POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Snowden, le lanceur d’alerte accusé "agent russe".



Les politicards américains délirent avec la reprise de "la guerre froide".


mercredi 22 janvier 2014
par N.E. Tatem


Chaque fois qu’une note d’humeur d’Edward Snowden se fait relater, la virale "espionnite" devient écarlate, contagieuse et mortellement démystificatrice. L’ancien consultant de la NSA est soupçonné, par des membres du congrès, d’avoir été aidé par les russes...

Voir en ligne : Notre dossier : NSA - Wikileaks

Les révélations qui éclaboussent les Etats-Unis pratiquant, non pas une surveillance pour leur sécurité, un espionnage massif et intensément envers mêmes leurs loyaux alliés, deviennent particulièrement la question déontologique du Web : qui contrôle ? Internet et autres téléphonies sont cryptés, et tous les moyens sont bons pour les USA s’imposent leader du Monde.

La technologie transfert inévitablement la vie des gens, connectées. Et puisque la vie privée s’étale dans l’espace numérique universel, profilant chaque internaute selon une identité... Des fois les individus n’aiment pas que leurs indications soient reprises, stockées, utilisées ou dévoilées. Et quand on finit sur les écrans, l’humanité est informée de l’essentiel de ce que vous êtes...

Internet et ses tendances de « voyeurisme » mettent cybercriminels contre le peuple. Dernièrement les indications de millions de cartes bancaires ont été cryptées à de nombreux points de commerce aux Etas-Unis et en Allemagne. Et les chasseurs qui devaient neutraliser les internautes dangereux, nous guettent plus qu’ils nous protègent, d’après cette histoire de la NSA.

Désormais les journalistes comptent faire usage, la technologie aidant, de drones pour prendre des photos de zones qui leurs sont dangereuses. Avec des caméras embarquées par les nouveaux aéronefs sans pilotes, ou cachées dans des objets. Ce qui fera des révélations prises de sources inaccessibles, donc explorées au détriment de la volonté de les cacher.

Des choses semblables à celles qu’un certain Julian Assange a glané et croisé sur la toile. Les alertes des données diffusées par Snowden condamnent ce qui ne pouvait s’établir, arbitrairement par les Etats-Unis au détriment du reste de la Terre et avec une légalité accélérée. La maîtrise des outils contemporains de la communication sociétale donne de l’avance aux USA.

Un savoir individuel, ou les astuces d’un hacker institutionnel !

Edward Snowden est déclaré espion russe, par des élus de la commission de sécurité du congrès, du fait d’avoir pris des documents et de les avoir fuités à la presse. Et quand il le fait à partir de Moscou, le climat de la [guerre froide] a déjà généré le maccarthysme, au pays de l’oncle Sam. Les sorcières sont dites maléfiques dans les maisons hantées du mal !

Cette transparence qui se fait des héros, tel ce transfuge de la CIA, est digne d’un scénario hollywoodien. Une saga à la hauteur de ses protagonistes, l’agent Snowden traqué en Asie réussit de passer à travers les mailles du filet qui devait l’appréhender.

Dans l’interview qu’a donné Edward Snowden dans le Now-Yorker, il a répliqué des réponses à l’absurdité des accusations.

Il s’en prend aussi aux médias qu’il qualifient de ne vouloir pas aider le pays en dénonçant ces pratiques à la fois illégales et injustes. « ... C’est manifestement faux, et le peuple américain est plus intelligent que les politiciens pensent qu’il est. » , dit-il !

Au regard de son itinéraire, cet ancien agent de la CIA puis de la NSA qui dit avoir commencer son projet de dénonciateur en 2007, n’a rien d’un agent russe. Aux yeux de l’administration américaine qui lui a retiré son passeport, il est déjà inculpé d’espionnage.

Que peut-on encore dire de Wikileaks, aidé aussi par un autre soldat américain. Et dont le leader n’est pas américain et est assiégé depuis des mois dans l’ambassade équatorienne de Londres ?

Le lanceur d’alerte Snowden a vécu 40 jours dans le hall d’un aéroport asiatique. Son parcours est révélateur d’un message de liberté et de conscience constructive d’une perspective de justice !

Répondre à cet article