POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le trésor des câbles de Wikileaks sur l’Arabie Saoudite



Notables conséquences des secrets de la monarchie protégée des Etats-Unis


dimanche 21 juin 2015
par N.E. Tatem


Wikileaks donne au journalisme des paquets d’éléments pouvant construire et inspirer autant d’histoires... Des sujets à raconter à l’opinion mondiale et à faire entendre aux auditoires avides de se faire idée de la vérité qui leur est cachée. Chaque émail, conversation, correspondance ou directive obtenu permet, sauf cas rares, de relater une information ou bien même de commencer une enquête à plusieurs chapitres ou tomber sur un ou plusieurs scoops.

Voir en ligne : Notre dossier : WIKILEAKS

Panique à Riyad. Le régime wahhabite somme ses citoyens de ne pas lire les #SaudiCables.

Posted by Bahar Kimyongür on mercredi 24 juin 2015

Le lourd dossier des, inabordables aux médias, secrets de l’Arabie Saoudite est passé dernièrement au crible de Wikileaks. Bien sûr le volet diplomatique constitue, pour ce cas de pays aux relations équivoques avec la couverture des puissances du Monde que le pétrole enivre, il faut s’attendre à de grands dossiers.

Tous nos articles sur l’Arabie Saoudite et ceux où ce royaume est cité.

Les contenus saoudiens, aspirés par ce nouvel « hacking » sont généralement en langue arabe. Certainement ils sont intéressants quand plusieurs complots sont d’inspiration et d’instigations wahhabite. Mais leur décortication par les lecteurs et les investigations de presse auront certainement des conséquences sur l’avenir de l’intangibilité du Royaume dont la tyrannie reste impunie.

Par coïncidence, les câbles saoudiens sont également tombés avec deux autres événements.

- 1 - C’est la 3ème année que le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, s’est réfugié dans l’ambassade équatorienne à Londres, en quête d’un asile pour échapper à la traque que lui livre les Etats-unis qui ont fait intervenir récemment leur police fédérale « FBI » contre les dirigeants corrompus de la FIFA. Une persécution et détention, avec intention d’expatriation, qui dure près de cinq ans, sans inculpation au Royaume-Uni.

- 2- Aussi ce même jour, le géant d’internet Google a révélé qu’il avait été contraint de remettre plusieurs données concernant Wikileaks au gouvernement américain. Afin d’aider et de renforcer, sur le plan juridique, la poursuite du personnel du site « Wikileaks » sous les accusations d’espionnage. Cette inculpation découle de la publication de câbles diplomatiques américains, les équivalents de ceux qui apportent maintenant les affaires de l’Arabie Saoudite.

En bloc ou bien par élément, chacun peut constituer un sujet en tirant matière d’une telle source unique, puisque tous glanés des méandres secrets d’un pays jouissant des complicités les plus influentes. Réagissant aux faits d’actualités, selon ce qui est manifestement injuste ou illégal, Wikileaks vient de diffuser, dans une 1ère livraison, un paquet de 70 000 documents, dont nombreux frappés du seau de la confidentialité. Ils sont une partie de plus d’un demi-million piratés de divers services du royaume criminel de l’Arabie Saoudite.

C’est d’ailleurs l’une des nations qui impose le silence aux politicards internationaux qui bassinent l’humanité avec la défense des droits humains. Premier importateur d’armes en 2014, l’Arabie Saoudite le sera aussi cette année. Les vendeurs de machines à tuer, comme la France, pointent dans ce royaume à l’instar du président français, quand Obama préfère actuellement garder ses distances.

Consulter les quelques 70 000 câbles diffusés par Wikileaks le 19 juin 2015, à 13 heures GMT.

Lors de la mise en ligne de ces données qui s’est effectuée le 19 juin 2015, l’éditeur de WikiLeaks, Julian Assange en personne, a déclaré : « Les Câbles saoudiens soulèvent le couvercle sur une dictature de plus en plus erratique et secrète qui a non seulement a célébré sa 100e décapitation cette année, (mi-juin), mais qui est aussi devenue une menace pour ses voisins et lui-même. »

Pas la moindre réaction des pseudos sauveteurs de l’humanité quant au comportement de ce royaume incroyablement couvert pour ses atteintes au droit humains. Mais les prochains jours seront plus scandaleux le temps de tirer des sujets de ces câbles.

Répondre à cet article