POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Critique pour que le Hirak en Algérie, ne suppose pas la détresse.



14è CONTRIBUTION : L’objectif de lutte contre les inégalités par la voie démocratique.


dimanche 1er décembre 2019
par N.E. Tatem


Ecouter l’article. Tableau sombre de certaines révoltes, dans le Monde, contre l’ultralibéralisme. Ce dernier s’installe à la tête des Etats, privant la majorité des peuples de bénéficier des ressources considérées communes. Des recherches récentes (comme celle de RHIZE) ont révélé que les trois plus grandes luttes, pour lesquelles les mouvements sont les plus actifs, ont trait à la prédation des ressources naturelles, à l’accaparement des postes des élites et à la généralisation de la corruption.

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Les agendas féministes sont vecteurs de ces luttes. Mais plus largement les idées et la solidarité réussissent ces mouvements. Les revendications viseraient plusieurs déséquilibres :

- La capture des richesses par des minorités.
- La prise du pouvoir par des gangs de médiocres.
- La corruption de l’élite qui détient les postes de la gouvernance.
- Tous liés et souvent alimentés par l’absence du contrôle populaire direct.

Oui, des séditions ne débouchent pas sur des résultats à la hauteur des aspirations honnêtes de ceux qui les initient. Par manque de stratégie et les exclusions des potentiels humains engagés, sous des prétextes fallacieux, ne manquent jamais. L’expérience dans les réseaux du « hirak » en Algérie mérite cette critique, pour relier les esprits de vérité et pour ne pas faire payer à l’élan collectif le désespoir et la négation.

L’énergie et le dynamisme du mouvement révélé en Algérie, dès les 1ères semaines de l’année 2019, sont une source d’inspiration et d’espoir, mais nous avons affaire au maintien au système politique qui a ruiné le pays envié pour ses ressources naturelles et humaine. Les meneurs n’ont aucune efficacité. Et les aventuriers associés aux opportunistes dépassent en nombre les sincères militants.

-  Notre dernier article sur l’Algérie : La loi des hydrocarbures en Algérie tourne le dos aux énergies renouvelables. 28 novembre 2019

Dans nos mouvements où il est question de refaire les gouvernances, il faut aussi être intransigeant avec sociétés dans lesquelles vivent les révolutions qui visent les institutions. Pour y parvenir au changement systémique, il faut faire le travail difficile, à la fois sur nous-mêmes et sur nos prochains et nos alliés. C’est l’égal de ne pas céder au populisme béat et destructeur du mental réformé.

En Algérie, nous entendons les donneurs de leçons et les manipulateurs vivent à l’étranger, ce qui a trait à la diaspora. Et justement, cette dernière recèle d’immenses talents. Le populisme de droite des dirigeants fait la haine, la peur, la cupidité, le nationalisme et le multilatéralisme à un point périlleux. Oui pourquoi multiplier les influences sur le Monde, quand on n’est guère le bon exemple ?

Dommage pour un peuple comme l’Algérien. La main étrangère hostile est montrée contre l’internationalisme n’est possible que par ceux qui en ont le plus besoin. Quand les militants n’ont pas les commandes des opinions ou des médias, on découvre que le mouvement veut âtre connecté au monde, pour bénéficier de ses écoles et son évolution.

Au sein du Hirak algérien, l’exclusion se justifie en développant une série d’urgence, comme chasser d’abord le régime puis s’occuper des droits des minorités comme les berbères, les femmes et même les personnes au comportement jugé inapproprié avec les mœurs, voire les traditions. Pourtant la nécessité d’intégrer les programmes et les actions féministes réside dans le combat contre les inégalités.

- 13é CONTRIBUTION : La diagonale du Hirak s’étire avec la durée de la confrontation en Algérie. 23 novembre 2019

- 12è CONTRIBUTION : L’inconnu du vote présidentiel en Algérie, est le degré de boycott et son effet ? 4 novembre 2019

- 11è CONTRIBUTION : Fourberie en Algérie : l’armée félicitée de ne pas réprimer le peuple qui la paie ! 16 ocrobre 2019

- 10è CONTRIBUTION : sans consensus interne, le Hirak doute sur le compromis. 3 octobre 2019

- 9é CONTRIBUTION : manifester n’est plus efficace, après 7 mois d’empathie apaisée. 24 septembre 2019

- 8ème CONTRIBUTION : 2 versions antagoniques : des préalables empêchent un compromis en Algérie 1er septembre 2019

- 7è CONTRIBUTION : Derrière le HIRAK, la classe moyenne algérienne à l’œuvre. 21 août 2019

- 6è CONTRIBUTION : L’hésitation des progressistes Algériens rend la révolution démocratique incertaine. lundi 1er juillet 2019

- 5è CONTRIBUTION : Récidiver le passé ou déployer le projet national dans le millénaire ?mardi 11 juin 2019

- 4è CONTRIBUTION : le mythe de "l’éradiqueur : Rab D’Zaer" corrompu par Bouteflika 30 mai 2019

- 3è CONTRIBUTION : Assainissement de l’économie, début de réponse au "Hirak" en Algérie. 16 mai 2019

- 2è CONTRIBUTION : La #RDN est une marche, sans répit ni conflit, du progrès 24 avril 2019

- CONTRIBUTION : Sans le beau et fort leader, les Algériens célèbrent la modernité 17 mars 2019

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article