POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Deux françaises, épouses d’Algériens, arrêtées pour terrorisme à Boumerdes...

La menace qui rode en Algérie, vient maintenant plus de l’étranger

jeudi 2 février 2017
par Damien Djamel Bouch’Raf


Pour une fois l’expérience antiterroriste algérienne a démontré réellement qu’elle est maintenant réactive, professionnelle et assez ancrée dans les réflexes de la sécurité. Pour prévenir les actes répréhensibles de l’islamisme s’adonnant à des tueries politico-criminelles, seules les interventions avant le passage à l’acte démontrent l’amélioration de la sécurité que les surveillants de l’actualité mesurent. La vigilance citoyenne a aussi sa place dans ces cas.

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Puisque par le passé, seulement les Algériens étaient aussi souvent que presque généralement appréhendés pour actes d’islamo-terrorisme dans leur pays, voilà une nouvelle vague d’activité venant de l’étranger. Les deux femmes arrêtées, pour appartenance à un groupe terroriste, sont de nationalité française. Aussi elles ne sont pas des ressortissantes de la communauté nationale, vivant sur le territoire de l’ancienne métropole coloniale.


- À Aghrib des salafistes dans une mosquée en construction... 25 janvier 2017

Âgées de 47 et 42 ans, elles ont été interpellées à Boumerdes aux domiciles de leurs époux, tous deux Algériens. Ces habitations se situent dans la cité Foes qui est un quartier huppé de cette ville créée depuis les années 1970, sur le littoral de l’algérois. Elles sont françaises de souche et portent des noms et prénoms français, d’après l’authentification de leurs identités .

L’une d’elles, est mère de trois enfants, son conjoint se trouve actuellement en Irak. Elle sera jugée pour “appartenance à un groupe terroriste, apologie du terrorisme et résidence illégale”. Et la seconde, mère de cinq enfants, a été arrêtée pour “apologie du terrorisme et résidence illégale” est aussi sous contrôle judiciaire.


- L’archipel du silence en traîtrise de l’alliance antiterroriste en Algérie. 22 janvier 2017

Leurs liens avec les groupes terroristes de Daech opérant en Syrie et en Irak ont été établis. Suite à la saisie, par les services de sécurité, des ordinateurs et des téléphones portables leurs appartenant, des éléments compromettant ont été trouvés. Les informations contenues dans ces appareils permettent leur inculpation.

C’est la première fois que les services de sécurité algériens arrêtent, sur le territoire national, des Françaises impliquées dans des affaires de terrorisme. Au temps de la "décennie noire" (des années 90, dernière décennie du millénaire passé), un certain Didier Gouillon, marié à une ressortissante algérienne, a été appréhendé avec un lourd arsenal d’armements destiné aux groupes terroristes très actifs à l’époque.


- Les Mourabitoune de Belmokhtar signe le plus horrible attentat au Mali 19 janvier 2017

Selon un rapport, des services de sécurité français, bien plus d’un millier de ressortissants français ont rejoint les rangs des groupes terroristes actifs en Syrie et en Irak, le tiers d’entre eux serait un contingent de femmes. Nombreux sont déjà revenus en France et plus de 250 ont été arrêtés pour leurs activités criminelles.

La présence des Algériens dans les rangs du Daesh et d’autres factions terroristes du Moyen-Orient ne dépasserait pas une centaine d’individus. Les commanditaires peinent à recruter en Algérie, cependant la mobilisation pour des actions locales a épuisé une génération. Mais la menace persiste notamment au centre, à l’est et au sud du pays.


- Base de données des dossiers judiciaires du terrorisme en Algérie 27 décembre 2016

Durant l’année 2015, au moins deux Algériens ont réussi à rejoindre la Syrie. Un natif de Sidi Daoud (Boumerdès), y a séjourné sept mois puis est revenu avec un faux passeport. A l’époque une vingtaine de jeunes de la même localité ont été arrêtés et mis sous mandat de dépôt en tentant de rejoindre un groupe terroriste à l’étranger. L’accusation d’ « atteinte à la sûreté de l’Etat » leur a été enjointe par la justice.

Dans la même localité Sidi-Daoud et celle de Baghlia Sidi, tous deux de la wilaya (département) de Boumerdes, trois personnes de 20, 28 et 35 ans ont été arrêtées, il y a un mois, pour “soutien aux groupes terroristes”. Cette localité peuplée de ruraux de l’exode vers les centres urbains est un fief islamiste.


- L’EI (#ISIS) au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les infos de novembre 2016 30 novembre 2016

Ces derniers jours à Boudouaou, bourgade située à 7 km à l’ouest de Boumerdès, six individus ont été arrêtés pour de mêmes motifs. Ils ont été écroués pour « appartenance et apologie du terrorisme ». Ces inculpés, pour adhésion à un groupe terroriste activant à l’étranger, sont actuellement en jugement au niveau du pôle judiciaire d’Alger.

Les inculpés pour adhésion à un groupe terroriste, que les services de sécurité mettent la main dessus au centre du pays, dont l’activité est liée au terrorisme à l’étranger, sont tous jugés au niveau du pôle judiciaire d’Alger.

Afficher l'image d'origine

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article