POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Dans mon pays




mardi 11 janvier 2011
par UnknowWriter


Pauvres, riches, cultivés, analphabètes, un pays de contraste..

Dans mon pays, on trouve des petits crabes qui se reproduisent facilement qualque soit l’endroit : rizière, champ et même égout. Ils détruisent les cultures : on les appelle Foza orana. Les pauvres s’en nourrissent parce qu’ils n’ont rien à se mettre sous la dent.

Dans mon pays, les jeunes filles de niveau pauvre et moyen n’ont qu’un seul but : trouver un vazaha (étranger) pour quitter le pays.

Dans mon pays, mineures, adolescentes, adultes, âgées se prostituent parce qu’elles n’ont guère le choix et que c’est un moyen bien plus facile de gagner de l’argent.

Dans mon pays, les quatre mies sont à peine vêtus, mendiant les restes de chaque foyer et se font insulter parce qu’ils sont sales.

Dans mon pays, les fous trainent dans les rues, effraient et tabassent les passants.

Dans mon pays, il y a près d’une centaine de partis politiques, tous se disent représentants du peuple mais convoitent la même place.

Dans mon pays, les deejay sont président, les fermiers sont présidents. A première vue, rien ne les lie, et pourtant ils finissent tous dictateurs.

Dans mon pays, il y a une crise qui dure depuis deux ans. Le peuple s’appauvrit mais il y a toujours une classe de privilégiés : roulant dans leur 4X4, grâce aux carburants de l’Etat, déjeunant dans les grands restaurants de la capitale et prétendant aider le peuple.

Dans mon pays, les pasteurs filment des scènes d’exorcisme : les fidèles dans leur plus simple appareillement. Les vidéos sont diffusés un peu partout dans la ville, et ces premiers s’étonnent de la présence d’une telle scène au sein même de leur propre église et se sentent outrés.

Mon pays, c’est tout cela et bien plus encore.

Alors pourquoi aurais-je envie de changer cette situation si je sais que moi-même, pauvre, je ferai comme les pauvres ; riche, je ferai comme les riches ; avec du pouvoir, j’en abuserai..

Je préfère me focaliser sur mon monde et mon entourage. Si cela produit un impact positif sur l’extérieur, tant mieux, sinon, la vie est ainsi faite.