POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’Etat islamique régule les tarifs de la traite humaine selon la charia islamique



L’Etat islamique organise l’esclavage et régule ce commerce


samedi 8 août 2015
par Gros Emile


La traite humaine à laquelle s’adonne l’Etat Islamique, créé sur les territoires pris d’Irak et de Syrie par les islamo-terroristes, n’a pas verset coranique pour la bannir. Dans ses généralités le Coran, comme toutes les autres religions, incite à ne pas faire du mal à autrui. Mais aussi, il garde les normes archaïques de l’esclavage des temps révolus.

Voir en ligne : Notre dossier : Daesh ISIS EIIL Daech Isil

Au début du mois de juillet 2015, un document exceptionnel est divulgué par une haute responsable de l’ONU. Grâce à des activistes, une brochure, montrant les tarifs pratiqués dans les transactions de vies humaines, est parvenue à qui l’envoi désirait qu’il arrive.

Nos sujets pertinents sur l’Etat Islamique.
- Il revient d’une visite des territoires sous contrôle du DAESH
- La promesse de la bombe atomique du Daesh prise au sérieux
- Qui sont les intermédiaires dans la vente du pétrole du Daesh ?

Reçu par Zainab Hawa Bangura au début de l’année 2015, par le haut commissaire des Nations unies et représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la violence sexuelle dans les conflits, désignée le 22 juin 2012 et installée à son poste en septembre de la même année, au début il n’a pas été pris au sérieux. Mais cette responsable a tenu à vérifier...

La brochure est passée par diverses expertises, afin d’authentifier sa source et la véracité de son contenu. La responsable de l’ONU a tenu à suivre cette affaire d’esclavage et l’a soumis à des connaisseurs du Moyen-Orient, notamment de Jordanie et de Turquie. Tous les avis qui ont observé de près le document disent qu’il rentre effectivement dans les pièces de l’administration du Daesh.

Le mercuriale des prix se divise en deux parties, celle des ventes entre terroristes et celle des acheteurs externes. Aux djihadistes, les tarifs sont carrément fixés au plus bas. Un terroriste de l’EI doit débourser 165 dollars pour acheter un enfant, 124 dollars pour une adolescente et 60 dollars pour une femme de 30 ans. Pour cette dernière catégorie, les femmes âgées perdent 1 dollar par an au fur et à mesure qu’elles vieillissent.

Une femme pourrait être vendue à 5 ou 6 hommes différents terroristes, avoir donc plusieurs propriétaires. Et les enfants seraient plus chers lorsqu’ils sont très jeunes. Les filles sont les meilleures otages rentables, elles sont revendues à leurs propres familles pour des milliers de dollars de rançon, a expliqué la responsable de l’ONU lors d’une interview donnée au siège de l’organisation internationale.

Parmi la clientèle, les riches étrangers de la région sont autorisés à mettre des milliers de dollars pour des femmes et des enfants a déclaré Zainab Bangura. Ceux qui ne trouvent pas preneurs parmi les femmes et enfants restants, sont bradés aux combattants quelques dinars irakiens, comme le montre les tarifs indiqués dans l’image qui illustre cet article.

Commentant aussi cette situation, Zainab Bangura a précisé qu’il ne s’agit d’un seul groupe terroriste qui s’adonne à cette traite humaine. Mais c’est toute la doctrine de l’Etat Islamique est ainsi.

Selon la représentante de l’ONU, le Daesh a même créé des genres d’établissements qui donneraient des conseils sur la façon de traiter ces femmes et aurait créé des agences matrimoniales pour les revendre. La combinaison entre un Etat militaire et un Etat organisé, permet la gestion de ce commerce d’esclave à ciel ouvert et selon des citations reproduites du Coran.

Haja Zainab Hawa Bangura

Zainab Bangura giving a radio interview in Kinshasa (8654821769).jpg
"Zainab Bangura giving a radio interview in Kinshasa (8654821769)" by MONUSCO/Myriam Asmani. Licensed under CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons.

Répondre à cet article