Fichier de Populi-Scoop - Fichier de Populi-Scoop

POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

Magazine Analyse de l’actualité et alertes de pertinence sociale

  • Entrée scolaire 2017 en Algérie, Benghebrit avance sans la solidarité du gouvernement

    Ce que la science redoute des vendeurs de chimères, la marche-arrière.

    24 septembre 2017, par Damien Djamel Bouch’Raf
    Le voile intégral et autre « niqab » sont désormais interdits dans les établissements scolaires d’Algérie. Il est temps de sauver l’identité nord-africaine des influences rétrogrades venues de l’Orient. Si le costume n’est pas l’expression de la personnalité, il révèlerait néanmoins une appartenance communautaire...
    Bien que dans l’imaginaire occidental, il est associé au terrorisme, il est aussi considéré invasif dans les sociétés où il n’existait pas. Cet accoutrement féminin est problématique à plus d’un (...)
  • Syrie, une guerre civile où les protagonistes sont à l’image du despote ou du terrorisme

    L’affaiblissement du nationalisme arabe profite aux forces rétrogrades qu’aux progressistes.

    21 septembre 2017, par Azouz Benhocine
    Pour contrecarrer les américains, l’aile nationaliste, soit tout le parti baath en Irak, a rallié l’ÉI (Etat Islamique) plus connu avec l’acronyme Daesh. Ce n’est pas le cas du chiite Bashar, même si le baath de Damas pouvait suivre l’argument qui fonctionne en Syrie. Alors que l’organisation d’Al-Baghdadi frappait sans distinction cette communauté.
    Pour le régime syrien, lâcher les islamistes détruirait inéluctablement la revendication démocratique, même si la conséquence est le saccage du pays. La (...)
  • Le divorce de la société civile et des institutions, en Algérie, arrange les aventuriers...

    De la vacance du pouvoir, les oligarques ont du pain béni...

    17 septembre 2017, par Damien Djamel Bouch’Raf
    Une faramineuse mosquée pour on sait quel prestige, car celui de l’Algérie est usurpé et celui de l’islam est désintégré. Puis 4 mandats que la soif du pouvoir justifie à celui qui a finalement brisé la démocratie et ouvert la porte aux associés des « kleptocrates ».
    Le président Bouteflika a fait l’exception, de 4 mandats, alors qu’il avait hérité d’une constitution autorisant 2. L’armée ne peut rien contre le rusé et redoutable diplomate qui a lui-même promulgué le bi-présidentiable, lors des amendements (...)
  • Prochaine désintégration au Moyen-Orient : proclamation d’un Etat nommé Kurdistan

    Référendum pour l’indépendance d’une région de l’Irak qui impacte l’Iran, la Turquie et la Syrie !

    26 août 2017, par Gros Emile
    "Voulez-vous que la région du Kurdistan et les régions assimilées au Kurdistan, qui sont en dehors de l’administration de la Région, deviennent un État indépendant ?" C’est avec cette question que les Kurdes sont invités, par une commission des élections et du référendum organisé, seulement en Irak, à s’exprimer sur l’indépendance, après la semi-autonomie déjà en place. Outre ce dernier Etat, l’ethnie est principalement disséminée aussi en Turquie, en Syrie et en Iran, qui sont donc les premiers concernés par (...)
  • "Derdja" parmi les langues de l’apriorisme qui détraque la cohésion en Algérie

    Les élites, déchirées entre survie ou subversion, victimes d’un désordre

    21 août 2017, par N.E. Tatem
    Un triptyque linguistique s’est substitué à l’ancienne dualité exacerbée entre francophones et arabophones en Algérie. « Tamazyght » est constitutionnellement citée, donc sa reconnaissance tacite. Pour la plupart des pays, cette question "de la politique linguistique" ne se pose pas. La marmaille algérienne est livrée, dès lors de son premier jour d’école, à un déchirement quand, on lui impose un standard de l’arabe fixée comme langue de l’Etat. L’un des chocs par où commence une série de chaos de la (...)
  • L’émergence économique de l’Afrique souffre des délinquances et de l’insécurité

    Les populations africaines responsabilisent les gouvernances des fléaux et de tous les trafics

    21 août 2017, par Azouz Benhocine
    Quoi qu’on pense du concept d’émergence économique qui associe le développement industriel et l’amélioration des conditions sociales, pour l’Afrique l’organisation d’une dynamique humaine obéit au sérieux des dirigeants. Même si les prémices de la stabilisation politique, de la forte croissance économique et de l’amélioration des gouvernances sont visibles, en sous-bassement une délinquance inique accompagne cette mutation positive inspirée particulièrement les BRICS, les 5 pays tenus pour exemples (...)
  • Les raisons du congédiement de Tebboune et 3 des ministres clés en Algérie

    Le canon de la mafia politico-financière prend en otage les institutions sensibles !

    19 août 2017, par Damien Djamel Bouch’Raf
    C’est l’une des dernières et pires intrigues que le festival de la gouvernance de Bouteflika offre aux Algériens d’abord, qui sont offusqués non seulement de la manière, mais aussi du but d’un limogeage, en réalité plus massif qu’individualisé par la seule la tête du gouvernement. Ensuite sur la scène internationale, la risée fait que commencer. Nombreux observateurs tentent de percer ce qu’est désormais « l’algériologie » (science d’histoire contemporaine d’Alger), quand sous leurs yeux se déroule un (...)
  • L’éducation avancée du peuple, ce qui fait croître l’économie du Vietnam

    Du communisme au capitalisme, où le culte de la modernité précède toutes considérations

    17 août 2017, par Hugo Mastréo
    Du capitalisme fait avec le communisme, sans trop hésiter, comme l’a fait la Chine depuis 3 décennies, se résume par l’adoption de la démocratie économique. Où la création individuelle est totalement libérée. Ce n’est guère un contre-sens, le capital humain se développe au même titre que l’exploitation des potentiels naturels et ceux créés par le savoir d’une gouvernance à l’orientation cohérente. Cette exemple fait des émules. Cuba y lorgne, mais on ne voit pas venir de sitôt le changement. Au Vietnam les (...)
  • Tebboune limogé, l’Algérie sous le nouveau règne des oligarques

    Même le syndicat UGTA est dirigé par un prédateur de la caste des rentiers

    15 août 2017, par Damien Djamel Bouch’Raf
    Après moins de 3 mois, il est mis fin aux fonctions d’Abdelmadjid Tebboune, le 1er ministre algérien, parce que sa "vision n’était pas en conformité" avec celle du président Bouteflika, selon diverses analyses de cette volte-face tombée telle une équipée entre les factions claniques du pouvoir algérien. Ahmed Ouyahia reprend du service, comme à chaque fois sa disponibilité le recycle dans le fatras des manigances et incohérences des rouages centraux...
    C’est l’un des sujets classés parmi les analyses de (...)

... | 2620 | 2630 | 2640 | 2650 | 2660 | 2670 | 2680 | 2690 | 2700 |...

Ajouter POPULI-SCOOP à votre accueil GOOGLEAdd to Google