POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Pangea derrière le médicament contrefait



Interpol traque le trafic des produits pharmaceutiques


jeudi 4 octobre 2012
par N.E. Tatem


La lutte internationale et coordonnée entre pays du Monde, contre le trafic de médicaments, a été lancée il y a cinq ans. Et depuis, à chaque dernière campagne les prises augmentent par rapport à celle qui la précède. Selon l’OMS « l’Organisation Mondiale de la Santé », quelques 50% des médicaments vendus sur la Toile seraient des contrefaçons.

Du 25 septembre et le 2 octobre, a eu lieu « Pangea 5 », telle que l’a baptisée Interpol, la dernière opération contre la criminalité pharmaceutique sur Internet. Elle constitue le principal assaut contre ce trafic. Elle a été menée en parallèle avec Storm (Asie du Sud), Mamba (Afrique de l’Est) qui visent des points géographiques où la vente des médicaments échappe aux points légaux de distribution.

Pangea a commencée en 2008 avec 10 pays, en 2012 elle rassemblé 100 Etats en 2012 lors de sa 5ème édition. Plusieurs partenaires, police, douanes, les administrations chargées des réglementations des médicaments et le secteur privé (entreprises industrielles), participent avec Interpol chaque année. Relayé par les polices nationales au niveau local, pendant une semaine des interventions sont menées. Et comme Internet est un marché ouvert à toutes les malversations, « Pangea 5 » a frappé…

Témoignages d’un patient intoxiqué par un médicament acheté sur Internet

Nouveau record des prises, les services de police et des douanes des 100 pays ont saisi 3,75 millions de doses de médicaments contrefaits vendus sur internet. Leur valeur est estimée à 10,5 millions de dollars (8,10 millions d’euros). Et soixante-dix-neuf personnes ont été interpellées dans plusieurs pays.

Parmi les produits pharmaceutiques qui ont l’objet de saisies, lors Pangea5, figurent des traitements anti-cancer, des antibiotiques, des médicaments pour maigrir, des compléments alimentaires, ou encore des médicaments contre les troubles de l’érection et des produits dopants. Des estimations disent que 93% des pharmacies en ligne sont illicites et qu’elles sont interdites dans la plupart des pays dont la France.

L’opération vise le marché noir international des faux médicaments. Elle a aussi pour objectif d’attirer l’attention du public sur les risques qu’il court à s’approvisionner en dehors des circuits institués, comme les officines agréées et les services de santé.

Dans le monde, 18.000 sites internet de commerce de médicaments illicites ont été fermés pendant « Pangéa5 ». Grâce à l’appui de sociétés telles Visa, Mastercard ou encore Paypal, des paiements ont été suspendus et des envois groupés de publicités (spam) ou de messages sur les réseaux sociaux ont été bloqués.

Internet est actuellement le premier souk du médicament incontrôlé et dangereux. Au fur et mesure qu’Internet devient accessible dans le monde, le nombre de victimes potentielles de ses produits de trafic s’accroît. Interpol reconnaît qu’il est difficile de fermer certains sites Web, du fait du retard des législations concernant les activités numériques où fleurissent des économies illégales.

Résultats de Pangéa5 :

3750000 pilules illicites et de contrefaçon confisqués ;

Valeur estimée : 10,5 millions de dollars ;

Plus de 18.000 sites Internet fermés ;

Quelques 133.000 paquets inspectés par les organismes de réglementation et les autorités douanières, dont environ 6.700 ont été confisqués ;

Quelque 80 personnes sont actuellement sous enquête ou en état d’arrestation pour une série d’infractions, y compris l’exploitation d’un laboratoire clandestin production de médicaments contrefaits ; l’appartenance à un groupe criminel vente de médicaments illicites en ligne et exploitation de sites Web vendant des médicaments illicites.