POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Le climat complique la vie à 2,3 millions de réfugiés syriens

Le climat complique la vie à 2,3 millions de réfugiés syriens



La vague de froid a déjà fait des morts alors qu’éclatent les maladies


jeudi 12 décembre 2013
par Azouz Benhocine


L’ONU vient de déclarer que la situation des réfugiés syriens est extrêmement préoccupante. La saison froide, marquée d’une vague nordique poussée par le blizzard, a tué deux enfants dans les camps de toile de la Bakaa au Liban. Aussi bien le sort des syriens restés dans le pays que ceux qui ont fui, le plein de souffrances est la guerre et le climat.

Voir en ligne : Notre dossier : guerre civile en SYRIE

Selon le dernier décompte du HCR, il y a 2,3 millions de réfugiés syriens dans la région. Certains vivent leur troisième hiver dans des infrastuctures d’habitations temporaires. Alors que les chiffres des gens qui fuient la Syrie, ont fortement été en hausse au cours de la dernière année (2013). Environ 700 personnes arrivent quotidiennement...

Le climat jouant son refrain cyclique est encore plus impitoyable, que le surpeuplement des campements. La tempête de neige, de vents piqueurs et de pluies verglaçantes, est déjà considérée la pire des vagues de froid qu’a connu la région du Moyen-Orient, depuis des décennies. La chute des températures est plus difficile à gérer que la clémence estivale.

Baptisée « Alexa », la tempête a apporté de la neige, de la grêle, de la pluie et des vents glacés. C’est la vallée de la Bekaa au Liban qui est particulièrement touchée, notamment par l’enneigement. Selon Oxfam, près de deux tiers des 1 million de réfugiés syriens dans le pays, se sont installés au nord du Liban, où les conditions hivernales sont rigoureuses cette année sur les 3 vécues.

Le Liban a refusé d’établir de nouveaux camps de réfugiés, de peur qu’ils deviennent des foyers permanents pour les Syriens qui ont fui la guerre civile. L’expérience des camps palestiniens a marqué l’Histoire du pays du cèdre, en alimentant aussi les clivages locaux et les rendant encore plus litigieux.

La misère des populations suspendue à une crise politique loin d’être dénouée !

Les organismes d’aide ont averti plusieurs fois de l’extrême précarité des syriens fuyant la guerre civile, notamment le manque de ressources. En particulier pour les familles vivant dans des tentes fragiles et des conditions d’hygiène, comme peut en assurer la précarité, d’un minimum vital, la situation est alarmante à plus d’un million d’âmes.

Camp de réfugiés syriens Le terrain est aussi difficile. Les organismes d’aide tentent de distribuer des couvertures thermiques, des appareils de chauffage, des vêtements et des bâches, mais sont confrontés à des difficultés logistiques. Dans certaines régions, en raison de mauvaises conditions météorologiques, la continuité des interventions est au ralenti et même bloquée vers certaines zones.

Aucune catégorie ou site de réfugiés n’est épargné de la rudesse de cet hiver 2013/2014. Une saison qui semble commencer au regard des mois prochains qui prolongeront le calvaire. Aussi bien au Liban, qu’en Jordanie, qu’en Turquie ainsi que les déplacées en Syrie, la situation est alarmante.

Les concentrations des populations dans les camps de réfugiés favorisent la propagation des maladies, en temps de froids les pathologies respiratoires explosent.

Notant que ce déluge hivernal sévère qui s’abat sur la région, a également affecté les Palestiniens dans la bande de Gaza. Plus de 30 personnes sont blessées dans des accidents de voiture et plusieurs maisons mal construites se sont effondrées sur leurs occupants, suite aux pluies glaciales et la neige.

Répondre à cet article