POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Des employés de Twitter espionnent des utilisateurs pour l’Arabie Saoudite



Les médias sociaux du Net sont dangereux pour nombreux régimes autocratiques


vendredi 8 novembre 2019
par Azouz Benhocine


Ecouter l’article. L’ancien superviseur de la surveillance des médias en Arabie Saoudite, se gargarisait que le gouvernement de son pays pouvait identifier les utilisateurs de Twitter. C’était en 2017, Saud al-Qahtani, maintenant écarté de la « cybersécurité » après l’affaire Khashoggi, avait une forte influence et menait un puissant lobbying aux Etats-Unis. Sa méthode vient d’être démantelée. Et elle s’avère être une combine d’une banalité « bédouine ».

Voir en ligne : Notre dossier Arabie Saoudite

L’utilisation de ressortissants porte atteinte à la présence de travailleurs étrangers et aux recrues ayant des origines quelconques. Deux employés de Twitter, ainsi qu’un intermédiaire externe entrepreneur aux Etats-Unis, découverts en accointance avec les gardiens des lieux saints de l’islam, afin de surveiller probablement des opposants au régime saoudien ainsi que des milliers d’autres utilisateurs.

- "Absher", l’appli du gouvernement saoudien pour surveiller les femmes ! vendredi 26 avril 2019

Ils ont à traiter pas moins de 6000 comptes, selon les premières informations. Le réseau social du Net "Twitter", plus consacré au partage des informations, a été introduit par l’Arabie Saoudite pour espionner les utilisateurs critiques de la monarchie et ses sbires. C’est une plainte, première du genre qui fait du royaume, longtemps protégé des États-Unis avec des arrangements de sécurité régionaux. Riad est accusée d’espionnage en Amérique cette fois unique.

La mort du chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi, n’a jamais été expliquée, c’est-à-dire les médias traditionnels et corporatistes ne disent pas il a été exécuté, alors même les Américains tentaient d’attirer les attentions avec de pseudos intéressements à la vérité ? En réalité, cet agent de la CIA est le promoteur du terrorisme islamiste qui a commencé son travail en Afghanistan, sur proposition du palais saoudien.

Binary Data - 0 octets
L’acte d’accusation de San Francisco
Communiqué de David Anderson, procureur fédéral en Californie.

Voilà, un peu plus de l’affaire du consulat saoudien à Istambule De nouvelles accusations sont portées contre deux anciens employés de Twitter, avec un troisième homme qui dirigeait une société de marketing de médias sociaux travaillant pour la famille royale saoudienne. Ils intervenaient dans une vaste opération d’espionnage, dont nous vous donnons l’acte d’accusation établi auprès d’une juridiction de San Francisco.

- Diminution drastique des investissements étrangers en Arabie Saoudite jeudi 14 juin 2018

Voilà, un peu plus que l’affaire du consulat saoudien à Istanbul, de nouvelles accusations sont portées contre deux anciens employés de Twitter, avec un troisième homme qui dirigeait une société de marketing de médias sociaux travaillant pour la famille royale saoudienne. Ils intervenaient dans une vaste opération d’espionnage, dont nous vous donnons l’acte d’accusation établi auprès d’une juridiction de San Francisco.

Ali Alzabarah, un Saoudien de 35 ans et Ahmad Abouammo, un Américain de 41 ans, sont les protagonistes de cette intrusion. Ils ont profité de leur travail chez Twitter, afin de se procurer des données sensibles de détenteurs de comptes Twitter. Ils les ont transmis à Riyad. Il s’agit des adresses IP, la coordonnée e-mail ainsi que les numéros de téléphone ou aussi les dates de naissance de personnes traqués par le régime saoudien.

Les Saoudiens ont une préférence pour Twitter, le nombre d’utilisateurs. Des détails publiés par Google cette semaine, disent que les États ont une méthode pour connaître les personnes qui se cachent derrière des pseudonymes. Rajoutant que plusieurs méthodes existent pour obtenir les adresses IP où qu’ils peuvent être dans le Monde. Commentant, cette histoire saoudienne, ces rédacteurs disent : c’est effrayant ce que nous savons sur ce qu’ils ont commis entre 2014 et 2015 !

Répondre à cet article