POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le collectif "Union Fait La Nation" au Bénin : les promesses de Houngbédji n’engagent que ceux qui y croient.




jeudi 29 avril 2010
par Elias


L’euphorie qui a suivi la désignation du candidat unique de UN s’estompe progressivement. Le problème, c’est qu’elle a duré à peine 24h. Les inconditionnels soutiens de Me Adrien Houngbédji étaient si impatients que le lendemain de la conférence des présidents, Idji Kolawolé sur Golf TV remettait déjà en cause les engagements pris par les uns et les autres à l’occasion de la désignation de Me Adrien Houngbédji comme candidat unique de l’Union Fait la Nation. Pourtant, prédisant une telle réaction, le couple Soglo (Nicéphore et Rosine) a insisté non seulement pour que lesdits engagements soient pris, mais qu’ils soient rendus publics sans délai.

Rien n’y fit. Les chiens de Houngbédji se sont mis aussitôt à aboyer. Comme quoi, chasser le naturel, il vient au galop. Car le Houngbédji en qui la RB et ses militants doivent faire confiance aujourd’hui, le même Houngbédji en qui Sévérin Adjovi doit faire confiance est précisément celui qui a déclaré que les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Et ce ne sont pas de vaines paroles puisque Houngbédji a toujours respecté et appliqué ce dicton qui lui est si cher.

Rappelons ici une promesse faite par le leader du PRD et qui est demeurée lettre morte. Entre les deux tours de l’élection présidentielle de 1996, après de laborieuses négociations, Houngbédji, arrivé en troisième position, avait promis appeler à voter Soglo au second tour. Il a fait exactement le contraire. Le plus grave 15ans après, c’est que Houngbédji n’a pas vraiment le sentiment d’avoir commis une faute. Voilà pourquoi, sur RFI, il n’y a pas longtemps, l’homme a déclaré qu’il a présenté ses excuses à Soglo pour ce que ce dernier considère comme une faute. Ce que ce dernier considère comme une faute.

Cet exemple est suffisamment éloquent pour expliquer et justifier l’inquiétude de certains militants du parti la Renaissance du Bénin. Peut-on franchement leur reprocher le scepticisme qui les anime le lendemain des engagements pris par Houngbédji vis-à-vis de la RB, notamment vis-à-vis de Léhady Soglo ? Scepticisme qui se fonde d’abord sur l’histoire mais aussi et surtout sur les événements présents. D’où la question : Quelle chance de survie pour la RB dans ce panier à crabe ?

P. Logbo