POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.

Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > mouvement social, monde, revendications, actions, politique, syndicat, (...) > Le plus grand tapis persan au Monde pour la mosquée d’Alger

Le plus grand tapis persan au Monde pour la mosquée d’Alger

C’est à la crise de faire cesser la félonie dépensière de Bouteflika

mardi 15 septembre 2015, par Damien Djamel Bouch’Raf

Le plus grand tapis couvrant le sol d’une mosquée dans le monde a également été fait en Iran. Actuellement celui qui couvre une esplanade de 5700 mètres carrés dans la mosquée à Abu Dhabi, est le seul à détenir de telles dimensions inégalées. Selon l’agence iranienne d’informations "IRNA", celui qui aura plus de 10.000 mètres carrés, sera confectionné pour la Grande Mosquée en construction à Alger. Et il bàtera donc le record retenu par le "Guiness" de 2012.

Le chaos déclaré au coût approximatif d’un milliard d’€, pour la nouvelle mosquée à Alger, rien que le prix de sa construction est certainement plus onéreux. Selon les évaluations indépendantes des rouages officiels qui ont fixé l’enveloppe, il faut au moins doubler ou tripler la note pour la décoration. Et des dépenses seront fixées pour son maintien en bon état.

Notre sujet de 2012 sur la mosquée tant désirée par Bouteflika
- Nouvelle mosquée à Alger, un chaos déclaré à un milliard d’€ mais bien plus onéreux.
- PETITION Arrêter la construction de la nouvelle grande mosquée d’Alger
- Syrie : catastrophique guerre civile pour les monuments

Voilà un b timent non encore réalisé, il est construit actuellement à 65% de son ouvrage et prévu pour ouvrir ses portes en 2016, que ses frais commencent déjà. En effet au regard des accessoires qui seront nécessaires pour couvrir ses intérieurs de meubles dont le sol avec un tapis persan, la facture s’alourdit au temps des vaches maigres.

Le gigantesque projet a ouvert son chantier, après la signature officielle le 28 février 2012, du marché entre l’Agence nationale de réalisation et de gestion de Djama El-Djazaïr (Anargema) et le groupe chinois CSCEC. Ce dernier a été chargé de le réaliser en trois ans et demi avec une inscription de 100 milliards de dinars (environ un milliard d’euros).

Elle sera la troisième plus grande mosquée au monde, après celles dans les villes saintes de la Mecque et de Médine, en Arabie Saoudite. Alors que son un minaret de 265m de haut, sera le plus haut sur Terre. Même si cette construction est considérée controversée, Bouteflika en personne en est l’initiateur et celui qui aspire lui donner son nom.

Une entreprise iranienne la "Carpet Company" basée à Neyshabour (Nishapur), dans la province d’Ispahan a été chargée de réaliser le tapis, dont le prix n’a pas été révélé. Cette entité a déjà fabriqué le même produit pour les Mosquées des Cheikh Zayed (Abu Dhabi, iscrit au Guiness-Record de 2012), du Sultan Qaboos d’Oman, du palais présidentiel à Erevan en République d’Arménie et tant de lieux généralement des sites de prières pour les musulmans.

La région iranienne est renommée depuis des siècles comme escale sur le "route de la soie" et de divers produits artisanaux dont la turquoise. Les artisans se mettent déjà à l’œuvre, puisque la commande a été faite officiellement par les autorités algériennes, lors de la dernière visite d’une délégation des Mollahs à Bouteflika. Le tapis couvrira une superficie de 10.000 mètres carrés.

Celle d’Abu Dhabi est de 5 700 mètres carrés détient maintenant le record. Il a fallu d’abord constitué quatre pièces puis les rassembler. Ce qui a nécessité 21 mois de travail, 30 tonnes de laine et 15 autres de coton, 1 200 tisserands, 20 techniciens, 30 designers, teinturiers et autres artisans qualifiés. Ce qui laisse deviner la facture réservée à la grande mosquée d’Alger.

Beaucoup critiqué ce lieu prestigieux pour Alger sera aussi coûteux pour son entretien, d’autant que les formules de sa rentabilité, voire de son autofinancement comme infrastructure touristique, ne sont pas encore élucidées. Mais aussi nombreux algériens pensent que cette perte sèche de ressources, s’est faite au détriment des équipements collectifs notamment ceux de la santé.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI


Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don