POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Une pandémie de grippe ravageuse, si elle est mondiale, éliminera d’abord les pauvres



Une alerte d’un groupe d’experts sur les crises liées à la santé dans le monde


vendredi 20 septembre 2019
par jaco


Ecouter l’articleEn prévention médicale, la pauvreté est un véritable danger dans la mesure où elle réduit la qualité de l’existence des gens. Ce qui provoque une exaspération des pathologies infectieuses qui se propagent bien plus amplement dans les milieux humains défavorisés. Selon Axel van Trotsenburg, directeur général par intérim de la Banque mondiale, cité par "The Guadian", ces maladies auront les conditions propices à des pandémies. Ce qui est ravageur pour certaines régions du Monde.

Voir en ligne : Notre dossier : santé & médecine

Oui le dénuement provoque, d’ailleurs de plus en plus qu’il est sévère il est désastreux. Il exaspère les pathologies infectieuses qui se propagent bien plus amplement dans les milieux humains défavorisés. Selon Axel Van Trotsenburg, directeur général par intérim de la Banque mondiale, cité par "The Guardian", ces maladies auront les conditions propices à des pandémies. Ce qui est ravageur pour certaines régions du Monde.

D’éminents experts internationaux ont averti qu’une pandémie de grippe virulente capable de se propager à travers le monde en 36 heures. Une telle attaque peut faire près de 80 millions de morts. Ils sont insistants, elle est tout à fait plausible et que les efforts des gouvernements pour s’y préparer sont "nettement insuffisants", disent-ils.

- 5 opérations cardiaques réalisées à distance à l’aide de robots vasculaires. 7 septembre 2019

Un rapport annuel, d’ailleurs le 1er de l’organe indépendant de suivi et de responsabilisation, du GPMB (Global Preparedness Monitoring Board), le groupe indépendant de 15 experts réunis par la Banque mondiale et l’OMS et créé pour faire progresser l’objectif commun d’assurer la préparation aux urgences sanitaires mondiales, tient ce discours alarmiste. Sur la préparation mondiale pour les urgences de santé, il y a un malaise et le besoin de contenir des pandémies...

Ce genre d’appel vise à mettre en indexe les Etats, et s’adressant même aux 1ers responsables comme les souverains et les présidents, pour augmenter les financements et pour qu’ils se fassent aider et orienter par les organisations internationales à intégrer la préparation aux mécanismes de financement. En juillet 2019, 59 pays avaient élaboré des plans nationaux d’actions pour la sécurité sanitaire. Très peu sont financés, tel est le constat qui réveille cette alerte.

Binary Data - 0 octets
Rapport du GPMB. (en anglais)
Groupe fondé en 2018 par Banque Mondiale & OMS. Pour que des mesures politiques soient prises pour préparer et atténuer les effets des urgences sanitaires mondiales.

Les gouvernements doivent investir dans des institutions et des systèmes de santé plus solides. Ce qui favorisera la résilience, la stabilité économique et la sécurité sanitaire mondiale. Le rapport en question, que vous pouvez consulter ICI, décrit les sept étapes essentielles qui préparent un système de santé mondial pouvant faire face à la prochaine urgence sanitaire.

- La réparation de l’émail dentaire avec un gel conçu par des chercheurs de Chine 6 septembre 2019

Comme beaucoup d’habitants de la Terre semblent ne pas être bien informés de ce qui s’est passé avec après la première crise du virus Ebola, il est donc question de mettre en exergue les dangers probables. La menace d’une pandémie se propageant dans le monde entier, pouvant potentiellement tuer des dizaines de millions de personnes, doit être comme une menace réelle.

Au lieu de fermer les frontières avec la croyance de ne pas laisser les intrusions de maladies, laissant loin d’autres populations mourir dans leur malheur, n’est pas efficace. Car il existe "des risques de plus en plus graves" d’épidémies. Le monde n’y est pas préparé, a indiqué le rapport. Le document plaide avec d’incassables arguments de vigilance, de protéger des urgences sanitaires connues et face desquelles il y a de vraies faiblesses.

Outre l’avertissement sur les maladies à tendance épidémique telles que le virus Ebola, la grippe et le SAR sont de plus en plus difficiles à gérer. L’humanité est livrée à la recrudescence des conflits, aux États fragiles et à la migration croissante. La crise climatique, l’urbanisation et le manque d’installations sanitaires et d’eau adéquates sont des terrains fertiles pour des épidémies catastrophiques à propagation rapide.

La préparation en cas de pandémie doit être aussi locale que globale, et nous devons faire participer de manière significative les communautés locales à la préparation, à la détection, à l’intervention et au rétablissement en cas d’épidémie. Nous devons tous être responsables les uns envers les autres des promesses que nous faisons et des résultats que nous obtenons.
 
M. Elhadj As Sy
 
Secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés dela Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

Répondre à cet article