POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’interminable menace en Algérie a besoin d’une transparence aux journalistes.



Le terrorisme algérien, dernières nouvelles qui le particularisent.


lundi 15 juillet 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


Les réseaux du terrorisme en Algérie sont dormants. La menace de violence est étroitement scrutée dans la situation des manifestations incessantes qui secouent le pays depuis le 22 février. Si les terroristes ont frapper, ça aurait été un complot du pouvoir pour briser la mobilisation du peuple. Ce n’est pas le cas ! C’est aussi, pour nombreux crédules, une trame du régime qui refuse dé céder et qui compte propulser son président !

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Mais en remontant à la "décennie noire" ou bien à la geste dit du "Printemps Arabe", l’évocation des sinistres théologies du djihad, touche davantage le Monde entier. Avec une prédilection du pays qui a été le 1er, avant la Turquie, à légaliser les partis islamistes au détriment même de la constitution, la loi la plus torchonnée par les dirigeants algériens.

Parmi les zones de grande turbulence le grand pays d’Afrique du nord reste la cible de ses propres islamistes aspirant à la cruauté et à la volonté d’appliquer la charia islamique. Même isolés de la population, les éléments criminels les plus engagés, toujours avec la manipulation de la fibre sensible de la religion, arrivent à enrôler des citoyens à leur funestes projets.

- Islamistes, ex parti unique et bureaucratie du RND à l’affût pour se réhabiliter ! 20 mars 2019

Depuis 2011, l’année du chamboulement des républiques arabes gouvernées par des despotes qui se cramponnent au pouvoir sans songer à l’alternance, la menace islamo-terroriste a pris une ampleur inégalée. Elle est devenue transfrontalière. Et le plus saillant des contestés par leurs peuples, le dynastique Bashar le syrien.

De sa proximité avec l’Irak, frappé de la vague islamiste prétendant résister à l’invasion américaine de 2013, la Syrie fut la plus exposée. Son autocrate, toujours à la tête du pays et isolé du reste de l’humanité, a détruit son pays, exilé plus da la moitié du peuple et causé pas moins d’un demi-million de morts.

Depuis justement la question des frontières est devenue cruciale, quand depuis la Turquie un flux de combattants internationaux a déferlé. Et du côté irakien, la Syrie suscita plus d’intérêt, alors que côté Baghdad les affaires étaient plus prises en charges, alors l’EI (Etat Islamique) fut proclamé en 2014 à Mossoul.

Ainsi les plus vastes et longs confins des pays arabes et africains, que sont d’Algérie, furent exposés depuis 2011 à la menace terroriste. A ce jour encore des dépôts d’armes sont découverts, tout au long des limites avec les pays du Sahel plus particulièrement. Les mains qui déposent ces arsenaux restent inconnues, cependant les experts et les analystes croient ferment que des Algériens s’apprêtent à passer à l’acte.

- Le plus grand terroriste algérien court toujours et, grâce à l’impunité, publie ses aveux 10 février 2019

Des repentances et des caches d’armes, plus généralement au sud pour les premiers et partout sur le territoire national, sont quotidiennement rapportées par le site du ministère de la défense nationale. Comme aussi des chaînes humaines de soutien activant pour apporter des aides et des mises en contacts sont aussi révélées.

Les derniers qui ont été rendus publics se situent entre Khenchela, Batna et Tébessa. Ils ont été mis hors d’état de nuire, depuis le début du mois de juin, selon le même site du ministère de l’armée qui précise que la participation du corps de la gendarmerie nationale. Auparavant, en mai, c’était à Bel-Abbès qu’une opération similaire, de quelques jours, s’était effectuée.

Le plus éloquent, le 14 juillet l’armée déclare avoir arrêté, la semaine précédente le 3 et a du même mois, des terroristes qui planifiaient de mener des attaques en utilisant des explosifs, contre les manifestants durant les protestations du mouvement dit « Hirak ». Chose qui était surveillée de près, avant qu’advienne cette révélation.

Avec plus de précisions ces arrestations semblent ne pas être extraordinaire puis à longueur d’années des éléments sont appréhendés ou bien se rendent d’eux-mêmes. Les premières opérations sont effectuées d’une manière qualitative, du point de vue qu’aucun dégât ne se déplore côté agent de l’ordre, sur le territoire national.

Commence en juin & suite en juillet Nombre de personnes Lieu (wilaya) Nom ou type d’intervention
14 juillet 5 Batna A. Wail, B. Aymen, M. Khaled, M. Saad et M. Abderrahmane
11 juillet 2 Tébessa -
10 juillet 7 Khenchela - Tebessa -
7 juillet 5 Khenchela - Tissemsilt - Blida -
6 juillet 1 Khenchela -
5 juillet 3 Khenchela - Bouira -
4 juillet 3 Khenchela - Batna -
3 juillet 3 Khenchela - Batna -
2 juillet 5 Khenchela - Tébessa -
30 juin 1 Tébessa A Fouzi : 1er à être appréhendé
28 juin 5 Boumerdès -
27 juin 1 M’Sila -
19 juin 3 Sidi-Bel-Abbès -
17 juin 1 Tissemsilt -
16 juin 3 Tissemsilt -
12 juin 1 Annaba -
12 juin 1 Aïn-Defla élimination

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article