POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


MAROC : Ali Arras à l’ombre de la citoyenneté déclassée…



Belgo-marocain, accusé sans preuves et torturé...


jeudi 28 avril 2011
par Gros Emile


Ali Arrass, jugé au Maroc depuis le 29 avril 2001, est au cœur d’une affaire qui à elle seule reflète, toutes les discriminations institutionnelles dont sont victimes certains européens. Les Roms ou bien les beurs, les premiers sont européens depuis des siècles et les seconds descendants d’émigrants originaires d’origine africaine et maghrébine, sont totalement exclus des activités sociétales et moins couverts dans leurs droits...

Voir en ligne : Notre dossier : Maroc

En effet Ali Arrass est à l’image, de la situation d’écartement des jeunes générations, généralement collée aux exilés qui sont musulmans et arabes à la fois ! Nombreux rejetons d’émigrés maghrébins sont, dans presque tous les pays européens, mal lotis comme citoyens. Et sont associés au seul milieu de voleurs, trafiquants de drogue et terroristes, que sait bien décrire un certain Eric Zemmour, la référence des médias français, pour vivre injustement marginalisés.

Conférence de Presse AMDH - Aarrass - 2011-04-20 from julien.pierre on Vimeo.

Des populations qui n’ont que peu de considération dans la citoyenneté qui les a vus naître, et nombreux n’ont connu aucune autres. En masse, des jeunes maghrébins sont traités comme des sous-citoyens, leurs droits comme leurs libertés sont en deçà de toute éthique.

SOLIDARITE AVEC ALI ARRASS

Paient-ils leurs impôts et d’une irréprochable droiture ? D’ailleurs pourquoi préfèrent-ils garder l’ancienne nationalité de leurs aïeuls ? Afin que s’ils soient exclus ici, ils peuvent espérer ailleurs en préservant une identité de leurs origines parentales. Mais quand leur attachement à cette identité nativement héritée, ils vivront évincés…

Consulter : Revue de presse mondiale pour l’affaire Ali Arrass

Ali Arrass est belge jouissant de la nationalité marocaine par son père. Son procès s’est ouvert cette 1ere fois, jeudi 21 avril, devant la Cour d’appel de Salé au Maroc. Sous l’accusation de projets terroristes, comme nombreux prisonniers qui croupissent dans des prisons à travers le monde. Celles de pays se disant de la liberté, dont Guantanamo-Bay est la plus connue. D’autres incarcérations sont disséminées en d’autres nations, comme le Maroc qui assume une prévention illégale envers de présumés dangereux. Et où la torture est monnaie courante selon ce rapport (en anglais) américain qui décrit les pratiques du Makhzen.

Sur le plan idéologique, les plus nombreux détenus dans l’opacité à travers le monde sont les islamistes pour projets terroristes ! Car on peut aussi citer les cubains soupçonnés d’espionnage et internés aux USA.

Le Juge espagnol Garzon, spécialiste du terrorisme qui a innocenté Ali Arrass.

Âgé de 49 ans, Ali est, sans moindre preuves, incriminé d’être du réseau terroriste islamiste dit « Belliraj » dont le procès a été traité le 28 juillet 2009 par le même tribunal de Salé. A ce groupe se sont trouvées associées 35 personnes, accusées pour les attentats perpétrés au Maroc. Qui toutes contestent les dépositions qui leurs sont attribuées. Elles se sont expliquées devant le juge de première instance, disant que leurs paroles avaient été obtenues « sous la contrainte ou ont été modifiées. » Mais en vain !

La défense d’Abdelkader Belliraj avait fait appel de la sentence, comme pour la plupart de ses co-accusés, notamment pour « non-indépendance » de la justice marocaine. Cependant, la peine de Belliraj a été confirmée en juillet 2010, après son appel.

Comment Ali s’est trouvé dans ce réseau, c’est par une désignation d’un ressortissant algérien parmi les 35 détenus. Et qui s’est rétracté de son témoignage, mais surtout il n’avait jamais connu Ali Arrass sur enquête du juge Garzon.