POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le vote du président avec les "2B" est un asservissement aux vieilles castes politiques !



Crédibilité de l’armée fait une cohésion contre les véreux, les aventuriers et les cruautés


dimanche 7 juillet 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


Ils prennent en main leur avenir. Car pleinement décidés d’opérer d’une manière définitive la rupture avec les médiocrités agréées par l’ancien règne. Le forum national du dialogue le 6 juillet, à l’école supérieure d’Hôtellerie et de restauration à Ain Benian, sous la présidence de Abdelaziz Rehabi, est un flop angélique. Il reflète bien, les manœuvres d’une classe politique plus maléfique que conséquente ou auto-critique avec ses errements. Ce qui affiche le retour des mêmes connivences avec les dirigeants honnis...

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Les jeunes algériens pardonnent à Gaïd Salah ces criardes malversations et diatribes sur le « hirak », ainsi que la polémique des drapeaux. Ils saisissent désormais qu’il a chassé Bouteflika et traque la corruption. Du moins ses paroles sont politiquement dans la voie de mettre hors d’état de nuire les prédateurs.

- Une communication qui dit la poursuite de la doctrine de l’armée algérienne... 4 juillet 2019

Les plus conscients des protestataires persistent à exiger les 2 têtes, aux 2 B (Bensalah et Bédoui). Car ils n’ont aucune confiance dans un vote avec les actuels bureaucrates. Et le sentiment de désespoir est réduit par des projets de concertations, comme cette dernière réunion cherchant une quiétude des mêmes acteurs, dépourvu d’un quelconque lien avec le mouvement populaire...

L’œuvre de salubrité publique qui nettoie le pays des abjectes criminalités du clan Bouteflika et leurs larbins, explose et corrige le désenchantement ! Pourtant la déception est encore brûlante, titillant les sensations, à fleur de peau, des réformateurs convaincus et qui sont crédités du confort de pouvoir changer les spectres maléfiques qui sévissent encore.

Si les catégories juvéniles algériennes sont plus avancées en mentalité moderne, en tolérant la mixité des genres, c’est parce que leur armée compose aussi dans ses rangs la présence des femmes. Mais ces activistes attendent, le chef de l’armée, pour l’oligarque Tliba et son fils, dits être la mort d’un wali (préfet) à Annaba. Ainsi que pour différentes affaires de prédation de l’économie nationale.

Réplique de la jeunesse du Hirak en Algérie, elle compte organiser son propre forum qui se tiendra lundi 8 juillet. Avec celle de Rahabi qui rafistole, aux yeux de la galerie médiatique et les officines internationales, les vieilles hordes appelées (Issaba), l’exaspération est encore plus en exergue chez les insurgés originels qui ont fait de l’Algérie le fief d’un formidable branlebas démocratique…

- Cafouillage ou clarification en Algérie ? Faits sans équivalents dans la formation de la nation ! 3 juillet 2019

Parmi les leçons de la conférence dite « nationale du dialogue », la moyenne d’âge des participants contredit ceux de la volonté profonde, irréductible et collective d’une gouvernance libérée des tuteurs défaillants. Elle serait de 50 ans, d’après notre analyse, alors les jeunes qui parcourent le macadam depuis 22 février sont à la trappe.

Tenue samedi 6 juillet au lendemain d’une manifestation parme les cycles du vendredi du Hirak qui a coïncidé avec la fête de l’indépendance, les partis et personnalités qui surfaient ont renoué avec leur habitude de réhabiliter une classe politique, la leur, désuète. Que c’est amical de se tenir les barbichettes et de se chanter des comptines pour amuser la galerie !

Nombreux de ceux qui ont pris la parole lors de cette rencontre fissurée de toutes parts, pour son caractère facultatif, avaient auparavant encensé Chadli, Zeroual et Bouteflika. Ils se sont mis, ce jour de mémoire, à glorifier le mouvement social et politique qui secoue les appareils gâtés par la corruption. Ce qui est de trop, cette opération de sauvetage bénéficie aux castes qui ont toujours escorté la mafia contestée.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article