POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

CIA : l’incompétence au sommet

Obama, Benghazi ou bien les mœurs du volage ? Qui a limogé le directeur de la CIA ?

 

vendredi 16 novembre 2012, par jaco

Deuxième "saga rose" et comme seule l’Amérique en est capable de produire, après les accusations de viol d’une concierge d’hôtel avec le directeur du FMI, voilà que le directeur de la CIA est volage. Les puissants du monde alimentent de conneries, les esprits… Mais être responsable officiel, on est garant des symboles.

Vieux comme la nuit des temps, le rôle des femmes dans l’espionnage a fait tomber en 2012 le directeur de la CIA. Avoir une maîtresse, ou un gigolo en amant, ne convient pas dans la réalité à certaines fonctions. L’incompatibilité, du poste de responsabilité se rapportant à la sécurité nationale avec des fréquentations secrètes, a été révélée par le FBI !

La relation a été découverte parce que un certain Jill Kelly, ami de la famille mondaine de Tampa (la maîtresse) et de Petraeus, s’est plaint au bureau du FBI à propos d’emails anonymes de harcèlement qui lui ont été adressés par cette dernière. La découverte des outils informatiques du directeur de la CIA à portée de la femme, fut le déclencheur de l’investigation.

James Bond de son côté, dont nous fêtons le cinquantenaire, est un tombeur de pulpeuses nanas, mais c’est de la fiction artistique. Les aventures extraconjugales du directeur de la puissante agence américaine, ont fait d’une personnalité qui était il y a une semaine des plus respectées, et est devenue un incompétent de premier plan.

Attendu pour des explications sur Benghazi, où les tueurs du diplomate américain sont encore dans la nature, Petraeus part alors que les responsables américains, dans l’affaire du Maghreb, y voient légitimement une insécurité contre leur pays.

Oui les élus songent plus généralement, une faille contre tout citoyen américain et où qu’il peut être. Il a répondu devant une commission du Sénat d’enquête et à huis-clos. Pétraeus assume avoir démissionné pour ses mœurs légères, faisant allégeance au conservatisme ambiant.

La rigueur américaine veut aussi que ce soit une sanction de Barack Obama, une invitation à démissionner puisque la mort du Chris Stevens, de deux agents de l’agence et d’un militaire (à Benghazi) a été un argument favorable aux adversaires du président. Reconduit pour une seconde mandature, l’occupant de la Maison Blanche a pleinement ressenti cette faille citée par Mitt Romney dans la récente campagne électorale.

Pétraeus a maintenu au début que l’affaire du Film "anti-islam" est l’origine de l’attaque contre le consulat dans la ville libyenne de Benghazi. Dans son témoignage devant la commission, il accuse la Maison Blanche d’avoir effacer des indications de l’implication d’Al Qaeda.

Mais a finalement changé d’interprétation, après s’être déplacé en Libye et sur les lieux de l’opération. Et comme c’est un 11 septembre... La main de la succursale régionale d’Al Qaeda "AQMI" est quelque part, selon plusieurs opinions qui relèvent la coïncidence de la date !

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT