POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Espoir contre la résistance aux antibiotiques.



Antibactérien de prochaine génération, l’ancienne est évitée.


samedi 21 décembre 2019
par Gros Emile


Ecouter l’article. Le casse-tête des bactéries résistants aux antibiotiques a mobilisé nombreux scientifiques, notamment les chimistes de pharmacopée. Selon un article de la revue « Nature », publié le 21 octobre 2019, le problème clinique grave et croissant, semble trouver un épilogue. Certaines infections n’ont aucune thérapie, sans cette amélioration que le monde médical attendait.

Voir en ligne : Notre dossier : santé & médecine.

Un rapport de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), à consulter ICI, constate l’augmentation de la résistance aux médicaments antimicrobiens. Insiste sur cette grave préoccupation, il cite qu’au moins 700 000 décès sont enregistrés chaque année, causés par des infections et des maladies résistantes aux médicaments qui les visent.

- Révélations scientifiques sur les boissons les mieux hydratantes. vendredi 27 septembre 2019

Les travaux entre des équipes internationales de chercheurs, ne connait pas dans nombreuses nations asiatiques, de préalables, genre ingérence étrangère. Singapour est désignée parmi les dragons d’Asie, pour son économie qui compare à celle de la Suisse ou du Qatar. Les entreprises de recherche dans diverses matières, sont accueillies.

Des collaborations dans moult domaines ciblent des impacts économiques, mais plus largement cette détermination est liée aux décideurs politiques. Ce qui assure une productivité rêvée par nombreux peuples. Ces travaux illustrent l’apport, de ce petit pays, à l’humanité, voire ils suscitent la fascination. Une prouesse en génie chimique et biomédical très observée pour ses premiers résultats.

Les programmes de recherche pour la résistance aux antimicrobiens sont suivis quasiment par l’ensemble des scientifiques de microbiologie, les industriels et les écoles. Le MIT (Massachusetts Institute for Technologie) dispose de plusieurs collaborations dans le Monde. Celle nommée « Alliance Singapour-MIT » a été lancée en 1998. Elle quête la prospérité en développant des compétences entrepreneuriales à effet économique.

Les alpha-peptides, une génération précédente de traitements, utilisés depuis longtemps pour justement traiter les bactéries résistantes, tel que le SARM, ont tendance à être plutôt instables ou toxiques dans l’organisme. Ils sont à l’origine d’allergies et même d’autres maladies, ce qui complique l’état du malade.

L’inactivité métabolique des antibiotiques face aux souches qui leurs sont résistantes, est aggravée par la présence persistante, de souches de microbes (connus par SARM = Staphylococcus aureus résistant à la méticilline) qui créent des biofilms pour se préserver des actions médicamenteuses.

- Transfusion du sang jeune, des essais de labo à la pratique clinique pour les humains 9 novembre 2019

La capacité des bactéries à agir par résistance entraînent tous des infections chroniques. Et elles récurrentes, semblant d’abord guéries, puis récidivent avec davantage de gravité. 20 à 80 pour cent des travailleurs des troupeaux sont considérés positifs pour abriter le redoutable SARM. Alors que le bétail atteint de SARM est connu comme un problème aux vétérinaires.

Cette résistance est croissante à l’échelle mondiale, avec jusqu’à 50% des porcs atteints, selon ce rapport, ICI, américain. Et chez les ovins, en cas de transmission, c’est catastrophique. Les antibiotiques ne fonctionnent pas sur diverses formes de bactéries. Celles ayant appris à se prémunir augmentent souvent leur résistance, au fur à mesure qu’elles les croisent avec plus de fortes défenses.

La conception de ces nouveaux polymères antimicrobiens, en particulier pour un usage humain mais aussi animalières des élevages, est certainement innovante. Car elle est une inédite approche et s’avère prometteuse pour lutter efficacement contre un vrai problème qu’ont rencontré les antimicrobiens. L’impatience d’en faire rapidement un médicament, est motivée par une bonne puissance et une faible toxicité.

La molécule est appelée co-bêta-peptide, même si elle est considérée avoir puisé davantage des anciens médicaments, aux complications regrettables, trouve sa place par substitution.

Mrsa cyst exploded.jpg
Par JbtankTravail personnel, CC BY 3.0

Un kyste infecté par une souche SARM, ici il est rompu. Wikipedia.

Répondre à cet article