POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’ultra-droite de France condamnée, de la prison ferme aux activistes anti-migrants



La ségrégation passe devant des juges révulsés par l’idée d’une république amoindrie


vendredi 30 août 2019
par jaco


Mais fondamentalement raciste, réactionnaire et dénuée du moindre humanisme, tout l’héritage transmis à « génération identitaire », donnerait permission de se défendre du « grand remplacement ». Et avec l’invention médiatique du flux migratoire, dont les chiffres disent qu’ils sont inchangés depuis la décennie 80 du siècle dernier, la crainte d’une déchéance culturelle augmente le néofascisme qui a été toujours blanc et criminel…

Voir en ligne : Notre dossier FRANCE

Deux des 3 mis en cause étaient absents au procès, tenue jeudi 29 août. La peine de 6 mois de prison ferme où a été prononcée, pour des membres d’un sectaire collectif de Français, désirant la priorité des blancs par rapport aux autres habitants. L’unique présent à l’instance qui a la théâtralité de juger un braconnage d’hyper-citoyen, Clément Gandelin, a écopé de la légèreté et de clémence, pour un acte d’impératifs sujets qui n’ont rien de républicains.

L’an dernier dans les Alpes, une opération anti-migrants a été menée par les dirigeants du groupuscule « Génération identitaire », au lieu-dit « col de l’Échelle ». Dans cette entreprise de substitution aux forces publiques, avec la fermeture de la frontière franco-italienne, le passage à l’acte a été même applaudi par les véreux maîtres du dévoiement des valeurs françaises.

- Les médias internationaux face au traitement du terrorisme suprématiste blanc. 7 août 2019

- Au Canada, les lois 9 et 21 pour préserver des valeurs dites menacées par le remplacement 6 août 2019

Puis lors des semaines suivantes, les militants d’extrême-droite avaient annoncé des interceptions de migrants près de Névache, un point de passage d’étrangers survivants de crises dans les terres qui les ont vu naître. Les nervis ont prétendu aussi mener des enquêtes sur les passeurs, histoire de soigner leurs actes.

Pour leur part, les médias les prenaient, tels que le préconisent les lignes éditoriales xénophobes, selon l’angle de commettre des actes de préservation de la patrie. Couvrant ces mouvements des dizaines de personnes depuis les lieux montagneux, avec l’assistance de deux hélicoptères, les journalistes jouaient la retransmission. Une banderole géante et des grillages en plastique dressés aux présumés confins dans la neige faisaient aussi le tape-à-l’œil nécessaire pour gagner l’opinion.

11 juillet dernier le même tribunal a requis une telle condamnation, ce qui a été finalement retenu. D’ores et déjà, certains juristes croient que s’il y aura cassation, l’alourdissement de la sanction peut être édictée par une nécessité de réduire ce grand cinéma de l’hyper-droite et ses ligues. Ce qui est la préservation de l’autorité publique, y compris celle de la justice, face aux dérives, les conditions s’y prêtent à poser encore une fois les balises à l’extrémisme.

Ils sont donc 3 individus à se croire sur le front de l’action politique, à déverser la grande haine mobilisatrice des tenants d’un nationalisme déclinant la priorité aux français. La défense des Européens, avec une vision ethnique et culturelle de la politique, devait surtout justifiait une politique de négation du prochain.

- Des policiers des USA et des personnalités en Europe ouvertement islamophobes 6 juillet 2019

• Clément Gandelin (alias Clément Galant), Lyonnais est le président de l’association « Génération identitaire » et se présente responsable locale de « Defend Europe. • Damien Rieu, de son vrai nom Damien Lefèvre, est un ex-cadre des GI. Longtemps porte-parole, il a quitté la sphère de l’ultra-droite pour celle de l’extrême droite. • Romain Espino, 24 ans lui aussi, est le porte-parole du groupe.

« Génération Identitaire » s’intéresse à l’empêchement des migrants désormais après, avoir réussi l’exclusion des « nouveaux français ». Le personnel des partis politiques français milite de manière à associer immigration et délinquance.

Or en conséquence de l’écartement de la stabilité sociale et des droits de citoyenneté, de larges catégories de la population paupérisée se trouvent habitant les ghettos. Où même la scolarité de générations successives est deçà des autres zones de la république.

Répondre à cet article