POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’agriculture en Algérie favorisée par le climat, l’équilibre des précipitations...



Imprévisible nature et l’optimisation des ressources hydriques


lundi 18 janvier 2016
par Damien Djamel Bouch’Raf


L’embellie dans l’agriculture algérienne, l’une des régions de la méditerranée qui fait des envieux pour son climat, a été amorcée dès la fin de la 1ère décennie du 3ème millénaire. Selon le quotidien El-Watan, du 20 janvier 2016, le pays compte se départir de l’importation du blé et des viandes rouges, avec cette saison dont la pluviométrie est des plus équilibrées.

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie


Djelfa aux portes du Sahara en Algérie par Populi-S

Et le ministère algérien de l’agriculture, son secteur qui représente 10 % du PIB du pays, (les richesses produites) a réalisé une croissance de 7,5 % durant l’année 2015. C’est l’ensemble qui tente d’amorcer une émergence longtemps entravée par aussi les conditions climatiques. Les raisons naturelles qui sont basées sur les cycles de changement des performances pluviométriques, sortant de la volonté humaine et même de travailler la terre, sont favorables depuis quelques années. Lire notre article ICI.


- Le pain algérien et la blancheur du blé français.

C’est à la denrée du lait qui vient, parmi les autres produits émanant de la production agricole, de connaître un bilan 2015 encore encourageant. Avec une baisse appréciable des importations pour l’année écoulée, c’est l’autre signe de l’existence d’une production locale.

La chute est de 45 % selon "Farmers Journal", un hebdomadaire de presse irlandais spécialisé dans l’agriculture (à lire ICI). D’ailleurs, c’est le pays d’où l’Algérie a réalisé de gros contrats des produits alimentaires.

Les produits laitiers et les œufs de volaille sont les principales denrées importées par l’Algérie, en provenance d’Irlande. Elles ont légèrement baissées aussi, mais c’est le lait qui a connu la forte réduction de la demande algérienne sur le marché mondial.

Le gouvernement ne compte pas retirer ses aides aux productions agricoles, espère maintenir le cap tenu depuis 2010...

Le coût des importations algériennes de lait en poudre, de crème de lait et de matière grasse du lait en 2015, étaient 101 millions de $. Il est en baisse pzar rapport auxx 184 millions de l’année précédente (2014). Le volume (tonnage) des produits laitiers importés a chuté de 370, 602 T en 2014 à 351,700 T en 2015.

La facture annuelle, pour les produits laitiers et dérivés, exportés vers l’Algérie en 2013, était de plus de € 47 millions, selon les derniers chiffres de la Chambre de commerce arabo-irlandaise. En 2012, il a été évalué à plus de 48 M €, alors qu’en 2011 il a été à plus de 57 M €, reflétant une tendance à la baisse entamée ces dernières années.


- Quotas laitiers en Europe, la fin d’une époque

Acculée aussi par la forte baisse du prix du baril de pétrole, l’Algérie compte mettre un point final de l’importation des matières des grosses rubriques de son budget de consommation. En l’occurrence arrêter définitivement l’importation des viandes rouges et du blé qui sont, pour certains observateurs étonnés de la dilapidation lors de leur distribution, après importation en devises fortes maintenant devenues rares.

En effet, le pain rassis est toutes les poubelles des Algériens. Tandis que des viandes, de toutes sortes chez les classes aisées, partent parmi les déchets. Souvent les réseaux sociaux du Net sont nargués. Comme Laïd, fête de tradition religieuse, où sont égorgés des dizaines de millions de d’ovins en une journée. Ou bien les images de pain jeté…

KHOBZ EDDAR / PAIN MAISON ALGERIENJ’adore ce pain à la semoule pour le goûter ou pour accompagner nos plats...

Posté par Evasion Culinaire by Naouel sur vendredi 8 janvier 2016

Le #pain #algérien et la blancheur du blé #français.http://goo.gl/Myey74La facture du blé dans une #politique...

Posté par Nacer-Eddine Boukhari sur mardi 2 septembre 2014

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Répondre à cet article