POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Milice de Béziers : la justice à demi-mot quand le fond est épargné



L’impénitent colonialiste, vient de RSF avec un héritage de pied-noir !


jeudi 21 janvier 2016
par jaco


La milice de Béziers initiée, en décembre dernier, par le maire du FN a été désavouée par la justice. Le tribunal administratif de sa ville a prononcé la décision de « surseoir à sa mise en place ainsi que de mettre fin à toute mesure d’information et de publicité la concernant ». L’instance judiciaire s’est chargée de l’affaire après une désapprobation de la délibération par la préfecture, qui est à l’origine de cette procédure d’arbitrage. Laquelle ne statue pas sur le fond de l’affaire, encore révélateur du climat du débat "communautaire" en France.

Voir en ligne : Notre dossier : france


La milice de Béziers, de Robert Ménard, jugée... par Populi-Scoop

Son initiateur n’est autre que le colonialiste et ancien de RSF « Reporters Sans Frontières », Robert Ménard. Colonialiste, parce que son dernier livre est : « Vive l’Algérie française » (notre article ICI). La substance intentionnelle (le fond de l’affaire) de la décision du conseil municipal, est de s’en prendre à des catégories des administrés qui ont déjà subi plusieurs démonstrations de cet élu.


- RSF (Reporters Sans Frontières) : L’ENNEMI DU PEUPLE S’EN VA
- France : le FN gonflé pour s’opposer au pouvoir de la gauche

La délibération n’a pas par exemple la préoccupation du quartier de « La Devèze », classé 42è parmi les 50 premières zones en France en matière délinquance. Mais bien de cibler la communauté des maghrébins, ou directement des musulmans et plus largement des étrangers, qui déjà ont été dans le collimateur de ce maire.

Elle vise bien de s’en prendre à des populations que cet élu ne cesse d’harceler… Faut-il rappeler la traque qu’a menée Robert Ménard, qui passe pour un xénophobe aveuglé par la doctrine de l’invasion arabe ou maghrébine en France, dans sa localité contre les gargotes de sandwichs « Kebab » ou bien contre les réfugiés.

En quoi donc la création de cette patrouille, qui relève des prérogatives de l’officier de police judiciaire qu’est le maire français, était-elle parallèle aux institutions ? La question de la légalité de la délibération de Bézier a essuyé l’arrêt du tribunal administratif qui ne fait aucune contrainte à son initiateur. « La police administrative constitue un service public qui, par sa nature, ne saurait être délégué... » a précisé le juge.

Le projet de remettre la surveillance des bâtiments et de la voie publique à des citoyens, prétendant à la répression de la délinquance, est la méthode appropriée pour cibler des français dont la citoyenneté fait l’objet d’un débat. En effet l’islam avec ses lamentables lieux de prière, ou bien le refus de la présence des mosquées dans le paysage urbain, est cité quotidiennement par les politiciens.

Notre dernier article dans la même rubrique.
- Minorité de Beaucaire visée par deux arrêtés du Maire FN

Les affaires du voile datent de plusieurs années, elles ont à plusieurs reprises suscité des discussions controversées. Alors que l’explosion du terrorisme au Moyen-Orient après, sa manipulation contre le communisme en Afghanistan, attire les jeunes français via les cercles musulmans qui en sont aussi les premières victimes…

La place des islamistes, ceux tenant du programme politique inspiré de la religion, est, comme partout, aux premières loges. Les tenants de l’islam politique se mettent au devant et tiennent le discours ambitionnant de gouverner, aussi bien les institutions que la communauté qu’ils disent représenter. Souvent ils sont les premiers sur les plateaux à dévoyer leur religion.


Maire de Béziers, s’attaque aux restos Kebabs par Populi-Scoop

Les arènes modernes de Béziers construites en 1897 et financées par le mécène Fernand Castelbon de Beauxhostes.

Arènes de Béziers.JPG
«  Arènes de Béziers  » par VpeTravail personnel. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons.


Les élèves musulmans des écoles de Béziers avec... par Populi-Scoop

Répondre à cet article