POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Editorial, opinion, point de vue, déclaration, paix, pertinente, monde, (...) > LE BANQUIER SUISSE, QUI A CONTACTE WIKILEAKS, ECOPE D’UNE AMENDE.

LE BANQUIER SUISSE, QUI A CONTACTE WIKILEAKS, ECOPE D’UNE AMENDE.



Wikileaks vérifiera et nous saurons peut-être... Jamais !


jeudi 20 janvier 2011
par Hugo Mastréo


Déjà le site de Julian Assange dérange et son dirigeant a été harcelé par la justice. Les mœurs médiatiques chamboulés par Wikileaks, et sont surtout dérangés les prééminents cercles bardés d’impunité injuste. Le nerf fort de toutes ces puissances est l’argent, voilà qu’un caissier témoigne des malversations touchant de hautes sphères.

L’employé de la banque suisse Rudolf Elmert qui a remis deux CD à Julian Assange de Wikileaks a été arrêté par la justice de son pays et placé en détention. Pour divulgation de secrets bancaires, l’inculpation ne peut être mieux formulée. Le communiqué laconique du procureur et de la police de canton de Zurich, n’a pas donné plus de détails.

Il a témoigné par le passé, que la somme de 500 000 dollars lui a été proposée afin qu’il ne rende pas public ce qu’il savait. Wikileaks a irrité nombreux Etats et personnalités lors de précédentes divulgations des câbles diplomatiques des Etats-Unis. Le site Web qui est devenu une source d’informations VISITER WIKILEAKS qui ébranlèrent les anciens modes des médias, s’est engagé, afin de ne pas tomber dans une manipulation, de vérifier la crédibilité des informations qui lui ont été fournies, avant de les diffuser.

Lors de sa conférence de Londres, il a remis au responsable du site Wikileaks des données sur quelques 2000 comptes bancaires secrets appartenant à des personnalités de toutes catégories, dont 40 responsables politiques du Monde. Ancien employé de Julius Baer, il a manifesté son désir de faire des révélations sur des abus de fuites fiscales et de détournements. Il est critiqué d’avoir souhaité faire ses révélations, qu’une fois avoir été licencié de son travail.

Accusé aussi d’avoir menacé de placer une bombe au siège de la banque qui l’employait, Elmert a nié ce reproche. Il avait passé un mois de prison en 2005 pour cette inculpation. Mais il a pleinement reconnu qu’il a émis des emails aux autorités fiscales concernant nombreux comptes secrets. Ayant subis nombreuses pressions, lui et sa famille, ces dernières années, pour le faire taire, il finalement opté de prendre contact avec Wikileaks.

Le système bancaire suisse a été, de son côté, largement attaqué par nombreux pays dont l’Allemagne et la France. Ces deux pays ont été jusqu’à acheter des listes de noms de leurs citoyens soupçonnés de fuites fiscales. Cependant les données dont disposent Elmert concernent des sociétés et même des Etats.