POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Donald Trump, l’Iran et Israël : les canons fumants avant les batailles

Les désaccords, les haines et les mensonges qui promettent la guerre

 

dimanche 6 mai 2018, par Hugo Mastréo

En réalité la décision est déjà prise, tout le reste c’est de la com. Donald Trump préfère prendre rendez-vous le 12 mai 2018, pour faire le coup d’éclat médiatique. Cette prochaine sortie du président américain sur l’accord nucléaire avec l’Iran, avait été précédée par la pathétique démonstration télévisée de Netanyahu. Un show repris par nombreux canaux du Monde. Les responsables iraniens ont rejeté ses déclarations, disant que cela est fait pour justifier la prochaine intervention de l’imprévisible et clivant locataire de la Maison Blanche.

A propos du retrait américain de l’accord nucléaire que les pays occidentaux ont signé, disent-ils au nom de la communauté internationale, avec l’Iran, la scène moyen-orientale n’a pas démontré du changement avant la date fatidique. Les tensions, entre les principaux acteurs de la région et de rares autres pays rivaux mondiaux, semblent s’attendre à la brisure de leur point de rupture.

Le pays des Mollahs ne peut pas compter sur la communauté internationale, pour n’importe lesquels de ses litiges, car tous les peuples de la Terre savent que la morbide théocratie imposée au peuple iranien est d’une cruauté insoutenable. C’est aussi le cas de son adversaire le plus en vue, l’Arabie Saoudite qui fait douter les occidentaux et les américains, de sa fiabilité, dans le respect des droits humains ou bien ses relations avec le terrorisme.

Quelques experts nucléaires confirment que les dernières déclarations des dirigeants israéliens prouvent que Téhéran fait un double jeu. Malgré que l’UE émet son doute, sur le gonflement des présomptions de Tel-Aviv, elle peut rejoindre du jour au lendemain la décision de Trump.Qui lui désire fortement se retirer de l’accord nucléaire et d’imposer des sanctions contre l’Iran.

L’incertitude sur les preuves proposées par l’Etat hébreu est forte. Néanmoins nombreux analystes, médias et nations désirent les vérifier. Des représentants de la Russie, de la Chine et de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ont été invités à se rendre en Israël, pour étudier les documents et s’assurer de leur importance.

De même que de France, de Grande-Bretagne et d’Allemagne arriveraient des enquêteurs, pour se familiariser avec les informations contenues dans les archives secrètes iraniennes, qui ont faits l’objet d’un exposé du 1er ministre de la nation sioniste. Démarchant ses révélations, Netanyahu a contacté les chefs de tous les pays signataires de l’accord nucléaire, afin de leurs exposer les données divulguées. Ce qui permet de bien les vérifier.

Une agence israélienne privée d’espionnage a dit avoir trouvé des documents compromettants sur les diplomates dépêchés par Obama pour négocier avec Téhéran, selon l’observer qui sort dimanche (lire ICI). L’orchestration d’une sale campagne de dénigrement des diplomates clés, de l’administration précédente, qui ont aidé à négocier l’accord nucléaire iranien, est aussi une manoeuvre...

C’est une autre séquence du vaste scénario qui désire mettre en conflit les pays occidentaux (qui parlent au nom de la communauté internationale), avec le régime de Téhéran. Les Mollahs de Téhéran ne comptent guère reculer sur leur stratégie de dominer le Moyen-Orient, voire d’étendre leur influence sur le Monde. Leur discours sur Israël s’inscrit dans une confrontation régionale, où déjà moult crises s’y trouvent. L’arme atomique leur est une force de frappe utile pour atteindre leurs objectifs, dont soumettre l’humanité a l’islam...

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT