POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


De quelle sécurité l’Algérie a toujours de vrais tracas ?



Une image d’un président malade et d’une crise économique à l’accentuation incontrôlée.


mardi 22 septembre 2015
par Damien Djamel Bouch’Raf


4 personnages majeurs du terrorisme qui sévit encore en Algérie sont dans l’actualité du pays, mais les "Unes" des médias se consacrent au départ à la retraite, à 77 ans, du général Toufik lors d’une vraie opération de neutralisation de l’armée, par le président surmontant l’image d’un handicapé. Cette dernière a pour point d’accord, la réforme des services secrets et un mouvement aux postes de responsabilité des appareils de la défense. Le chamboulement des rouages de l’ANP (Armée Nationale Populaire) continue encore. Il est accompagné de celui des violences politiques, tenant du canevas d’idées islamistes, qui s’éternisent depuis un quart de siècle...

Sachant que le chef de l’Etat est aussi ministre de la défense, outre que l’ancien diplomate Bouteflika, de part cette spécialité, est au fait des affaires militaires. Les Algériens vouent au président, à moitié aphasique, la confiance due au politicien chevronné. Ils redoutent tous formes de troubles pour s’en confier à un cacique du sérail.

Nos articles sur... :
- BOUTEFLIKA
- DRS

Même incapable, peut-être définitivement, de se montrer en public et dans l’extrême impossibilité physique de produire un discours pour la population, l’actuel président est visé par la triche depuis le 3ème mandat. Ce qui agace nombreux Algériens et pas seulement des responsables de puissants rouages. Son image morne d’un homme terrassé par la maladie, mais accroché au trône, est insupportable à titre de lucidité collective...

Ce qui fait douter certains officiers de leur devoir. Ils se trouvent accusés par l’opinion de ne pas avoir sauvé le pays, alors que le président s’accorde des mandats sans moindre respect d’un esprit constitutionnel. Et en rajoutant, après sa maladie, une image glauque d’un pays dirigé depuis une tour d’ivoire. Ses émissaires prônent le maintien des acquis communs envers des citoyens stoïques, pour ne pas céder plus d’espace aux islamistes que ce que leur accordé le raïs, perçu en vieux sage. Aucune personnalité, dans l’opposition pour se mesurer, n’a son aura.

La repentance proposée par Zeroual aux, disait-il, « égarés » a été accentuée en "concorde" par son successeur Bouteflika. C’est un point d’orgue du système et la règle de conduite qui souffre, depuis l’indépendance, de l’incapacité de libérer l’ordre politique et constitutionnel de la religion. Des musulmans égarés s’en prennent, par la lutte armée, à l’institution militaire.

Ils sont isolés du reste de la société, sans que l’ex-DRS (Direction du Renseignement et de la Sécurité) puisse pénétrer les réseaux, végétant au sein de la population et de l’étranger, qui les soutiennent. Ce sont les assauts, comme à Tiguentourine, qui ont rendu obsolètes les services secrets algériens. Le renseignement a perdu son importance en cette opération où il n’a rien vu venir...

L’actualité des terroristes Algériens au moment du mouvement des instances de commandement de l’armée et du service du renseignement.

Le retour de l’émir de la première horde terroriste du pays :

Parmi les terroristes servant de vitrine à la "concorde" dans le paysage politique, l’ex-émir Madani Mezrag. L’ambition de créer un parti et même tenant des assises pendant l’été 2015 sur une ville côtière de l’est du pays, pour le chef de l’AIS qui a déclaré la guerre à l’armée. Puis freiné par une déclaration du chef du gouvernement en personne, ce retour au chef de la première organisation terroriste qu’a connu l’Algérie illustre grandement comment les nationalistes algériens divorcent avec le patriotisme et entretiennent la bête immonde de la violence inspirée de la pratique religieuse de la politique. L’islamisme est anticonstitutionnel, mais il est là.

Mort en Syrie, un barbouze déserteur de l’armée.

Ancien officier subalterne de l’armée algérienne, au grade de lieutenant, Saïd Arif a déserté pour rejoindre les réseaux internationaux du terrorisme islamiste. Depuis des années, il était sous demande d’extradition de l’Algérie. Elle a été refusée, en 2011, par la cour européenne des droits de l’homme, qui s’est opposée à son expulsion vers son pays, en raison de risques de torture. Partout où il passe ce personnage s’adonne à préparer des actes délictuels que fomentent les islamistes. Un lourd passé et une fin en Syrie, en mai 2015, ce qui a été officiellement reconnu par les services du renseignement français qui ont eu affaire à ce criminel.

L’avocat des criminels a pour arguments les droits de l’homme.

Les autorités italiennes ont arrêté l’activiste algérien des droits de l’homme Rachid Mesli au Grand-Saint-Bernard dans les Alpes. Il est présenté comme défenseur des terroristes du fait d’avoir eu à exercer son métier d’avocat, assurant la défense de tout justiciable dont les militants extrémistes algériens. Malgré un billet de recherche actif auprès d’Interpol, sa dernière arrestation en août 2015 en Italie, n’a pas n’a pas émise cette fois par le justice algérienne. Il est à la tête d’une ONG dont le nom "El-Karama" (dignité) est souvent utilisé par les terroristes présents en Syrie et en Europe qui disent défendre l’islam et la dignité de la foi musulmane.

En réaction à la guerre du Mali, Abou Obeida Youssef al-Annabi appelle au djihad contre la France. Notre sujet le concernant.

Le porte-parole de l’AQMI est le plus actif des recherchés des terroristes algériens. Abou Obeida Youssef Al-Annabi que les américains viennent d’inscrire, mercredi 9 septembre, sur leur liste noire. L’affiliation du réseau dirigé par les Algériens, AQMI présent au Sahel et dans l’ensemble de l’Afrique du nord, à Al-Qaïda aurait obtenu l’approbation d’Oussama Benladen en personne. Actuellement le label Daesh sème la zizanie au sein des groupuscules, les terroristes Algériens ne savent plus avec quel enseigne criminelle s’associer. La liste américaine ICI

Vous aimez des articles dont les paragraphes sont tous illustrés, voici d’autres :
- Les alliances à gauche en Europe, le virage chavirant dans les pays en crise
- Syrie : catastrophique guerre civile pour les monuments
- Poches du terrorisme en Algérie, au centre et à l’Est modeste vigilance citoyenne

10_MAE_deradicalisation.pdf

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Répondre à cet article