POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Frappes anti-Daech en Syrie, nouvel horizon pour Assad



Le double langage des soutiens à l’islamo-terrorisme, USA et sa CIA ferment les yeux !


mardi 23 septembre 2014
par Azouz Benhocine


Toute honte bue, les ennemis du despote syrien, contesté par la partie militante de son peuple, frappent les islamo-terroristes qui prennent part à l’opposition armée. Distinctement, voire avec l’aide sur le terrain, des rebelles laïcs du pays, des attaques aériennes ont commencé pour s’effectuer à l’avenir quotidiennement en Syrie, conjointement avec celles en Irak.

Selon le Pentagone, au premier jour des frappes, cinq pays arabes, qualifiés de « partenaires » par Obama, participent dans une offensive anti-Isil en Syrie. Une intervention salutaire pour un régime qui en avait grandement besoin.

Seule la Jordanie affirme que ses avions ont effectivement effectué des frappes aériennes, au premier jour. Tous les autres pays arabes, au nombre de 5 au total, ont gardé le silence. Ces attaques ciblent des zones qui étaient incontrôlables au régime syrien. Bashar a reçu un émissaire irakien et s’est exprimé, disant soutenir ces interventions.

Des questions sont alors soulevées, quant au double langage des autres partenaires que sont logiquement : le Bahreïn, l’Arabie Saoudite, le Qatar et les Emirats Arabes Unis ?

Auxquels, il faut rajouter la Turquie. Savoir si tous ces pays prennent effectivement part aux missions de bombardement, ou la restriction de leur rôle est limitée, est difficile à établir. Ils servent à offrir des bases et d’ouvrir leur espace aérien respectif, ou font plus, ce qui reste à deviner ?

Au premier jour, les choses restent obscures, quand 100 000 kurdes syriens quittent leur pays et témoignent que la Turquie, qui n’est un pays arabe, est suspectée d’avoir toujours aidé le Daech. C’est le pays qui préfère les islamistes en Egypte. Depuis 2011 que la crise syrienne a éclaté, Ankara s’est distinguée de bouder l’opposition laïque, plus que le Qatar. La libération de 42 citoyens et diplomates turcs, mi-septembre 2014, enlevés depuis janvier de la même année par le Daesh reste atypique, sur comment elle a été obtenue ?

Les pays arabes intervenant dans le printemps des autres Etats, le faisaient pour le terrorisme…

 Le Bahreïn est le pays le moins doté en aviation armée, étonnant même qu’il figure dans la liste des pays participants à des frappes en Syrie. Cependant, il est déjà un foyer de bases militaires et le siège de la Ve Flotte

 Le Qatar a établi des plans ambitieux pour rééquiper son armée de l’air. À l’heure actuelle, cependant, le pays ne possède que 18 avions de combat - 12 Mirages français et six jets de formation désuets. Il est donc très peu probable que le Qatar est utilisé dans ces missions de bombardement en Syrie.

 Avec seulement 85 avions de combat, la Royal Jordanian Air Force se classe parmi les plus faibles forces armées aérienne dans la région du Moyen-Orient. Le roi Abdallah qui dirige le seul gouvernement arabe qui a confirmé publiquement que ses avions ont ciblé les hordes terroristes de l’Isil en Syrie aux côtés des États-Unis…

 L’Arabie Saoudite possède la plus fournie flotte militaire aérienne, dans la région. Et avec 305 avions de combat, elle possède l’armée de l’air la plus puissante dans le monde arabe. L’épine dorsale de la force de frappe du royaume est les F-15 Eagles et les Tornados.

 201 avions de combat organisé en trois escadrons de F-16 US et trois Mirages français, est la force armée aérienne des Émirats arabes unis.

Les peuples arabes et musulmans qui subissent de plein fouet l’islamo-terrorisme, savent que les monarchies réactionnaires en sont les parrains. Comme la diplomatie internationale impose les monarchies en partenaires, ils sont présents mais des fois sans grande confiance...

Répondre à cet article