POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Turquie : pour #OccupyGeziParki , Hayat-TV frappée de censure

Turquie : pour #OccupyGeziParki , Hayat-TV frappée de censure



Le dilemme des médias, symptôme de toutes les allergies aux libertés !


jeudi 20 juin 2013
par jaco


Au regard de l’hécatombe dont a été victime la corporation humaine des médias et de la presse algérienne lors de la décennie noire, qui reste le déchaînement d’une violence unique et sans similaire dans le Monde et de ces dernières décennies. Les islamistes n’épargneront en aucune situation leurs cibles peu complaisantes avec toutes les exactions, comme les journalistes et les structures qui les emploient, souvent ferventes dénonciatrices des injustices.

Signer la pétition


Voir en ligne : Notre précédent article sur {{#OccupyGeziParki}}

Après les émeutes de parc Gezi-Taksim de juin 2013, la répression s’est abattue sur tous les militants ayant animé les manifestations qui ont duré 15 jours. Avec lesquels les médias sont aussi touchés pour leur couverture non-complaisante des faits de cette insurrection...

Plusieurs désapprobations et épouvantes, réagissant aux traques livrées aux citoyens qui ont participé à la protestation, ont été émises dans le monde... La Turquie vit une transformation qui, après une décennie de pouvoir islamiste, révèle des atteintes aux libertés plus ressenties à l’intérieur du pays, que comprises de l’étranger !

Hayat-TV (en turc et en arabe : La vie), s’est trouvée dans le collimateur du pouvoir d’Ankara. Ce dernier vient de montrer son vrai visage de gestionnaire bricoleur, d’une croissance héritée d’un parcours de plus de trois décennies d’évolution économique, outre sa nature obscurantiste et autoritaire. Qui n’a rien à voir avec la démocratie, quand la théocratie rampante désire une mosquée et non un centre commercial à la place des verdures du parc #OccupyGeziParki SUR TWITTER.

Hayat-TV est une chaîne de télévision privée, considérée comme la plus progressiste de Turquie. Elle a commencé à émettre le 3 décembre 2007 et s’adresse principalement aux ouvriers. C’est l’une des rares chaînes de télévision du pays à être indépendante des grandes entreprises telles que Doğan Yayın Grubu.

Avec le faux prétexte, après plus de 5 années d’émission et au regard des circonstances où Hayat-TV a bien couvert selon sa ligne éditoriale de gauche les dernières émeutes, de ne pas avoir de licence, elle se trouve menacée de fermeture. Sinon elle se contentera d’Internet, car déjà bloquée. L’absence de permis est un subterfuge, que les islamistes brandissent pour la faire taire !

Ce n’est pas la première fois que cette chaîne est touchée par la tyrannie, comme elle n’est pas la seule. Elle a été, par le passé, comme nombreux journalistes et autres structures (Radio, TV, Journaux), accusée d’avoir donné des informations au PKK. Prétexte qui a été aussi utilisé, entre autres, la blogueuse Franco-turque jugée et condamnée...

Nous avons publié plusieurs sujets sur la situation des médias et des journalistes en Turquie, avec un pouvoir islamiste qui détient le triste record du nombre d’emprisonnés exerçant dans ce secteur, dont nombreux autres cyber-journalistes. On dénombre, selon diverses sources dont les données et les chiffres sur les arrestations convergent, plus d’un milliers de personnes internées après les manifestations de GeziTaksim à ce jour.

A l’étape des essais, entre mars et décembre 2007, le dossier de licence, de Hayat-TV, a été déposé complet et en conformité avec toutes les formalités et les exigences réglementaires. Le régulateur des médias turcs, RTÜK (l’équivalent du « conseil de l’audiovisuel »), a toujours montré sa réticence à autoriser Hayat-TV.

Signer la pétition TEXTE en français et anglais, avec liste des personnalités ayant lancer l’appel
PDF - 82.2 ko
Texte de pétition médias turcs
Pétition pour la défense des médias turcs après #OccupyGeziParki

Elle diffusait avec l’OFCOM-licence (office hérité de l’ancien régime) via les supports satellitaires nationaux « TURKSAT ». Mais ces derniers exigent désormais que la licence soit signée du RTÜK.

Selon une nouvelle norme instituée par les islamistes, le RTÜK doit autoriser la plateforme, « TURKSAT », qui héberge des canaux satellites de télédiffusion et de radio. Comme il a dit aux avocats et aux responsables de Hayat-TV qu’il enquêtait sur « les plaintes reçues pour la couverture les protestations du parc Gezi » . Et il a pris une décision pour la fermeture, qui a effet à partir du 14 juin.

L’appel est ainsi lancé aux soutiens, d’où qu’ils peuvent venir, à la liberté d’expression en Turquie. L’espace des médias envers lequel les islamistes d’Iran, d’Egypte et même de Tunisie (où la justice vient de condamner deux blogueurs à la prison ferme), excellent à réduire les libertés. Les journalistes et les médias, sont l’emblème même de ce qui peut embarrasser toutes les dictatures… Leurs activités tenues de donner des vérités dérangent, comme toutes les corruptions, les dictatures !

Signer la pétition