POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.

Accueil > Insolites > Chine : clonage à grande échelle des cochons

Chine : clonage à grande échelle des cochons

Un clonage fait main plus rapide et plus facile.

mercredi 15 janvier 2014, par jaco

Une entreprise chinoise en pleine croissance, comme dans tout le pays, appelée BGI, est devenue le plus grand centre au monde pour le clonage de porcs. Une usine de clonage, une notion incroyable empruntée à de la science-fiction. A Shenzhen, dans ce qui était par le passé une ancienne usine de chaussures, une montée en puissance crée une nouvelle industrie : le clonage industriel.

La technologie médicale du clonage n’est pas particulièrement nouvelle. Ce qui est inédit par contre, c’est l’application d’une production de masse. Cet établissement, BGI, produit un 500 porcs clonés par an. La Chine est un pays qui exploite sans moindre hésitation la science à l’échelle industrielle.

L’équipe chargée des délicates manœuvres de cette entreprise peut faire deux implantations par jour. Le taux de réussite est d’environ 70 à 80%. Les truies sont implantées avec des embryons de stade précoce appelés blastocystes.

Après tout le véritable premier animal cloné était une carpe en 1963 ! Plus récemment, en 2001, on a même cloné un gayal : une espèce de bœuf sauvage en voie d’extinction... C’est la brebis Dolly qui est la plus connue. Elle est née d’un clonage en 2003, mais depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Chiens et d’autres animaux y sont passés.

Auprès de BGI, après la mise-bas des femelles porteuses, les petits sont gardés auprès de leurs mères. Certains des animaux visibles dans les hangars de l’entreprise sont des clones descendants de clones. La plupart ont été génétiquement modifiés.

Ces porcs clonés, sont généralement utilisés pour tester de nouveaux médicaments. Leur consommation n’est pas encore connue. Parce qu’ils sont génétiquement si semblables aux humains, les porcs servent de modèles appropriés aux labos de pharmacie. Donc, en modifiant leurs gènes, ça leur donne des traits qui aident dans le processus de conception et fabrication de médicaments.

Parmi les expérimentations, un lot de petits cochons a eu un gène de croissance enlevé. Le constat est qu’ils ont cessé de croître à l’ ge d’un an. Ou bien d’autres ont eu leur ADN amélioré pour essayer de les rendre plus sensibles à la maladie d’Alzheimer.

L’innovation de l’usine BGI est le « clonage fait main », conçu pour rendre plus rapide et plus facile les manipulations. Aussi avec l’emploi de nombreux techniciens, elle reste moins coûteuse que l’utilisation des machines.


Voir en ligne : Nos articles : Science, médecine, technologie, santé

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don