POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Désolidarisée de Gaza, la France secouée par des mensonges...



Revirement socialiste, les manifestations pro-Hamas sont pour la paix


mardi 22 juillet 2014
par Hugo Mastréo


Le climat français qui suit l’actualité de la guerre génocidaire à Gaza, est celui où on n’entend plus les humanitaires. Les faits de Barbès et de Sarcelles, deviennent des histoires de "djihadistes", suite à l’interdiction de manifester. Une France à l’écoute de la « LDJ », la Ligue de Défense Juive, une organisation dont les prolongements et semblables sont interdits aux USA et en Israël, mais est tolérée en France. Alors qu’une chape médiatique a aussi enveloppé les vérités de leurs pires, leurs contraires…

Voir en ligne : Notre dossier : Gaza Israël Palestine

Cette bataille médiatique n’est pas tranchée. Alors qu’aucun acte antisémite n’est jugé ou puni auprès des juridictions de France, on y parle à profusion. La levée de boucliers pour leur existence est relayée par plusieurs titres et supports médiatiques. D’emblée, il faut noter que les précisions pleuvent : aucun manifestant pour Gaza, du 13 juillet à Paris, ne s’est rapproché de la synagogue de la rue de la Roquette.

Les explications des outils alternatifs, les sites, des blogs et des WebTV, mènent un âpre combat face aux gigantesques canaux publics et les trusts obéissant à des logiques commerciales. Dans d’autres nations européennes et du reste du Monde, les mouvements de solidarité avec Gaza s’expriment sans escarmouches. En France l’équation d’interdire les ennemis d’Israël interpelle sur un certain nouveau apartheid

La véracité des témoignages suivants est éloquente, apportant la manipulation, après les médias, des services de police français par la LDJ. Parmi aussi les recentrages du sujet de la solidarité internationale, les débats d’une chaîne sur Internet, Ouma-Tv. Ils stimulent une objectivité, sans nul doute sur un plateau bien tenu, indémontable sur le tableau de la vérité des faits présentés aux français par les médias, sans exception. Pourtant, à regarder de près, des affabulations que les français consomment sur toutes les TV et dans toutes les presses brassant l’actualité !

In Ouma-TV : Révélation explosive sur la LDJ

Avant d’arriver à la volonté de protester auprès de l’Etat hébreu, sur les crimes de guerre contre une population désarmée et pilonnée parce que tenue pour responsable, les autorités françaises ont lâché du leste. Elles autorisent en fin de compte toutes les manifestations qualifiées pro-Hamas. Or elles sont foncièrement humanitaires, comme elles ont toujours été portées dans les mœurs françaises passées, envers la guerre du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs…

Chirac fut le dernier représentant de cette France perfectionniste qui tirait du Gaullisme une sève d’audace et de non-conformisme face à une sorte de chantage, avec la mémoire de Shoah, qui a pour dessein la domination via des lobbys et des souteneurs du sionisme. Mais le PS est truffé de l’inconséquence et de partialités.

Quand les sentiments profonds de la France solidaire sont choqués des massacres d’enfants, officiellement ce sont des mensonges qui prennent les devants. De vrais-fausses attaques de synagogues désarment d’humanisme d’un pays aux autorités manipulées par les lobbys, quand se déchaînent des médias… Les gauches et les autres indigènes de la république ont gagné une bataille.

Sur le plan international, c’est le New-York Times qui, habituellement fait vitrine reluisante d’Israël, est pris dans le jeu macabre de soutenir lamentablement un massacre d’enfants. La manière avec laquelle a été traitée l’affaire des 4 enfants mitraillés sur une plage, est une ahurissante présentation d’un véritable crime de guerre. Au point que le prestigieux titre a été brocardé de tous les noms. Voici un contenu Twitter, qui peut édifier les opinions qu’Israël a perdu avec des médias déviants, sur tant d’autres sujets encore…

Répondre à cet article