des démocrates et se relève en avancée claire dans les résultats qui empruntent une nouvelle tendance...

Un incroyable moment de poésie dans la vie politique : vendredi 25 mars, lors d’un meeting de Bernie Sanders à Portland (Oregon), aux Etats-Unis, un oiseau est venu se poser sur le lutrin de l’orateur, et y est resté plusieurs secondes, sous l’ovation de la foule - et le regard étonné du candidat Démocrate à l’élection présidentielle.

Répondre à cet article