POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Echec cuisant des islamistes libyens aux législatives du 25 juin

Echec cuisant des islamistes libyens aux législatives du 25 juin



Une transition plus apaisée reste à dessiner


mercredi 23 juillet 2014
par Rebel Kazimir


Les résultats des élections parlementaires libyennes sont finalement tombés, après presqu’un mois du vote qui s’est déroulé le 25 juin. Les autorités avaient autorisé les partis de présenter des candidats, mais ce sont les indépendants qui étaient généralement présent. Ce qui aussi éviter les clivages qui s’exacerbent à la moindre activité ayant trait aux choix des dirigeants. Alors que le pays est plongé dans le désordre, ce raffermissement de la démocratie vaut son peson d’or.

Voir en ligne : Notre Dossier : la Libye

A la surprise de nombreux observateurs, les islamistes qui avaient basse sur l’autorité élue précédente, le CNG "Conseil National Général". Ils comptaient éternellement perdurer, ils ont été mis en échec, d’après les 1ers résultats diffusés le lundi 21 juillet.

Au début du vote, l’avocate et militante des droits de l’homme, Salwa Bougaighis, a été tuée dans son domicile, après qu’elle ait accompli son devoir électoral. La nouvelle Chambre remplacera le CGN, accusé d’avoir aggravé la situation, à cause notamment d’une influence islamiste activant largement dans la déstabilisation.

La proclamation des résultats définitifs a tout de suite été retenue, par la Haute commission électorale en Libye (Hnec). Ce qui marque qu’une étape décisive, de la transition politique libyenne, est traversée. ce qui se passe dans l’indifférence des commentaires arabes et régionaux.

Mais, l’Allemagne, l’Italie, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont salué, le soir même de la promulgation, cette prouesse qui dénote comment la Libye surmonte sa crise. La france a aussi réagi ICI. Dans un communiqué commun, ces 3 pays ont appelé à l’arrêt immédiat des combats et à la reprise du dialogue politique en Libye.

Dernièrement, à la veille de la divulgation de ces résultats et après le vote, des combats ont eu lieu pour le contrôle de l’aéroport de la capitale Tripoli. Ils ont duré nombreux jours. Deux milices, désignées de Misrata et de Zentane, se sont affronté afin d’arracher le contrôle de ce point qui met en relation le pays avec le reste du Monde.

Ce lieu permet aux nouveaux officiels de s’affirmer. Avant que les résultats ne soient rendus publics, le dimanche, c’était le théâtre des combats, les plus violents ont opposé les deux milices, autour de l’infrastructure aéroportuaire. Ils ont fait plus de 47 morts et 120 blessés, selon un bilan officiel arrêté le samedi. Ces heurts ont baissé d’intensité depuis lundi, mais des coups de feux sporadiques sont encore entendus

188 sièges sur les 200 que compte le Parlement, on été pourvus. Le restant concerne, des zones où il était difficile, voire impossible, de tenir ces élections. Elles seront organisées plus tard.

Lors des élections de juillet 2012, les islamistes avaient réussi à s’imposer en créant des alliances, comme de vrais recrutements parmi les indépendants. Ils se sont alliés avec le Bloc Wafa, le groupuscule le plus radical, pour promettre aux Libyens le régime de la Charia et se sont mis à semer les haines.

A la surprise de tous, les islamistes libyens proches des Frères Musulmans, et considérés parmi les soutiens aux hordes liées à l’islamo-terrorisme qui végètent dans le pays, ont essuyé un échec cuisant. Ils n’ont obtenu que 23 sièges sur les 188 déjà désignés.

La nouvelle assemblée, devrait siéger à Benghazi (est), deuxième ville de Libye, selon un texte de loi adopté par le Parlement sortant qui siégeait dans la capitale Tripoli. Les élus sont toutefois divisés, certains d’entre-eux refusant de se rendre à Benghazi en raison de violences quasi-quotidiennes.

Répondre à cet article