POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’art sous les auspices du design digital.



Des éléments de critique prédictive de coloration technologique.


vendredi 10 janvier 2020
par N.E. Tatem


Ecouter l’article. Souvent on entend dire qu’une image vaut mieux qu’une page ou même un chapitre. Quand on tente d’en comprendre une narration ressortant de l’observation, on est subjugués par la synthèse faite avec une seule composition. C’est ainsi que montrer les faits, un objet ou un service à travers une présentation, prend toutes les dimensions de l’exposé.

Voir en ligne : RUBRIQUE

Au contenu étendu pour communiquer l’ensemble d’idée d’art et même de science, s’applique un design et de l’innovation. Alors la critique commence et finit par cerner les tendances, comme le propose cet article. Que fallait-il à un travail quelconque pour être lisible et attirant ? La réponse est la touche technologique.

Elle prend de plus en plus de place dans les performances qui représentent des idées ou des expressions et n’a pas encore dit son dernier mot en esthétique. La présence de nouvelles couleurs circulants par les nouveaux moyens de contact est cautionnée par la digitalisation. Alors les "Webdesigners" tentent de percer les attentions pour les lectures connectées.

- Programme de 2020 : vénérer la science sans le cacher. 31 décembre 2019

Des logiciels tiennent le haut du pavé pour scénariser la moindre parcelle. Image ou page de ce qui est d’abord textuel, se vend comme la dynamique du cinéma et avec la mobilité des illustrations ainsi que la fidélité des ornements. Raconter une histoire revient à la manière dont la présentation épouse la démarche de la plasticité. Plus amovible et douée d’une dramaturgie produisant le défoulement recherché.

Nombreuses variantes culturelles sont impactées par les nouvelles technologies. Et notre vie s’y délecte de ces apports qui rajoutent des lumières, comme le savoir, à l’esprit. L’avenir nous promet certainement de plus amples réjouissances. Car même l’expression corporelle de l’acteur au cinéma et au théâtre est fondamentalement changée. Son langage adopte les nouvelles solutions de représentation.

Sinon les accessoires, les décors et l’espace de jeu du comédien sont devenus à l’image de la fonction, surtout digitale, de la scène. Egalement les transitions entre les diapositives, les zooms avant et arrière, sont utilisés comme un excellent mixage, pour donner à l’offre artistique un aspect incroyablement professionnel. D’ailleurs le spécialiste est en situation de suivre la tendance de son époque.

La prestation numérique est d’autant spectaculaire qu’elle garde les effets du direct. Elle peut être enregistrée préalablement, puis donnée au public. Cependant elle garde sa fraîcheur de prédestination. D’ailleurs son présentateur est souvent parmi l’auditoire à réanimer les moindres relâchements de l’intention du public. Mais à l’avenir, selon les analystes, c’est à distance que les présentations seront regardées.

Parmi les apports esthétiques de la technologie, l’apparence en 3D, notamment des personnages et des éléments de la scène qui ont plus de relief et de faces distinguées. Le tridimensionnel est une des expressions qui se caractérise par l’usage de l’espace, en termes de largeur, hauteur et profondeur. La démonstration a des perspectives de la conception, devenue CAO (conception assistée par ordinateur) est partie de PowerPoint.

Maintenant la réalité virtuelle et la réalité augmentée quêtent l’interactivité dans l’œuvre. C’est comme en temps réel, un transformiste exécute un tour de magie pour vous transposer sous le regard un autre paysage ou carrément vous transférer dans un autre monde. Les deux concepts se diffèrent et améliorent inéluctablement la vision de la présentation.

Répondre à cet article