POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > Humanit > Monde, actualit internationale, politique, relations, diplomatie, affaires trangres > diplomatie, prsence, officiels, relations, changes, politique internationale, rapp > Destitution et jugement de G W Bush : l’exemplarit que les dmocrates doivent l’huma

Destitution et jugement de G W Bush : l’exemplarit que les dmocrates doivent l’humanit !

En attendant un film, au regard de la place du 7me art aux USA, le destin de G W Bush devant ses entires responsabilits.

lundi 18 août 2008, par Gros Emile

... la procdure de destitution de George Walker Bush peut tre considre comme drisoire alors quil termine sa prsidence de la premire puissance, sa poursuite pour crime contre lhumanit a de plus en plus de fortes chances de lattendre au-del de son second mandat. Il sagit dune consquence dactes injustes et sources damplification de dsastres douloureux et des adversits menant linscurit.

AUX NON-VOYANTS : Cet article est vocalis, couter la version phontqiue ICI

En attendant la sortie du film dOliver Stone, connu pour ses positions anti-Bush, le 17 octobre qui sapparente un rquisitoire accablant de la vie dun minable g teux devenu prsident des USA, le despote G W Bush voit sa responsabilit se soumettre aux orages nbuleux de la justice de son pays. Et si cette option risquerait dexister, elle sera perue comme un feu vert pour que les instances juridiques internationales (TPI et CPI : tribunal et cours pnaux internationaux) esquissent, leur tour, une prrogative afin que les crimes dont la causalit directe dans des misres prjudiciables, est avre ne reste pas impunie sans de rels justificatifs de lgitimit.

Bande annonce du film d’Oliver Stone

.

Si la procdure de destitution de George Walker Bush peut tre considre comme drisoire alors quil termine sa prsidence de la premire puissance, sa poursuite pour crime contre lhumanit a de plus en plus de fortes chances de lattendre au-del de son second mandat. Il sagit dune consquence dactes injustes et sources damplification de dsastres douloureux et des adversits menant linscurit.

Les USA qui ont une certaine jalousie de se montrer comme une rfrence es-dmocratie, garde en mmoire laffaire Watergate qui a termin avec le dpart prcipit de Nixon de la Maison Blanche. Elle leur sert de repre dans lexercice des pouvoirs avec lobjectif primordial dassurer lintrt collectif des administrs et de lEtat-nation quils partagent. Comme pour veiller sur une morale intrieure, gnrative de prennit et de bon fonctionnement de leur systme rpublicain qui entretient des perspectives douverture voir Barak Obama accder la plus haute fonction, la justice tatsunienne tient dune main de fer la dmesure dlinquance mais ne rechigne pas souvent datteindre les cols blancs et les personnes aux cimes de lappareil institutionnel. Nixon en a fait les frais.

Le cas de G W Bush, surtout dans le cas du passage du mtis Obama suivi dun parti dmocrate mobilis en dcoudre, pourrait relever dune leon de ne pas laisser une image ternie dans lesprit dune bonne majorit de lhumanit. Celle assez offusque, interpellant ou soutenant les dmocrates, de lagression de lIrak et malgr le climat universel dhostilit envers les deux mondes distincts, arabes et musulmans auquel le pays ex-abbaside appartient. Cette dernire, lantipathie dsobligeante envers les arabes et les musulmans, sest principalement dveloppe au regard du terrorisme qui touche quelques 70 pays avec lexistence sur leurs territoires de groupes arms et la principale menace rpandue travers le monde par la matrice idologique : lislamisme porteur de la politisation de la rvlation apporte par Mohamed.

Outre aussi la plthore de fodalits dcadentes, illgitimes et fascistes qui rgnent dans ces pays o les populations sont maintenues par un rayonnement du clerg et de sbires des autocraties gouvernantes. LIrak, comme dj la Syrie ou bien ce qui risque de produire en Lybie et en Egypte ainsi que dautres pays, allait droit introniser au pouvoir lun des deux rejetons de Saddam. Et cette faille, mme interne aux nations qui tournent le dos la dmocratie permettant la participation de leurs citoyens aux instances dirigeantes et lquitable rpartition du bien-tre et des richesses, ne peut laisser indiffrents les regards des autres peuples avec lesquels les relations ne peuvent rester ternellement indiffrentes ou sans incidences.

Vincent BUGLIOSI

Image hberge par servimg.com

En date du 25 juillet, la commission du congrs a procd des auditions sur injonction du dput de lOhio Dennis Kucinich Image hberge par servimg.comauteur de la procdure visant mettre fin au rgne de Bush. Lcoute de lancien procureur de Los Angeles, Vincent Bugliosi, celui qui a instruit laffaire "Charles Manson" (lassassin de Sharon Tate, femme de Roman Polanski), et pour avoir obtenu 21 condamnations pour meurtres... en 21 procs pour ce chef dinculpation, a mis au devant laccusation pour meurtre lencontre de celui qui peine dsormais , passer sous silence ou, prouver ses gestes. On lui doit aussi louvrage paru en 2008 The Prosecution of George W. Bush for Murdee, consacr au mme sujet et best seller aux Etats-Unis. Auquelle 7 juillet dernier le New York Times a voqu ce phnomne mdiatique contrairement au black-out des grands mdias. Lex-procureur a mis en exergue la ralit que Bush est coupable de la mort de plus de 4.000 soldats amricains et plus de 100.000 civils irakiens, du fait que le 1er octobre 2002, il avait t averti par 16 agences de renseignement amricaines dont la CIA, que lIrak ne possdait pas darmes de destruction massives. Sept jours plus tard, le 7 octobre, contrairement aux investigations, Bush affirmait que lIrak menaait les Etats-Unis, en raison de sa possession darmes de destruction massives.
blog Hot Potato Mash, Vincent Bugliosi dveloppe son rquisitoire.


Georges Bush inculpation pour meurtre..?
par project911

Continuant son plaidoyer, il rapporta une preuve quelque peu matrielle : "Le 31 janvier 2003, moins de deux mois avant que Bush nordonne linvasion de lIrak (...), Bush et le premier ministre britannique Tony Blair se sont runis dans le bureau ovale avec six de leurs principaux conseillers, parmi lesquels le conseiller en chef de politique trangre de Tony Blair, David Manning. Aprs la runion, Manning prpara un compte-rendu de cinq pages, extrmement sensible, rsumant ce qui avait t dit durant la runion. Il crivit que George Bush, pas Tony Blair, George Bush tait si inquiet de lchec des inspecteurs des Nations Unies trouver des armes de destruction massive en Irak, quil voqua trois moyens possibles pour, je cite provoquer une confrontation , fin de citation, avec Hussein, dont lune tait, je cite, je cite George Bush, faire voler un avion de reconnaissance U2 au-dessus de lIrak, peint aux couleurs des Nations Unies, et si Hussein tirait dessus , disait Bush, il serait en violation des rsolutions de lONU et cela justifierait notre entre en guerre . Donc Bush disait aux Amricains, disait au monde, que Hussein tait un danger imminent pour la scurit de ce pays, mais derrire les portes closes, George Bush parlait de la manire de provoquer Hussein pour rentrer en guerre."

La rvlation du conseiller en chef de politique trangre, David Manning, de Tony de Blair

Votez pour cet article : Destitution et jugement de G W Bush : lexemplarit que les dmocrates doivent  lhumanit !


Voir en ligne : La commission du congrs des auditions : instance du 25 juillet. - E N V I D E O -


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.