POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La Tunisie en trois actes



Une justice débordée, une transition abordée !


lundi 22 juillet 2013


On porte plainte pour un sourire, on porte plainte pour un mot lancé au jugé, on porte plainte pour un déshabillé, on porte plainte pour un sein nu, on porte plainte pour un verre de thé bu à la hâte..... A bas le régime… à bas les traîtres ! à bas les usurpateurs obscurantistes ! Déboulonner des régimes, ennemis déclarés des obscurantistes et de derviches fanatiques, pour les remplacer par ces mêmes charlatans machiavéliques, vrais suppôts de satan, voila qui est un paradoxe absurde, une aberration monumentale, étrange et incisive ! L’immunité parlementaire est une dérive qui consacre l’injustice et la tyrannie, parce qu’elle n’implique plus l’égalité entre les gens du peuple, parce qu’elle bannit, écrase l’égalité des lois, fait fi du droit des gens et ne reconnait que l’abus de l’arbitraire !

Voir en ligne : Les articles du Dr Mohamed Sellam sur POPULI-SCOOP

La Tunisie en trois actes

Acte premier

Des plaintes à n’en plus finir !

Que de plaintes ! Des plaintes à tire-larigot… Le Palais de justice en aurait été débordé, au point de ne plus savoir à quel saint ou à quel diable se vouer… On porte plainte pour un sourire, on porte plainte pour un mot lancé au jugé, on porte plainte pour un déshabillé, on porte plainte pour un sein nu, on porte plainte pour un verre de thé bu à la hâte, en catimini, on porte plainte pour avoir senti le tabac au mois de ramadan, on porte plainte pour avoir cligné de l’œil, on porte plainte pour un croquis de dessin, pour un graffiti, pour un barbouillage comique fait au fusain, bref on porte plainte pour un rien, tout simplement pour le plaisir de porter plainte. 0021696068585

Acte deuxième

« Quand la Présidence tombe dans un état de delirium tremens »

C’est un stratagème diabolique pour tenter de se perpétuer à la tête du régime. Il n’est pas question d’un seul homme, c’est la voix de tout un peuple qui criera désormais « A bas le régime… à bas les traîtres ! à bas les usurpateurs obscurantistes ! Nous voulons un régime géré par des compétences nationales, par de vraies patriotes et non par des criminels de droit commun pris pour des militants.. ! Dehors minables félons ! »

Acte troisième

L’envers du décor ! Ou une révolution en cache une autre.

Le printemps arabe avait échoué dans son entreprise. Il a essuyé un fiasco cinglant. Jamais dans l’histoire des peuples qui ont provoqué des révolutions, il n’y en a eu d’échec pareil...

Déboulonner des régimes, ennemis déclarés des obscurantistes et de derviches fanatiques, pour les remplacer par ces mêmes charlatans machiavéliques, vrais suppôts de satan, voila qui est un paradoxe absurde, une aberration monumentale, étrange et incisive !

En effet, les présidents déchus ([Zaba - Ben Ali ->http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php ?article779], M’barek, AliSalah) qui sont actuellement en train de batifoler et et de rire à pleins gosiers et avec une exubérance joviale et enfantine, ces présidents avaient en effet combattus les ennemis du progrès et de la raison, ces mêmes ennemis que vous combattez inlassablement aujourd’hui, sur un rythme époustouflant, ahurissant et en même temps extrêmement inquiétant.

Ce sont les ennemis de l’humanité entière, de l’esprit, de l’intelligence et de la liberté. Vous vous escrimez en vain pour les faire déguerpir… pour les faire déloger du lieu où ils sont tapis, dans cet éden duveteux et doux.

Mais maintenant qu’ils sont là, cloués à coups de voix, de voix feutrées, insignifiantes. Vous ne les ferez pas sortir ni par la persuasion ni par la raison, car ils ne comprennent ni l’une ni l’autre. Donc le recours à la force est un impératif inéluctable. Un exutoire, un pis-aller pour pouvoir les obliger à se rendre à l’évidence, à comprendre qu’ils ont échoué dans leur gouvernance et qu’ils doivent quitter sans trop de grabuge la politique, pour laquelle ils n’étaient franchement pas faits et à retourner à leurs lieux de prières et de dévotions !

Acte quatrième

L’immunité parlementaire ou l’inanité parlementaire ?

Un parlementaire n’est pas en droit de répondre ou de se soumettre aux lois qu’il légifère, approuve et promulgue en son âme et conscience. Il n’obéira pas à ces lois, par ce qu’il est censé au-dessus de ces lois, parce qu’il les transcende, les surpasse et les met sous ses pieds... sans manifester le moindre remords.

L’immunité parlementaire est une dérive qui consacre l’injustice et la tyrannie, parce qu’elle n’implique plus l’égalité entre les gens du peuple, parce qu’elle bannit,écrase l’égalité des lois, fait fi du droit des gens. Et ne reconnait que l’abus de l’arbitraire. L’immunité parlementaire est une infamie ,une turpitude dont l’impact risquera, à moyenne ou longue échéance , de provoquer la perte de confiance dans les lois , dans toutes sortes de lois et de là, semer l’anarchie au sein du peuple, d’engendrer des conflits sociaux et de faire table rase de l’amour de la patrie.

L’immunité parlementaire est un paravent derrière lequel, sournoisement, se cachent l’arbitraire machiavélique, l’indifférence et la supercherie d’un monde égotiste et individualiste..

drmohamedsellam

Documents joints