POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Embarrassant Abou-Mazzen aux funérailles de Shimon Peres



L’homme des accords d’Oslo remet sur table l’urgence de la paix israélo-palestinienne


lundi 3 octobre 2016
par Hugo Mastréo


Le décès du président israélien, Shimon Peres, à 93 ans a été le sujet placé en "Une", lors de la fin du mois de septembre 2016, des médias lourds internationaux qui rayonnent sur le monde occidental. Ces derniers ont fourni le même menu, en présentant cet impénitent tenant de l’extermination et de l’exil des Palestiniens, comme un homme de paix, appuyant l’argumentaire commun avec le prix Nobel de paix, obtenu conjointement avec le défunt président palestinien Yasser Arafat. La confusion entre sionisme et colonialisme est faite, comme entre apartheid et Israël, pour que l’amalgame antisémite tente d’accrocher la spoliation des Palestiniens de leur terre...

Voir en ligne : Notre dossier : Israël Palestiniens

Le mensonge, des médias corporatistes qui disent que le monde entier rend hommage à Shimon Peres, est la dernière affabulation fournie aux populations vissées aux petits écrans et dévorant la presse manipulatrice des esprits. Les faits sont autres. Parmi les chefs d’États, il y avait vraiment les habitués au nombre des doigts des deux mains qui, sont plus des premiers ministres que des présidents ou des monarques. Globalement ceux ayant assisté aux funérailles de cet impénitent criminel de guerre, sont bien moins d’une cinquantaine de pays à être représentés...


- Des projets de coup d’état contre Mahmoud Abbas fomentés en Iran 2 août 2016

A moins qu’on les cite, lesquels exactement des grands dirigeants qui ont osé se pointer, sans déléguer leurs subalternes ? C’est pour cela qu’Abu-Mazzen (Mahmoud Abbas), le leader palestinien, était dans les articles et sur tous les écrans comme présent. Il l’a fait à la surprise des opinions qui entretiennent une adversité ouverte envers l’Etat hébreu.

Massacre d’enfants sous apartheid impérialiste.

Mais le nombre des présidents est bien maigre. Les plus visibles et qui sont en exercice sont l’américain Obama, le français Hollande et l’ukrainien Porochenko. Le président palestinien a été déplacé de plusieurs emplacements parmi les dirigeants exposés, car il a créé un embarras par sa présence interprétée par les commentateurs comme une trahison à une cause arabe plus défaitiste, notamment sur le plan diplomatique. Le président Barack Obama a insisté de le montrer à ses côtés, selon plus observateurs des gestes protocolaires israéliens lors de ces funérailles.


- Crime contre les droits de l’homme à Gaza , Par Jimmy Carter. 12 mai 2008

Alors que l’allemand le président Joachim Gauck ainsi que le canadien Justin Trudeau, indiqués parmi ceux qui ont fait le déplacement n’apparaissent pas dans la confusion. Cependant on peut distinguer ces vétérans à la retraite comme Sarkozy ou Tony Blair ou bien Bill Clinton... Le journal français « Le Figaro » ose avancer une vingtaine de chefs d’Etats et évidemment le reste des médias laissent croire « le monde entier ».

Mais qu’en est-il aussi des déclarations des partis politiques, des personnalités et des organisations dans le Monde, à propos du décès de ce colonialiste qui a tout au long de sa vie assumé la spoliation des Palestiniens de leur terre ? Même au sein de la droite, une certaine retenue a primé sur l’emportement de cautionner pleinement le matraquage de montrer un faucon avec le portait d’une colombe. Alors la gauche, notamment française, à part le PS, c’est la dénonciation généralisée de l’injustice qua signé Shimon Peres à l’encontre des Palestiniens…


- PALESTINE A L’ONU, LE CONSEIL DE SECURITE ET SA RESPONSABILITE DANS UNE PAIX JUSTE ET IRREVERSIBLE. 27 septembre 2011

Pour le chef de l’Etat palestinien qui est un inconnu malgré sa carrière politique au sein de l’OLP, il convient de rappeler son livre publié en 1984, rédigé telle une thèse sur le sionisme. Grâce à ses études en histoire suivies en ex-URSS, il révéla la relation secrète entre les nazis et les dirigeants du Mouvement sioniste. Cet ouvrage a pour titre "L’autre côté", dans lequels il affirme que certains membres du mouvement sioniste et les nazis ont été en contact durant la Seconde Guerre mondiale, dans le but de faire le plus de victimes juives possibles afin de convaincre la communauté internationale de créer l’État d’Israël.

Abu-Mazzen, un résistant sur un double front arabe et sioniste.

C’est le livre qui a longtemps suscité débat au sein même de l’Etat sioniste. Dans la traduction en hébreu faite par le Centre Simon-Wiesenthal, il lui est attribué de remettre en question le nombre de victimes et la véracité des chambres à gaz. Des idées négationnistes qu’il a plusieurs fois réfuté. En mai 2003, dans le cadre d’une interview accordée au journal Haaretz, Abbas a démenti ces accusations et a précisé son point de vue sur cette affaire.


- Gaza : épisode 2012 de l’extermination... 15 novembre 2012

Né dans une ville de Galilée, dans le nord-est de l’actuel Israël qui a été au cours des derniers siècles un centre important du judaïsme, donc Abbas a vécu dans sa chaire la réalité de son peuple. La bourgade comptait une population de 10 000 à 12 000 Arabes, pour 1500 à 1700 Juifs majoritairement des religieux. Pendant la Première Guerre israélo-arabe de 1948, de sérieuses expropriations ont fait fuir la population palestinienne dont sa famille qui s’installa en Syrie et ne sera jamais autorisée à revenir à sa terre.

Après un parcours de second homme de l’OLP, il est un farouche partisan du "sommoud" (résistance sans violence). En 1990, il lance une forme de « paix des braves », et permet la mise en place côté palestinien du dialogue qui conduira en 1993, aux accords d’Oslo qu’il signera au nom de la délégation palestinienne. En 1995, il publiera un livre sur cet accord et ce qui y a mené, qui pour titre "Le Chemin d’Oslo". Il est nommé secrétaire général de l’OLP en 1996. En 2002, il critique la militarisation de l’Intifada et l’isolement diplomatique des Palestiniens qu’elle provoque.

Répondre à cet article