POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Bonne gouvernance au Bénin : Les réformes de Boni Yayi font grincer les dents (Pourquoi Lionel Agbo a-t-il choisi maintenant pour parler ?)




vendredi 21 septembre 2012
par Elias


Le Chef de l’Etat, Boni Yayi a entamé depuis sa réélection en 2011, une série de réformes de tous ordres. Ces réformes étant nouvellement rentrées dans les habitudes des béninois, ne reçoivent malheureusement pas l’assentiment de quelques uns qui, malgré leur appartenance dite à la mouvance présidentielle. Le cas de Lionel Agbo qui, dans son aigreur, a craché dans la soupe qu’il a prétendu aider à préparer.

Boni Yayi devient la cible de certains de ses anciens collaborateurs. Au cours d’un point de presse tenu le mardi dernier, Me Lionel Agbo, ancien conseiller spécial à la présidence de la république, a tenu des propos qui, après analyse, n’ont rien d’autres qu’un refus de s’accorder et d’accompagner les réformes engagées par le Chef de l’Etat. Les propos tenus au cours de cette rencontre avec les hommes des médias traduisent finalement la vision contraire aux actions du Chef de l’Etat de certains de ses collaborateurs, en qui il avait pourtant confiance et qui devraient l’accompagner dans la conduite et la réussite des réformes.

Depuis donc quelques semaines, certains barrons de la mouvance présidentielle (encore qu’ils y sont rentrés par la force des choses) ont choisi cracher sur les réformes de Boni Yayi. Et des organes de presse sont mis à contribution afin de servir de relais à des déclarations dont l’objectif principal est de toujours faire croire que des gens existent encore dans l’ombre et qu’il faille penser à eux. Pour réussir cet exercice pourtant ingrat, il faut se replier sur des « bailleurs de fonds » circonstanciels et le tour est joué.

Ces mêmes bailleurs qui sont frappés par les réformes (dans la mesure où leurs intérêts personnels sont bousculés) préfèrent donc jeté leur dévolu sur des anciens collaborateurs du Chef de l’Etat en quête de recherche de survie. Ayant donc joué au jeu trouble aux côtés de Boni Yayi, ce dernier qui l’a d’ailleurs bien compris, Lionel Agbo qui a certainement tout fait pour devenir ministre (heureusement une ambition démesurée), n’a trouvé aujourd’hui autre alternative que de jouer à l’avocat du diable une classe sociale déjà rassasiée mais qui cherche à toujours tout avaler sur son chemin au détriment du béninois.

Pourquoi c’est maintenant que Lionel Agbo qui a pourtant joué d’importants rôles au profit des béninois, notamment la guerre sur le coût des GSM dans notre pays, choisit pour dénigrer Boni Yayi, saboter ses collaborateurs aussi compétents soient-ils qui sont toujours à la présidence, et surprenant, le moment opportun pour lui de défendre l’opposition et approuver les actes perpétrés pour salir l’image du Bénin ? L’avenir nous édifiera. Boni Yayi passera, les réformes resteront au grand dam du peuple béninois qui lui en sera à jamais reconnaissant.

Eric Gbaguidi