POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Contre l’article 51, la diaspora algérienne organise une votation



La nouvelle constitution au détriment des ressorts patriotiques


jeudi 28 janvier 2016
par Damien Djamel Bouch’Raf


La dernière révision constitutionnelle, en Algérie, a choqué plus d’un. Alors que dans le Monde, les lois constitutionnelles sont révisées à cause du terrorisme, celle soumise par le clan qui squatte le palais, omet de donner des droits aux victimes de la monstruosité, toujours menaçante, qui a sévi lors de la "décennie rouge et noire". Les priorités ne sont pas identifiées et celles traitées restent vaguement sérieuses...

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Communiqué de l’espace Franco Algérien
Révision de la constitution 2016 en Algérie par Populi-Scoop

Par exemple, la langue berbère devient officiellement nationale. Mais la culture, voire l’identité berbère reste folklorisée et encadrée par l’identité nationale proclamée arabe. Le populisme ne peut faire mieux. L’exclusion de la communauté algérienne vivant à l’étranger, visée sous l’angle de la double-nationalité, que l’article 51, dans la nouvelle mouture, allait instituer, est pour sa part, l’ostracisme qui devait amputer les richesses humaines nationales…

Nos derniers articles.
- Nouvelle agence du renseignement dirigée par le clan Bouteflika
- L’ANP a gagné une atmosphère sociale hostile aux terroristes.
- Il y a 25 ans, l’Algérie a bravé l’accès de la théocratie à l’assemblée nationale !

La riposte locale des Algériens, ayant pied sur le territoire, afin de garder des liens forts avec ceux ayant trouvé existence sous d’autres cieux, ne s’est pas faite bernée par l’indifférence ou l’étrangéité des préconisations de cette norme. La réaction des premiers concernés, les Algériens vivants à l’étranger, avancés sur des expériences d’autres humains, se trouvent pour une première fois, de leur existence, devant un cas inédit. L’Algérie ne leur accorde donc pas, selon cet article 51, la dignité de jouir des mêmes droits que d’autres compatriotes.

Ahmed Ouyahia et Louiza Hanoun persistent et signent à soutenir l’idée-apartheid. D’après la presse, notamment l’APS (Algérie Presse Service), une rectification a été déjà émise au texte original, elle a effacé l’ignominie. Cependant, la diaspora algérienne organise un « référendum », genre de votation citoyenne comme Populi-Scoop a déjà diffusé un sujet sur une similaire expérience. À lire ICI.

L’espace franco-algérien, en partenariat avec l’ensemble des réseaux, propose l’organisation d’une votation citoyenne, dans tous les pays où se trouvent des Algériens. En organisant le même jour, un vote dans tous les endroits où se regroupent les algériens pour répondre à une seule question «  Pour ou Contre l’article 51 », c’est une découverte de forme d’actions autoéditée et suivie par la population. La collecte des résultats est l’émail suivant : espacefrancoalgerien@gmail.com

Un appel, sous forme de pétition signée par des personnalités attachées à leur double citoyenneté, a été déjà diffusé, dès l’apparition du nouveau texte de la constitution algérienne, à quelques jours de la fin de l’année 2014. Le principe des initiatives citoyennes, né en 1948, que les Algériens découvrent en cette occasion, repose sur la fédéralisation de l’opinion faisant sa proposition. Elle rassemble des administrés autour de question de modification de constitution, tel est l’esprit des votations.

Encore une fois, l’actuel locataire de la haute sphère de l’Etat algérien, démontre au peuple qui encaisse en pleine crise morale « la fin des énergies fossiles », l’autisme du malade et l’autocratie ruineuse. Bouteflika rebondit avec une constitution qui limite les mandats présidentiels à deux, chose qu’il héritée de Zeroual. Mais qu’il a tripoté pour s’en arroger personnellement 4 périodes…


La constitution algérienne 2016, 2è partie par Populi-Scoop

Réponse de la diaspora à ceux qui défendent l’article 51

Posté par Chafia Mentalecheta sur jeudi 28 janvier 2016

Nous réalisons des sondages et enquêtes, si ça vous intéresse de vous inscrire à nos panels ICI.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Répondre à cet article