POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Syrie : putative accalmie de Laïd



Lakhdar Brahimi où la négation des chrétiens et des kurdes


mercredi 31 octobre 2012
par Damien Djamel Bouch’Raf


D’emblée la situation est ainsi : Le régime veut poursuivre la solution militaire, pour écraser la rébellion. Et toutes les factions de l’opposition armée croient à la continuité de l’insurrection jusqu’à ce que le régime tombe, seule façon d’atteindre leurs objectifs. Alors l’accalmie proposée par Brahimi Lakhdar, lors de Laïd El-Adha, est un artifice au détriment de la fin de règne de la dynastie Assad, inscrite dans la trajectoire historique inéluctable.

Voir en ligne : Tous nos articles concernant la SYRIE

Même en cas de chute de Bashar Al-Assad, la stabilité de la Syrie ne sera pas acquise, tellement les divergences entre les factions, aujourd’hui actives contre le pouvoir illégitime, sont inconciliables. Nombreux experts redoutent une déstabilisation éternelle du pays du Cham, tellement les communautés et ethnies sont l’expectative et le resteront tant qu’une réelle démocratie n’est pas mise en place.

L’islamisme qui se livre à des violences là où cette pseudo-idéologie tirée de la théologie « djihadiste », n’arrêtera jamais ses agressions, à l’instar des régions du monde. Là où il est agissant, tant qu’il n’a pas l’entière autorité sur le reste des composantes de la société, l’islamisme virera au terrorisme, au salafisme qui est une inquisition et à l’intolérance.

A se demander pourquoi la manipulation de la religion ou de la tradition, en vue d’une trêve des combats en Syrie pouvait être un argumentaire à Monsieur Lakhdar Brahimi ? L’émissaire onusien, dans cette crise entretenue par un dictateur contesté par la jeunesse de son pays, tentait-il de sauver le dictateur aux abois ? La révolution devait-elle tenir à ce genre d’usurpation de Laïd El-Adha, pour sauver le régime «  baâthiste » l’un des plus criminels du Monde Arabe ?

La parodie de l’accord de cessez-le-feu ne pouvait avoir qu’un effet négatif sur la population syrienne, du fait de semer plus de désespoir en reportant le départ du dictateur. Bricolée au mépris de la communauté chrétienne qui n’a rien à voir avec la fête de Laïd, elle reste en dehors des réalités du pays.

Le conflit est d’abord causé par l’illégitimité du despote. C’est le cas de la communauté Kurde aussi qui a réveillé sa résistance et ses potentiels militants voués à lui donner parole, car elle était silencieuse jusqu’à là.

Dès l’annonce du diplomate algérien, une faction de rebelles à Alep s’est déclarée contre toute accalmie dans les affrontements. Le seul groupe islamiste dénommé « Front islamiste al-Nosra » qui s’est constitué avec l’aide directe du Qatar pendant le dernier mois du Ramadan 2012. Ce groupuscule de quelques dizaines d’individus basés à Alep a attaqué une base militaire loyaliste le vendredi, jour de Laïd. L’attentat aurait fait plusieurs dizaines de victimes.

L’Armée syrienne libre (ASL) a avalisé le projet de cessez-le-feu ponctuel, mais les groupes de rebelles ne sont tous sous sa représentation. L’armée à la solde du dictateur songeait à éradiquer les révoltés en les prenant par surprise et lors du cessez-le-feu.

Finalement Lakhdar Brahimi se remet aux relents diplomatiques traditionnels, à savoir le conseil de sécurité… Une démarche qui n’a jamais eu de résultat, depuis déjà presque 20 mois de guerre civile. Retour à la case départ... La révolte du peuple contre un criminel qui s’accroche au pouvoir, et pour le Printemps Arabe promet le jugement pour crime contre les civils...