POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Obama - Nétanyahou : une rencontre déterminante



Deux missiles israéliens, l’exercice à objectif inavoué !


mercredi 18 septembre 2013
par Azouz Benhocine


Annoncée mardi 17 septembre, lors d’un conseil des ministres, Benyamin Nétanyahou effectuera une visite à Washington à la fin du mois. Le 1er ministre israélien a diffusé un communiqué indiquant qu’elle porterait sur le programme nucléaire iranien. Les attentes israéliennes de ce déplacement a deux points : faire accepter l’expansion des colonies et le projet d’agression de l’Iran. Les deux hommes sont mésentente, l’israélien use habituellement de son arrogance à chaque fois qu’il croise le locataire de la Maison Blanche.

Voir en ligne : Notre dossier : Israël

Barack Obama n’a pas parlé avec la franchise qu’il faut aux israéliens. Pourtant il est l’un des très rares présidents des Etats-Unis à avoir rappelé la légalité internationale qui fixe les frontières de 1967 à leur pays. Et il sait qu’aussi bien l’administration que la population israélienne ne l’ont pas en odeur de sainteté, pour avoir été à deux reprises contre son élection à la tête de la 1ère puissance.

L’attitude de l’Etat hébreu et ses administrés vis-à-vis de président afro-américain ne peut être cachée. Ils ont eu des positions hostiles aux deux élections qui ont placé Obama, démocrate et de surcroît métis dont le père est musulman, à la tête des USA. Ce qui mérite d’être redit. Ce président qui a ses particularités est loin d’être en accord avec les menées colonialistes d’Israël.

Nécessairement ce pays est surarmé pour entretenir son diktat d’insécurité dans la région du Proche-Orient. Ce qui est aussi la source principale de la situation de guerre permanente, que couve cette région du monde, pouvant éclater en un conflit dont les conséquences se mondialiseront inéluctablement. Puisque les chamboulements du « Printemps Arabe » sont, de part leur réalité, ponctuels.

A l’instar de ce que pensent nombreuses populations de l’humanité, Obama doute non seulement des liens, de gens venant du reste du Monde. Nombreuses populations du Monde croient les liens sont factices, avec la Terre que les israéliens accaparent. Et les territoires qu’ils colonisent en spoliant les palestiniens est un crime.

Cependant le programme nucléaire iranien, est préoccupant aussi pour l’ensemble de la Terre. Pour surtout la nature théocratique du régime qui le détient. L’adversité confirmant que la « pseudo-idéologie » de l’islamisme martyrise les peuples qu’elle gouverne et est aussi un danger pour l’humanité. Une forme de fascisme que si elle a des forces, elles ne gênerait pas de reproduire l’œuvre macabre d’Hitler.

Douteuses manœuvres militaires de l’Etat hébreu.

Le lancement, le 3 septembre alors que la crise syrienne battait son plein dans la diplomatie internationale, de deux missiles Blue Sparrow en méditerranée a été une manœuvre aussi surprenante qu’inavouée. Cet essai a une destination qui se devine, consistant à vérifier principalement si l’Iran peut être atteint. Car avec le temps passant, l’Etat des Mollahs réalise ses projets déclarés pour l’énergie nucléaire civile, mais dont l’industrie est convertible en armement.

Bibi à l'ONU Le Pentagone a réagi, à la rescousse, aux deux lancements. Après l’alerte, de détection des tirs, émise par la Russie, le pentagone approbateur a précisé qu’il s’agit d’un essai prévu de longue date. Du point de vue des experts de l’armement, le type de missile, genre « Scud » donc de moyenne portée et pouvant transporter de lourdes charges : ces tirs ont des desseins inavoués.

Développés par la firme israélienne Rafael, ces missiles sont dits qu’ils servent à tester le système antimissile balistique Arrow. C’est-à-dire que c’est une vérification de la détection des objets dans le ciel et pouvant atteindre Israël. Donc, déduction oblige, ils ont des objectifs où tomber !

Or tombé en mer, ils n’ont pas été détruits comme le veut « Arow » qui sert à riposter en cas d’attaque. Ces arsenaux comportent les mêmes caractéristiques de vol (altitude, vitesse) des armements dont disposent nombreux pays, dont la Syrie et l’Iran relevant de la région de la plus conflictuelle du Monde.