POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Algérie : il n’y a pas eu de coupure Internet pendant les contestations…



... L’incapacité des dirigeants d’une génération égarée dans l’ignorance et leurs médiocres larbins !


mardi 15 février 2011
par Gros Emile


Le droit d’accès au Web qu’ont soulevé les révolutions égyptienne et tunisienne ont réveillé un débat récurrent aux USA. Barack Obama dispose d’un bouton dans le bureau ovale pour couper l’ensemble d’internet… Les Etats-Unis reparlent d’un « Internet Kill Switch » en cas cyber-attaque. Pour l’Algérie, il n’est pas établi qu’une quelconque coupure a été opérée !

Voir en ligne : LIRE NOTRE PRECEDENT SUJET qui explique comment on procède dans les dictatures pour Internet.

Le constat est fait, il réjouira les algériens. Il n’était pas possible au régime de Bouteflika de bloquer les connexions à Internet. Du moins les résultats de surveillance ont parlé, il n’y a pas eu d’arrêt selon les analystes et spécialistes de cette technologie.

Les algériens se sont plaints et le Telegraph de Londres l’a signalé. Les alertes disaient : l’accès Internet aurait été coupé en Algérie (comme il l’avait été en Egypte) et les comptes facebook supprimés. Niet !

Pour Renesys, société d’analyse du trafic Internet, il n’y aurait pas suffisamment de preuves pour confirmer ces informations. Car des indications contradictoires circulaient alors qu’évoluait la situation en Algérie, d’émeutes spontanées de jeunes à une riposte organisée de l’opposition et de la société civile. Plus précisément sur le fait que gouvernement aurait cherché à couper l’accès au web et à supprimer les comptes Facebook.

Par ailleurs, et selon certaines sources, un groupe international de hackers « anonymes » aurait attaqué le site web du gouvernement algérien. Trente mille policiers anti-émeutes ont été mobilisés pour disperser la foule à Alger pendant le week-end du 12 février. Nombreux journalistes, pris pour cibles par des agitateurs soutenus par les despotes que les algériens comptent chasser du pouvoir, chose que le Web en général n’a pas pardonné

Renesys a apporté une version différente samedi soir dans un billet de blog. Expliquant que les fournisseurs algériens obtiennent leur connectivité internationale par câbles sous-marins d’Europe. Ces derniers transitent diversement à partir d’une longue liste de fournisseurs : Level3, Cogent, Telecom Italia, Telefonica, France Telecom, et de Tinet. Une large gamme de fournisseurs de jolie algérienne ( Algérie Télécom , Wataniya Télécom Algérie , SPA Anwarnet , Smart Link , Orascom / Djezzy, etc) ont la connectivité directe internationale, comme on le voit dans la table de routage BGP. L’explication est trop claire pour être démentie.


Vinton Cerf au sujet de la censure sur Internet
envoyé par fifdhgeneve. - Regardez les dernières vidéos d’actu.

Cette société britannique spécialisée dans la veille et l’analyse des données de routage sur Internet explique n’avoir rien constaté de tel et n’avoir pas noté d’arrêt d’Internet en Algérie. Elle avait précédemment suivi de près la coupure Internet égyptienne. « L’Algérie dispose d’environ 135 allocations dans la table de routage globale, et nos données montrent qu’elles ont toutes été routées et relativement stables.