POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Israël et opposition syrienne, le pacte des loups



Sans Bashar Al-Assad, tant de malheurs pouvaient être évités


dimanche 26 juillet 2015
par Azouz Benhocine


Il était difficile de tirer ce ver des nez des responsables israéliens, qui ont été derrière ce fait. Finalement le ministre de la Défense Moshe Ya’alon a déclaré lundi qu’Israël a fourni une aide aux rebelles syriens. Mais qui est réellement l’opposition armée qui mène le combat en 2015, pour chasser le tyran des affaires de Damas ? Les islamo-terroristes locaux, soutenus par les réseaux internationaux, n’ont laissé aucune place aux révoltés pour la démocratie de 2011…

Voir en ligne : Notre dossier : SYRIE

Les médias alternatifs ont été les premiers, à rendre publique cette information qu’Israël prête main forte au terrorisme en Syrie, quand la nébulosité obscurcit la vue. Les officiels de l’Etat hébreu, hésitants refusaient de commenter, l’atermoiement à l’idée d’entretenir les « djihadistes » est reconnu. Par contre les médias occidentaux, à leur habitude d’entretenir un black-out aux agissements du colonialisme. Ils réfutent l’invraisemblable, le doute permis ne l’est plus.

Même préfère le Daesh que l’opposition :
- Offensive en Syrie qui renforce le Daesh au détriment des opposants

Cette fois, le ministre israélien a été clair, « Nous les avons aidés à deux conditions : qu’ils ne deviennent pas trop près de la frontière et qu’ils ne se touchent pas les Druzes. » Yaalon a reconnu qu’une aide médicale israélienne a été donnée aux rebelles syriens. Certains de ces blessés soignés en Israël sont sans doute ses combattants d’Al-Qaïda, puisqu’il s’agit des blessés de « Djabhet En-Nusra » qui est affiliée à l’ancienne organisation de Benladen.

Sur le front des combats, pour renverser le régime que Bashar a hérité de son père, il n’y a aucune distinction entre le Daesh, Enusra ou autres groupuscules ayant pris le langage des armes. D’ailleurs, très peu d’escarmouches ont été signalées entre les différentes organisations, pour lesquelles l’islamisme international a mobilisé et équipé des « djihadistes » des quatre coins de la Terre.

Les blessés de l’opposition syrienne étaient soignés depuis janvier 2015 au plateau du Golan, maintenant dans les hôpitaux de Tel-Aviv.

Des rapports déposés au conseil de sécurité de l’ONU en décembre 2014 ont déjà donné cette alerte, on n’a pas tenu compte. Et Israël s’adonnait depuis pratiquement sans le cacher.

Les Etats-Unis ont déjà reconnu leurs erreurs, quand la pression des républicains reste encore poussive pour l’impérialisme. Nos alliés dans la région ont créé notre plus grand problème en Syrie, adit Joe Biden. « …Ils ont versé des centaines de millions de dollars et... des milliers de tonnes d’armes pour ceux qui se battraient contre Assad, sauf que les personnes qui étaient fournis étaient Al Nusra et Al-Qaïda et les éléments extrémistes de djihadistes. »

Tout dernièrement, la Turquie a changé d’épaule à son fusil, après que les attentats sur son territoire. Un attentat dans une ville de province a fait une trentaine de morts, il a été suivi d’un autre à Ankara. La vague d’insécurité dans ce pays entraîné vers l’islamisme, la matrice idéologique du terrorisme, par l’AKP qui gouverne et dont les dirigeants se sont impliqués dans le conflit syrien et ont refusé à l’aviation de l’alliance qui combat l’Etat Islamique l’utilisation de leurs bases…

Cette vérité, qu’Israël a collaboré avec les opposants armés du régime, se rajoute à la liste de tous les amis que les terroristes ont pu avoir pour semer la terreur. Elle rentre dans la stratégie qu’ont eu les Etats-Unis et leur gendarme dans lé région du Proche-Orient pour déstabiliser et affaiblir les adversaires de l’allié t des peuples qui voient en l’Amérique le grand Satan !

Les américains avouent que ce sont leurs alliés arabes qui financent l’EI. La Turquie, membre de l’OTAN, l’a également soutenu. Les Etats-Unis et leurs alliés contre Assad ont armé officiellement les rebelles depuis le début. Manque les différents terroristes ont 80% des armes envoyées par ces aides à l’opposition. Elles se retrouveraient chez Al Nosra qui désirait en Septembre 2013 à s’unir à l’EI. Les Famas de l’armée française se retrouvent maintenant totalement entre les mains de l’EI.

Répondre à cet article