POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’aéroport d’Alger ouvre des aménagements qui modernisent le trafic régional...



Un bond de qualité en Afrique et atout pour le tourisme dans la région.


jeudi 9 mai 2019
par N.E. Tatem


Dans sa nouvelle configuration, l’aéroport d’Alger, Dar-El-Beïda : Houari Boumediene a plusieurs avantages, par rapport aux équipements de la région et même sur le plan continental. Avec une conversion du terminal-3, ouvert ces jours-ci, qui évoluera à la vocation de répondre aux besoins de modernisation à venir, au-delà de 2025… L’explosion de la fréquentation est passée de 3,5 millions de passagers par an à 7,8 millions en dix ans. Cette capacité augmente encore, inéluctablement en 2019, pour dépasser le cap des 8 millions de voyageurs.

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

La compagnie principale qui bénéficie de l’ouverture des nouvelles installations de l’aéroport d’Alger est "Air Algérie". Rapidement, elle compte lancer un hub, lui permettant d’assumer toutes les opérations des voyages aériens. Alors que le pays ambitionne aussi d’ouvrir son tourisme en une perspective économique louable quand l’insécurité islamo-terroriste est éradiquée.

Les tests techniques de l’infrastructure s’effectuent avec des simulations en vol, pour vérifier l’ensemble du système. Cette étape est cruciale avant de passer progressivement à la phase opérationnelle. Le transporteur national est actuellement le principal exploitant de cette plate-forme d’essai abrité par la capitale Algérienne.

- L’armée veut le vote du 4 juillet en Algérie, sans le candidat consensuel du "Hirak" 9 mai 2019

La société nationale dessert la plate-forme unique du genre en Afrique, donnant sur l’Europe, et vers le Canada, la Chine et le Moyen-Orient. A ses côtés activent d’autres entreprises que sont : Aigle Azur, Air France, British Airways, Emirates-Airlines, Lufthansa, Qatar Airways, Royal Air Maroc, Tunisair et Turkish Airlines.

Ce nouvel aéroport intéressera certainement d’autres, dans la région. Car il répond désormais une norme recherchée. Celle qui permet aux avions long-courriers, comme le A380, d’atterrir. Le projet comprend la construction du bâtiment principal, de la tour de contrôle et la réhabilitation de la piste pour accueillir de gros avions. Deux postes d’aéronef avec trois ponts de chargement seront également fournis.

Les mesures ont donc été prises pour faire face aux nouveaux défis. Elles sont récentes, voire aussi qu’elles répondent à des urgences qui étaient, quelque peu, prévisibles. Le plan à court, moyen et long terme, créé, consiste en la construction du nouveau terminal qui est opérationnel dès fin 2018. Les travaux améliorent la voie de circulation et fournissent aussi 33 places de stationnement supplémentaires pour les aéronefs.

Sur inscription dans un plan directeur de développement datant de 2009, un appel d’offres international a été lancé en 2012, pour réaliser l’étude technique du futur terminal. Le groupe de trois firmes de conception "Llywin Davis, Prointec et Brea" a été choisi. Et en 2014, les travaux ont débuté. L’exécuteur des travaux est chinois, il s’agit de "China State Construction Engineering Corporation (CSCEC)".

Le ministère des Travaux publics et des Transports, divulgue que le coût du projet avoisine les 80 milliards de DA (674 millions de dollars). Des entreprises nationales et étrangères y mettent la main.

- En Algérie, l’aspiration à l’identité africaine pour la sécurité et la démocratie. 7 mai 2019

Le prolongement de la ligne de métro reliant El Harrach à l’aéroport fonctionne déjà. De même que la nouvelle liaison ferroviaire, également prévue pour faciliter l’accès à l’aéroport à partir de 2019, est mise en service.

Situé au sud-est d’Alger, cet aéroport accède maintenant à une plus grande capacité allant à 12 millions de passagers, avec ses nouveaux aménagements. Alger deviendra l’un des plus grands aéroports d’Afrique en termes de réception et de transfert de voyageurs. Classé 10ème en termes de trafic, cette structure aéroportuaire enregistre une croissance constante de 6% à 13% depuis 2011.

Comme faveur, l’Algérie, de tous temps, a été considérée comme une porte du continent dont l’économie s’éveille et la démographie éclate. Le plus vaste pays d’Afrique entre ainsi dans une nouvelle phase de développement du transport aérien. L’opération du nouveau terminal de l’aéroport international Houari Boumediene, n’est que le prélude à un tourisme plus ample.

Le schéma de cet aéroport est identique à ceux internationaux. Une combinaison de 3 terminaux : l’un pour le trafic international, dédié aux vols à destination étrangère. Le second est consacré aux vols domestiques, pour desservir les régions intérieures. Et le troisième gère les vols charters et aux compagnies aériennes low-cost (disons à bas prix, peu de bagages et à prestation sommaire).

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article