POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Une grève, de 50 000 salariés aux USA qui a duré 1 mois, imperceptible



Avec le matraquage sur la prospérité, la parole dominante des entreprises.


vendredi 18 octobre 2019
par Hugo Mastréo


Ecouter l’article. Malmenée par les nouvelles technologies qui répondent au malaise climatique, l’industrie automobile vit sa mutation cruciale. La grève de presqu’un mois eux Etats-Unis a été suivie par pas moins 48 000 travailleurs, sans que vraiment les médias internationaux n’en parlent de ce fait social qui est un vrai passage en revue de l’avenir même du rapport des américains à la voiture.

Voir en ligne : Notre dossier USA

Ce qui ressemble à une lutte pour le présent des salaires, qui ont gagné une hausse entre 3 et 5%, est en réalité une lutte pour la pertinence future de toute l’Amérique qui a pour culte la voiture familiale. C’est aussi beaucoup plus, une lutte contre la logique capitaliste. Que des salariés ont mené en un cri sur la scène internationale pour les travailleurs s’unissent plutôt que de se battre séparément.

GM (l’employeur) et le UAW (le syndicat United Auto Workers) ont trouvé un accord, mais qui a revu bien à la baisse de la revendication des augmentations des salaires, alors les Etats-Unis vivent une période de réussite économique. Justement c’est la prospérité des entreprises américaines qui a poussé à la doléance ouvrière dans l’automobile qui s’est trouvée dans un contexte, disons technique, peu propice aux revendications sociales.

- Sur le même sujet, l’un des articles les plus lus sur notre plateforme : Grève des enseignants algériens, l’incurie des sous-valeurs traditionnelles mercredi 4 mars 2015

Lors des négociations, il a été question de pencher l’entreprise GM vers l’électrification de ses produits. La proposition de l’employeur à ses propres travailleurs en grève, répartis dans plusieurs régions des Etats-Unis contrairement à l’idée à l’implantation à Detroit, c’est de construire une unité de fabrication de batterie à L’Ohio.

Cette dernière est l’un des Etats des plus durement touchés par de récentes fermetures d’usines de plusieurs domaines. Celle présumée n’aura pas besoin d’autant de travailleurs. Et GM dit avoir préférence de payer les recrues moins que ce que les autres travailleurs que ce que gagnent dans des usines nécessitant un montage plus complexe.

Les voitures électriques ont beaucoup moins de pièces. Donc moins de personnes pour les assembler. Plusieurs analystes ont démonté d’une manière comparative, d’une voiture électrique a de 100 à 150 de pièces en moins que son homologue à mécanique classique. De plus, les pièces des véhicules électriques sont souvent plus faciles à mettre en place à l’aide de machines automatisées.

Uniquement chez GM, selon les estimations de l’UAW, le passage à l’électrification pourrait faire perdre 35 000 membres des syndicats de leur emploi, puisque ce sont les premiers à subir ce sort. Ce n’est peut-être pas l’étude la plus scientifique jamais réalisée, mais les calculs les plus basiques disent que ce n’est probablement pas si loin de ce destin.

- Conception d’une batterie, pour véhicule électrique, qui dure 20 ans et sert 1 million de Km 7 octobre 2019

Les inquiétudes se multiplient depuis déjà des décennies dans les milieux des employés que des entrepreneurs. Outre la robotisation qui, dans l’ensembles des industries sa présence s’accélère avec l’IA (Intelligence artificielle), remplace les mains humaines. Le secteur de l’automobile vit sa mutation historique, après avoir été d’ailleurs l’un des principaux vecteurs des révolutions sociales et économiques.

Les angoisses et les incertitudes sont plus pertinentes chez les syndicats. Les membres de l’UAW sont partagés, aussi bien chez GM et la plupart des constructeurs automobiles. Ils savent qu’il ne s’agit pas de savoir quand les voitures à moteur à combustion interne seront remplacées par des véhicules électriques, d’une manière définitive.

La vitesse du basculement n’est pas mesurable actuellement, mais l’innovation et l’ouverture des usines est de ce côté. Le passage à l’électricité signifie une transformation fondamentale. Ce que les travailleurs vont faire dans les ateliers serait moins de tâches, donc la réduction de la masse de personnes en activité. Et combien il en faut de temps faire, pour réaliser le produit final qui a la même vocation dans les déplacements des gens.

Répondre à cet article