POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’accord sur le nucléaire iranien : deal qui modifie le leadership au Moyen-Orient



Les mains libres, l’Iran s’occupe de l’Etat Islamique


dimanche 19 juillet 2015
par Hugo Mastréo


La géopolitique, première matière de la diplomatie mondiale, vient de vivre un événement assez imposant, dans les échanges internationaux pour être ignorer. L’accord iranien avec les puissances du Monde pour son programme nucléaire est, avec l’action de la coalition grecque de Syriza en Europe, un fait majeur pour l’année 2015. L’accessibilité au marché iranien intéresse l’économie mondiale et les négociations nécessaires sont effectivement maintenant concluantes…

Voir en ligne : Notre dossier : IRAN

La Chine, la France, l’Allemagne, la Fédération de Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis, avec le Haut Représentant de l’Union européenne (pour les affaires étrangères et la politique de sécurité) ont trouvé le compromis avec la République islamique d’Iran. Ce qui pèsera directement sur la conjoncture présente au Moyen-Orient. Outre l’effet de longue échéance dans la région la plus houleuse de la Terre, d’emblée et en ricochet, une nouvelle chute du prix du pétrole serait inévitable.

Depuis des décennies un tel changement n’a pas été imaginé, il est en phase de modifier le paysage des relations dans un espace qui s’est miné de terrorisme. Ainsi le leadership entre les puissances régionales subit, dès lors que cette entente s’est déterminée comme irréversible pour au moins une période d’un an.

L’Iran est le pays qui a une présence bien installée en Irak, au Liban, en Syrie et au Yémen. Ces nations vivent une guerre souvent concoctée depuis l’Arabie Saoudite le Qatar, mais là aussi les mollahs ont construit, au fil des ans, des alliances sur des critères religieux et sectaires. Et comme l’EI (Etat Islamique) livre conquête, l’Iran a vraiment obtenu son quitus pour le battre.

Déjà présent dans les conflits régionaux, l’Iran s’impose par sa fiabilité.

En clair, l’accord signé en Autriche donne la garantie technique, à propos de la qualité d’enrichissement de l’uranium, qui ne permet pas à Téhéran de songer, ou pouvoir, construire la bombe atomique. La norme de limitation est fixée du point de vue du procédé de contrôle quant à la fabrication nucléaire mise en place dans le pays. D’où le retour de sanctions en cas de défaillance constatée par l’AIEA.

Pour les monarchies pétrolières et Israël, c’est évidemment le deal trouvé et accepté rompt avec une suprématie qui n’a pas été conséquente et bénéfique, la conjoncture présente se recentre à la question de l’EI (Etat Islamique). Si l’Etat hébreu se plait aux déchirements de ses voisins par l’islamisme armé, l’Arabie saoudite qui l’a parrainé des années durant, multiplie encore ses soutiens aux hordes criminelles déchaînées en Syrie.

Ces monarchies pétrolières n’existaient pas il 3 ou 4 décennies, leur montée a pour prolongement visible la force de frappe de l’islamo-terrorisme. L’accord qui introduit le nouvel élément, la menace terroriste, a aussi l’idée de créer l’équilibre qui donner à la présence iranienne son réel poids, ainsi que de l’aiguillonner à agir. Puisque les anciennes alliés restent sur des pratiques qui donnent à réfléchir…

Répondre à cet article