POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’été 2015, alerte à une vague migratoire sans pareille



Quand la stabilisation du sud est exposée à des calculs d’intérêts géostratégiques


dimanche 5 avril 2015
par Gros Emile


Le choc et la désolation que provoquent les informations sur l’arrivée en Europe de passagers clandestins, à l’aide de mortelles embarcations maritimes de fortune, n’est pas seulement un fait-divers de voyageurs démunis de titres légaux pour de telles traversées. Cette réalité d’une transhumance qui se particularise par un caractère humanitaire, préoccupe les responsables qui tracent des politiques, au regard d’une géopolitique.

Le quotidien français « Le Figaro » a révélé dans son édition du 3 avril, l’existence d’une circulaire confidentielle adressée aux préfets par le ministre français de l’intérieur Bernard Cazeneuve, afin de contenir le flux migratoire. Selon ce journal de droite qui, évoquant souvent ce débat de société sur l’immigration, c’est le sujet qui risque d’exacerber les clivages au sein de la gauche qui porte un certain laxisme en la matière.

Des articles similaires :
- L’Immigration : problématiques et défis

- Les peuples Européens votent en vertu des migrants...

- Il y a 30 ans, une manifestation de plus 40 jours en France

Il relève que des données attestent que l’explosion des franchissements des frontières de l’UE est de l’ordre de 250% pour les deux premiers mois de l’année, par rapport à ceux de l’an passé. Outre le poids démographique des pays du sud, le contexte des troubles au sud rend la présence d’étrangers est l’origine de l’expansion de l’insécurité dans sa forme nouvelle du terrorisme.

Le sujet de l’immigration en France, qui par le passé était lié à la délinquance, s’est transformé, au niveau continental, à une appréhension plus vigilante envers l’amplification des déplacements des populations. La contenance organisationnel de l’arrivée de main-d’œuvre bon marché sur le continent européen est controversée. D’aune part les entreprises trouvent des employés bon marché et d’autre part les chiffres de chômage locaux deviennent angoissant. La France est à sa deuxième année de l’augmentation de la perte d’emplois...

La création de « Frontex » en 2004 répond à cet exigence de gestion intégrée des frontières extérieures des États membres de l’Union européenne. Lors du Conseil européen des 24 et 25 octobre 2013, l’adopter de mesures communes, après les élections européennes de juin 2014, a renforcé les moyens de Frontex et du bureau européen d’appui en matière d’asile. Voici le document expliquant ces mesures ICI.

L’Europe un continent qui tend à rendre hermétiques ses frontières

L’annonce faite par un ministre grecque, menaçant de disperser les milliers de clandestins actuellement bloqués dans son pays, et celle du Daesh en Libye promettant d’envoyer des terroristes, ont suscité, au niveau européen, une alerte. Endiguer une vague d’immigration, que la saison estivale encouragerait comme à l’accoutumé, est sérieusement décidé suite à ces déclarations.

Effectivement des mesures sont prises, dans le secret pour ne pas réveiller des interactions négatives et pouvant être polémiques, afin de faire de l’Europe une forteresse. Le sujet de l’arrivée en masses de populations, chassées par les conflits et le dénuement économique, dans le pays riches du nord du globe terrestre, pose des questions humanitaires et a pour conséquence une forte demande sociale alors les nations d’accueil traversent une crise.

Maintenant le rideau de fer bulgare est plus mortel, pour les personnes en déplacement, sans qu’on en parle, comme pour les embarcations de fortune traversant la méditerranée. Alors que l’avenir se dessine avec plus de conflits au sud, des exodes massifs en conséquence. Le verrouillage de la misère en dehors des frontières européennes est la nouvelle orientation continentale, une politique qui ne peut être publiquement déclaré.

Un certain langage à l’origine des mesures plus fermes.

L’image de 2015, serait plus différence de celle de 2013


Dessous des Cartes - UE, migrants, frontières par Ledessousdescartes

Répondre à cet article