POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > L’opposition est aussi familiale à la 3ème succession de la dynastie (...)

L’opposition est aussi familiale à la 3ème succession de la dynastie Kim.



Aucun pas en avant, 2ème pas en arrière ! Telle est la suspecte succession en Corée du Nord.


mercredi 13 octobre 2010
par Rebel Kazimir


L’humanité et les communistes du monde entier se sont offusqués que la succession en Corée du Nord, se fasse par un fils au secrétariat du parti et à la tête de l’Etat. Car ce n’est pas le cas du frère de Fidel Castro qui a succédé à son frère. Un paradoxe qui attire un autre malheur dans l’échec des théories marxistes.

Car ce dernier n’est pas tombé avec la dernière pluie. Il fut compagnon de Che Guevara et de toutes les péripéties de la révolution cubaine.

Ce n’est pas le cas en Corée du Nord. Le prescrit sort effectivement de la boîte de Pandore. Depuis que le père avait subi un accident vasculaire cérébral en 2008, et est considérée comme étant en mauvaise santé, la recherche d’un légataire a été mise en branle. Ce fut la surprise, que le plus jeune des 3 fils du secrétaire du parti des travailleurs ait été choisi. Très peu de membres du parti et encore les réactions de la population, n’ont pris à bras le corps cette question de reporter encore une fois et la 3ème à l’un le pouvoir des fils.

Par ordre d’âge, c’est aussi le 3ème des enfants. Car l’élu désigné a deux frères aînés. Comme le silence a plané et peu de répliques ont été entendues de cette dérive du communisme. C’est le 1er qui réagi, ne souhaitant que son frère ne s’installe pas à la tête de l’Etat. Il s’appelle Kim Jong-nam, et vit en Chine et à Macao. Sa déclaration a été relayé la Japon-TV Asahi, le 9 octobre. Au même moment où l’apparition publique de son frère a été publique, aux côtés de son père, lors d’un défilé militaire à Pyongyang. Ce dernier a été nommé le mois d’avant, général qui est un poste clé dans la décision politique du Parti des Travailleurs coréen. Parade militaire en Corée du Nord Dans son intervention, il a insisté à ce sujet qu’il n’avait personnellement aucun intérêt à devenir chef de file, et a indiqué qu’il n’y avait pas de confrontation entre les frères et sœurs qui sont soupçonnés d’avoir des mères différentes.

Il était discret et ne voulait pas apparaître comme un éventuel candidat, alors qu’il s’attendait à être l’heureux désigné. Il a été contacté par la presse chinoise qui lui posé la question. Parlant couramment l’anglais, il ne s’est empêché de soutenir cette décision concernant son frère, tout en expliquant qu’il est opposé à cette éventualité. De quoi entretenir une ambigüité inexplicable.

Âgé de 39 ans, Jong-nam est considéré comme le fils d’une actrice décédée il ya longtemps à Moscou. Quant à la mère de ses deux autres deux frères, dont le plus jeune Jong-un, était une danseuse. Au début c’était lui qui a été vu au poste tant convoité aussi par les membres de la famille, que par l’entourage de l’actuel chef de l’Etat ainsi que nombreux autres prétendants militants du PC coréen. Mais sa candidature est tombée en désuétude, en perdant surtout les faveurs de son père, depuis qu’il a été arrêté, récemment, au Japon avec des documents falsifiés, qu’il allait utiliser pour effectuer une visite de plaisance à Disneyland de Tokyo.

« Je souhaite que mon frère fasse de son mieux pour le peuple nord-coréen et pour sa prospérité… / … Je suis prêt à aider mon frère à tout moment depuis l’étranger s’il a besoin de moi. » A-t-il dit