POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles. > L’avenir des "Fake News" entre les mains du public averti : notre sondage (...)

L’avenir des "Fake News" entre les mains du public averti : notre sondage continue.



Les alertes douteuses et les narrations congestionnées, symptômes de désinformation.


lundi 7 janvier 2019
par N.E. Tatem


Est-ce seulement de l’éthique, quand une salle de rédaction ou un journaliste obtient une information et se trouve censé la traiter, pour la faire parvenir au public ? Créer une actualité à partir d’un fait, c’est lui imprimer des lectures pour sa raison d’avoir apparu et pour les causalités qui l’ont provoquée. En 2019, Populi-Scoop s’engage à mieux vérifier le contenu de ses publications, au-delà même de la correction linguistique. L’année 2018 a changé les choses, mais notre ligne de conduite restera dans son éditorial de servir l’utilité sociale, de proposer des sujets oubliés et de bousculer les tabous et préjugés !

D’abord il y a le changement des sources pour les journalistes. Déjà qu’elles étaient par le passé difficiles, réticentes et généralement paranoïaques à cause des conséquences de leur découverte, donc elles sont plus facilitées. Les organes se tournent maintenant régulièrement vers des sources en ligne pour aiguillonner leurs reporters sur les sujets pertinents, voire les plus actuels. Mais c’est là que les canulars sont mieux élaborés et peuvent tromper.

- Notre dernier sujet : Fake News : qui les comprend ? Et qui ne voient pas les fausses informations ? Notre sondage. 28 décembre 2018

Les journalistes honnêtes qui travaillent avec conscience cherchent à s’adapter à l’ère d’Internet où se poursuit l’ancienne manipulation des masses, les auditoires des grands titres. C’est-à-dire ceux qui assument leurs opinions et ne les cachent pas derrière l’impartialité, sont plus déterminés que jamais. Ils comptent rapporter l’information brute. Mais la plus complète de l’info, comportant l’analyse qui encadre l’interprétation, est destinée à construire un avis synergique envers l’intérêt collectif.

L’époque est trop critique, en renfermant la précarité professionnelle des faiseurs de l’info. Les agents de désinformation utilisent des espaces en ligne qui leur sont appropriés. Ils sont souvent anonymes pour pouvoir semer des rumeurs et du contenu fabriqué, dans l’espoir de parvenir éventuellement aux échos propres aux médias. Alors, comment les journalistes peuvent-ils se protéger de la manipulation, quand ils aspirent à décliner, de la société, les manifestations culturelles ou d’autres natures ?

L’année 2019 interpelle sur la manière d’être informé, quand déjà des entités intermédiaires, comme les pseudos "influenceurs", déraillent comme bon leur semble. Il y a un point à identifier qui évite l’esprit critique en ce qui concerne les rapports sur la désinformation. Ce repère consiste à mettre de la lumière sur ce qui est proposé à la lecture, qui prend racine du questionnement essentiel : pourquoi un tel sujet et non son parallèle ou son contraire ?

- 2 ou 3 choses qui informent sur la révolution de la presse de l’ère numérique 6 décembre 2018

Le phénomène des « Fake News » suscite que les rédacteurs doivent être plus lucides et mieux formés pour mener leurs investigations et gérer leur production. La routine est carrément obsolète devant les nouvelles exigences de compétence, afin d’empêcher que se faufilent des mensonges délibérément produits dans le but de fomenter des complots coordonnés. Même si l’objectif est d’éviter la désinformation, il faut donc maîtriser ses techniques et la manière comment elle est déployée.

L’information certes ne s’invente pas, cependant elle est soumise à sa propre interprétation par celui se situe en amont du public qui la reçoit. Les nouveaux espaces des réseaux sociaux du Net sont assez sélectifs pour donner latitude aux internautes de diffuser, par le partage, ce qui d’abord leur convient ou bien leur plait. Ils sont aussi une prolifique source de laquelle les primautés parviennent aux salles de rédaction. Elles servent aussi aux inspirations individuelles qui construisent des indications fondamentales pour enrichir l’information.

Répondre à cet article