POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Opportunité de mettre à plat les effets de la focalisation sur l’énérgie en Algérie



De la production à la distribution doivent inclure des obligations publiques de pointe


jeudi 15 août 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


C’est une nouvelle occasion pour l’Algérie d’évaluer sa situation de pays rentier. La quête d’une pénétration offensive et de pleins pieds dans ses nouvelles politiques, qui la libèrent du tout énergétique, peut être trouvée lors d’échanges, du moins sur le plan des idées, pour les nouvelles exigences écologiques suscitent un nouvel élan pour des normes qualitativement meilleures.

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Le prix du pétrole a déjà joué maintes fois et dangereusement au yoyo. Il a valu des troubles sociaux historiques comme celles de 1988, ayant rompu le règne du monolithisme politique. Ou bien celles encore en cours, appelées le « Hirak », qui ont déjà provoqué la destitution de Bouteflika.

L’Algérie est, avec 22 autres nations, membre du MEDREG, l’association des régulateurs méditerranéens de l’énergie. Elle est la seule présente avec 2 institutions : le CREG « Electricity and Gas Regulation Commission » et l’ARH « Hydrocarbon Regulatory Authority », son économie dépend essentiellement de ce secteur qui reste lié aux matières fossiles.

- Les besoins croissants des humains en énergie, le pétrole tiendra à moyenne échéance vendredi 15 février 2019

L’avenir des énergies en général préoccupe l’humanité. Outre que les sources, avec les recherches résultant sur des découvertes, se varient. La gestion de la production de la consommation énergétique devient de plus en plus délicate, notamment pour les économiser et réduire leurs effets sur l’environnement.

Ainsi, à propos de ce dernier thème, les préconisations de transition aux nouvelles énergies, soulèvent amplement de nouvelles considérations. Le MEDREG organise un atelier de deux jours, le 15 et 16 octobre prochains, afin d’améliorer et de mettre à jour les méthodes qui se déclinent aux obligations du service public en la matière.

L’institution régionale promeut la désignation du cadre réglementaire transparent. De même que sa stabilisation afin qu’il puisse être contrôlé. Son harmonisé dans la région méditerranéenne, peut favorise les investissements dans des infrastructures, la protection des consommateurs et une coopération énergétique soutenue.

L’opportunité géographique qui s’offre à l’Afrique du nord en général, notamment la mitoyenneté avec ce qui est désigné le "vieux continent". C’est une contingence territoriale à dynamique technologique et économique forte dont le rapprochement entre pays peut se traduire par la communauté de destin et des engagements de performance.

L’évaluation des situations locales, comme d’Algérie, réalisée par les membres du MEDREG a indiqué qu’un marché de l’énergie intégrant les nouvelles perspectives augmenterait l’efficacité énergétique des moyens en place. Afin de réduire l’empreinte environnementale de l’électricité ce qui profiterait principalement aux clients, comme les entreprises, et aux citoyens.

- L’énergie renouvelable indicateur d’équilibre des pays en développement lundi 25 mai 2015

Deux desseins se dégagent de ces deux journées de formation, sanctionnant bien que la coopération va du discours à la pratique.

- En premier lieu, il est question de fournir des informations sur la conception et l’imposition des OSP (Obligation des Services Publics).

- Et en second point les activités, les procédures, les méthodes et les instruments permettant de prendre en charge les tâches liées au suivi et à l’évaluation de l’exécution des services publics de gaz et d’électricité.

Quand on dit des consignes sur le rôle et la responsabilité des différents acteurs en matière d’énergie, notamment les appareils de l’Etats, c’est même un nouveau regard de l’apport tant attendu par la population.

Il est aussi nécessaire de présenter ce qui est commun, dans les méthodes et pratiques utilisées dans les pays méditerranéens. Ainsi que la manière dont elles pourraient être adaptées en Algérie, en mettant l’accent sur l’acquisition des outils méthodologiques actualisées.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article